Les montagnes hallucinées

Au cours d’une expédition en Antarctique, deux scientifiques mettent au jour, derrière une chaîne de montagnes en apparence infranchissable, les vestiges d’une ancienne cité aux proportions gigantesques. En visitant les dédales et recoins de ces lieux maudits, ils vont découvrir des fresques évoquant la présence passée sur terre d’entités extraterrestres et s’apercevoir que ces dernières n’ont pas totalement disparu…

Éditeur : Akileos   01/2011

Auteur: Ian Culbard d’après une nouvelle de H.P.Lovecraft

 

¤L’auteur ( source bedetheque.com):

Ian Culbard est Anglais et Polonais, ce qui le fait souvent voyager pendant son enfance entre ces deux pays. Au cours d’un de ces voyages, il découvre Une étude en rouge et lit ensuite, en un été, l’ensemble du canon holmésien.
Il découvre également très jeune l’auteur H. P. Lovecraft, dont il devient fan, à travers le jeu de rôle L’Appel de Cthulhu.
À 19 ans, il travaille en Ardèche, et garde de cette époque une affection particulière pour la culture française.
Culbard a étudié dans une école d’art les différentes techniques de dessin classiques (notamment peinture à l’huile et charbon de bois), mais utilise désormais une tablette graphique (Wacom Intuos 4) après études préliminaires sur un carnet Moleskine.
Après une carrière dans l’animation et la réalisation de publicités et courts-métrages, il est contacté en 2008 par le scénariste Ian Edginton pour adapter des histoires de son auteur fétiche, Arthur Conan Doyle, aux éditions Selfmadehero.
En 2011, il reçoit le Prix British Fantasy du Meilleur comics ou roman graphique pour son adaptation des Montagnes hallucinées de H.P. Lovecraft.

¤Mon avis:

Les montagnes hallucinées est un court roman de H.P.Lovecraft écrit en 1931. Il raconte  l’expédition organisée par l’université Miskatonic du Massachussetts (très célèbre dans l’œuvre de Lovecraft mais totalement inventée par lui), afin d’aller au cercle polaire antarctique. Ce roman graphique est l’adaptation de cette nouvelle. Cette bande dessinée est la première adaptation de Lovecraft faite par Ian Culbard, depuis Culbard a publié également L’affaire Charles Dexter Ward en 2012 et Dans l’abîme du temps en 2013.

La peur et la folie sont des thèmes souvent abordés par Lovecraft, et on les retrouve dans cette œuvre mais c’est le cadre qui diffère ici, l’auteur ayant porté l’action de sa nouvelle en antarctique et non dans le Massachussetts. Lovecraft souffrait d’une phobie du froid ce qui explique pour partie le choix de ce lieu comme cadre de son histoire. Au début du 20ème siècle, l’Antarctique était un territoire quasiment inconnu (on s’est demandé jusque vers 1930 s’il n’y a avait pas en fait 2 continents distincts !), pouvant ainsi être le terrain d’histoires fantastiques où vivent des créatures inconnues. Beaucoup d’éléments de la mythologie créée par Lovecraft sont présents dans cette nouvelle qui comporte également un aspect scientifique assez marqué. La trame générale de l’histoire et l’époque sont respectées dans cette adaptation. Les débuts de l’expédition accompagnés de sentiments d’attente et d’angoisse sont bien rendus et le déroulement des faits est convaincant. Cependant, certains passages vers la fin sont un peu traités rapidement et certaines péripéties et réactions des personnages paraissent un peu étranges.

Les dessins sont agréables même si les personnages manquent un peu d’expression. Les décors urbains et les bâtiments sont par contre très bien rendus. Les montagnes sont un peu moins bien représentées. La ville découverte par l’expédition m’a parue un peu trop moderne également. J’ai eu du mal à retrouver ce que je m’étais imaginé en lisant la nouvelle. Les dessins sont plutôt clairs ce qui fait ressortir la désolation des paysages. Cet aspect clair et brillant des dessins met en avant les décors froids et la terreur ressentie. Le blanc a une symbolique bien précise dans la littérature américaine, elle indique un élément d’horreur, de tragédie ou encore de danger. On retrouve cela dans la nouvelle de Lovecraft et dans ce roman graphique avec beaucoup de dessins contenant du blanc ou étant très clairs. Le suspense monte peu à peu avec un rythme assez lent. Le format choisi pour ce roman graphique est aussi agréable. Il a la taille d’un livre grand format et non d’une bande dessinée.

