Le Royaume brisé: Le Chant des Épines, tome 3- Adrien Tomas

Royaume-brisé-

Après la fin très épique du second tome de cette trilogie « Le chant des épines », il me tardait de me replonger dans les aventures des héros des clans nordiques dans leur quête d’unification. Cette trilogie se situe dans le même univers que La geste du sixième royaume, mais bien des années auparavant.

Ithaen a réussi à unifier les clans du nord et a accédé au pouvoir mais l’empire de Seï n’entend pas la laisser faire et entre en guerre contre le royaume de Sveldia. La bataille se solde par une défaite pour Ithaen et ses Épines et les survivants doivent se cacher. Voilà la situation au début de ce troisième et dernier tome de la série. La défaite n’a pas entamée la motivation des héros, et dans l’ombre la résistance s’organise pour faire redonner à Ithaen la place qu’elle mérite.

La lecture de ce tome se révèle un vrai bonheur, l’action y est très présente et on ne voit pas les pages tourner. Le final du tome 2 était vraiment épique et on ne pouvait pas lâcher le livre. On ressent la même chose dans tout le tome, qui va à un rythme effréné et nous offre l’achèvement de beaucoup de points de l’intrigue. On obtient aussi des réponses à pas mal de questions sur les personnages, notamment sur un des plus énigmatiques en la personne de La Locuste. Entre révélations et actions, il est difficile d’arrêter sa lecture et on se laisse véritablement porter par ce tome 3.

Adrien Tomas reprend le même système narratif que dans les précédents romans de cet univers, en utilisant des chapitres avec le point de vue d’un personnage et en les alternant assez fréquemment. Il y a beaucoup de personnages dans la trilogie et certains sont très peu présents ou utilisés seulement dans un chapitre pour parler d’un des personnages principaux. Une liste des personnages aurait pu être utile en début de roman, à la suite de la liste des factions qui reste très utile. L’alternance de points de vue permet d’embrasser la destinée de tous les personnages, de connaitre la situation des divers camps et aussi de rendre le récit très vivant.

Cette trilogie est aussi l’occasion pour Adrien Tomas de développer son univers des six royaumes. Il est plutôt classique, mais on y trouve des créatures très originales, et Adrien Tomas nous offre de très belles descriptions de ces créatures et de la nature. Les passages se déroulant dans la Grande Forêt sont l’occasion pour l’auteur de nous montrer l’étendue de son imaginaire concernant la nature. L’histoire de l’univers gagne également en profondeur avec divers éclaircissements sur des personnages et évènements importants pour la suite.

Enfin une des choses vraiment appréciable dans ce tome est l’absence de manichéisme. On pourrait s’attendre au vue de l’histoire opposant deux camps (l’alliance des clans du Nord et l’empire de Seï) au contraire. Cependant, Adrien Tomas s’éloigne bien vite de ce constat pour montrer en quoi consiste réellement la politique, les alliances et diverses manigances pour obtenir le pouvoir. Cela est extrêmement bien fait et l’auteur joue avec son lecteur comme un chat avec une souris allant de révélations en rebondissements très habilement. La politique et le pouvoir sont des arts complexes que certains maîtrisent beaucoup mieux que d’autres. Ses personnages sont ainsi le reflet du récit, complexes, attachants et ambigus. Certains personnages me manqueront à la fin de cette trilogie, c’est certain.

Adrien Tomas frappe donc un grand coup avec le dernier tome de cette trilogie qui sait nous tenir en haleine jusqu’au final. Un univers qui gagne en richesse, un rythme haletant, des personnages ambigus font de ce dernier tome une excellente lecture!

Voir aussi: Chronique du T.2, Chronique du tome 1, La Geste du sixième royaume

Autres avis :  Les chroniques du chroniqueur, Boudicca

cof

Auteur : Adrien Tomas

Éditeur : Mnémos

Parution : 15/03/2018

Au lendemain de la victoire de l’empire de Seï sur le royaume du Nord, les Épines et Ithaen pansent leurs blessures, bien cachés ou engagés dans la guérilla contre l’envahisseur. Mais, partagé entre l’accueil des troupes de l’empereur pour mettre fin aux horreurs de la guerre et résister, le Nord est divisé.Toutefois, cette guerre implique bien plus d’acteurs qui œuvrent dans l’ombre. À l’aube de grands bouleversements qui vont ébranler les fondations de l’Histoire même, les alliances se dénouent et les accords les plus inattendus se créent. Des sacrifices démesurés seront exigés alors que s’enchaîneront les révélations et les choix impossibles, pour précipiter les Épines et Ithaen vers une fin magistrale et terrible qui scellera leurs destins.

Cette chronique fait partie du : Le challenge abc litterature de l’imaginaire 2018

Publicités

16 réflexions au sujet de « Le Royaume brisé: Le Chant des Épines, tome 3- Adrien Tomas »

  1. Bon, je note cette saga dans ma WL 🙂 En même temps j’ai aimé tous les autres romans de l’auteur (la geste du sixième royaume, notre dame des loups) donc il faut absolument que je me lance dans celle ci ! Merci pour ta chronique o/

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s