Il est très difficile d’adapter Lovecraft car ses écrits font énormément appel à l’imagination et à la suggestion. Cette adaptation vaut le détour même si certains aspects ne correspondent pas à ce que l’on pouvait penser à la lecture de la nouvelle originale. Elle permet également de (re)découvrir une des nouvelles les plus importantes de Lovecraft.

 

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

¤Les diverses autres adaptations issues de cette nouvelle:

Les montagnes hallucinées est sans doute la nouvelle de Lovecraft ayant eu le droit à le plus d’adaptations. On la retrouve dans beaucoup de domaines:

The thing de John Carpenter est parfois rapproché du roman lovecraftien en raison de son cadre arctique, de ses personnages scientifiques et de son climat oppressant. En réalité, The thing est tiré de  la nouvelle La Bête d’un autre monde de John W. Campbell. Cependant, la créature du film d’origine extraterrestre fait penser au shoggoth par sa férocité et sa capacité un peu polymorphe, moins par son mimétisme et sa « conscience ». L’ambiance du film avec de grands espaces glacials et une trame narrative proche sont également des points communs.

Le réalisateur Guillermo Del Toro a pour projet depuis pas mal de temps d’adapter la nouvelle de Lovecraft, mais il se heurte à la méfiance de la Warner pour le financement. D’après le réalisateur mexicain, « le studio est très réticent quant au coût du projet et à l’absence d’histoire d’amour ou de happy end; mais il est impossible d’avoir l’un ou l’autre dans l’univers de Lovecraft. » Constat très réaliste s’il en est tant l’amour est inexistant dans l’œuvre de Lovecraft sans parler de happy end, l’humanité étant vouée à la destruction pour lui. Après plusieurs revirements du studio, le film est toujours en projet mais Guillermo Del Toro réfléchit à plusieurs versions du film dont une PG-13 (ce qui équivaut à un juste milieu entre le tout public et le label interdit aux moins de 12 ans). On trouve même un faux trailer du film sur Youtube (qui donne envie que le film soit réalisé). Il ne reste plus qu’à espérer que les studios changent d’avis et voient le potentiel de la nouvelle de Lovecraft et aussi que l’adaptation soit réussie, ce qui pour le moment n’a jamais été le cas avec les adaptations cinémas tirées de Lovecraft.

Plusieurs autres adaptations existent comme une adaptation radiophonique réalisée par l’Atlanta Radio Theater Company. La H.P. Lovecraft Historical Society (société créée en 1986 dans le Colorado, créant des produits dérivés et des animations basés sur l’œuvre de Lovecraft) produisit en 2006 une adaptation du roman dans le style radiophonique des années 1930. Elle dure 75 minutes, ce sont des acteurs professionnels qui jouent et il y a des effets spéciaux. Le coffret est vendu avec des photos de l’expédition, des articles de journaux et des  divers bonus.

Passons maintenant aux jeux où les références à l’œuvre de Lovecraft sont assez nombreuses ( voir d’ailleurs ce super article à ce sujet). Une campagne pour le Jeu de rôle L’Appel de Cthulhu intitulée Par-delà les Montagnes hallucinées a été publiée par Chaosium. On peut y jouer des investigateurs prenant part à une nouvelle expédition  partie sur les traces de la première. C’est une très grosse campagne qui a été traduit en français en 2010. Cette traduction a été complétée par de longs passages inédits ajoutés spécialement par l’auteur et est parue chez Sans Détour. C’est l’ouvrage de jeu de rôle le plus volumineux jamais publié en français. Nous venons d’acheter cette campagne (promo en ce moment chez Sans détour) mais elle risque d’être très difficile à faire jouer de part sa longueur.

Le jeu de plateau Les contrées de l’horreur a eu  droit à une extension Les Montagnes hallucinées éditée par Edge Entertainment en version française. Un plateau antarctique avec les lieux importants de la nouvelle et un grand ancien nouveau appelé « les choses très anciennes » ont été rajoutées.

Par-delà les Montagnes Hallucinées - édition réviséeLes Contrées de l'Horreur - Les Montagnes Hallucinées

Célindanaé & Lhotseshar

Publicités

6 réflexions au sujet de « Les montagnes hallucinées »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s