115° vers l’épouvante-Lazare Guillemot

115-epouvante

Ce roman est le premier du financement participatif d’une campagne Ulule lancée en février et co-édité par Les moutons électriques. Voici la page du projet ulule,si vous voulez plus d’informations sur le projet, il y a également un site. Le projet comporte 6 romans dont l’illustrateur est Melchior Ascaride. Les romans sont pensés comme une série télé avec des références aux comics, aux pulps, aux séries B, aux films Z. Une seconde saison de l’étrange sera en projet l’année prochaine avec le même principe. Les aventures sont indépendantes les unes des autres. Les romans seront également disponibles en achat indépendant hors souscription au financement participatif.

Ce premier roman est tout à fait dans l’ambiance annoncée par le projet. On y trouve des références à la littérature populaire avec des créatures issues de l’univers de Lovecraft, et des personnages issus de la littérature policière du  XX ème siècle: Le père Brown, un des 5 personnages principaux, est un personnage créé par G.K. Chesterton et les 3 aventuriers américains Ironcastle père et fille et Guthrie ont été imaginés par J.H. Rosny Aîné. Lazare Guillemot s’est amusé à regrouper tous ces personnages qui se rencontrent pour la première fois sur l’île de Skellig. Le père Brown fait une visite de l’île avec un jeune guide de la région, Billy Babbridge, un adolescent, quand ils découvrent une étrange manifestation d’un nuage gigantesque à la forme de crapaud, qui s’avère plutôt dangereuse. Ils vont être aidés par un trio d’aventuriers un peu atypique composé de Hareton Ironcastle, sa fille Muriel et son neveu Sidney Guthrie. Cette rencontre va les amener à plonger dans une aventure mouvementée où règne l’indicible si familier à Lovecraft.

Le côté série télé est aussi présent dans ce premier roman. On peut aussi avoir l’impression d’une partie de jeu de rôle dans l’univers de Lovecraft, avec un côté pulp :  on a la rencontre des 5 personnages que l’on pourrait trouver dans L’appel de Cthulhu et leur quête pour empêcher une entité de venir submerger notre monde. Il y a aussi beaucoup de dialogues, ce qui amplifie cette impression et rend le récit vivant. Celui-ci est très rythmé, allant de péripéties en péripéties. Même si on trouve une créature principale issue du bestiaire lovecraftien, l’auteur a fait preuve de trouvailles originales comme les Pustulars ou les Voormis.

Le roman est court, à peine 200 pages, et de lecture très agréable. Les personnages ne sont pas très développés, et certaines scènes sont vite résolues, la fin notamment est beaucoup trop courte. Le roman est vraiment tourné vers le côté aventure / pulp et c’est un parti pris évident de l’auteur. L’histoire se déroule en 1925, soit une parfaite époque pour le jeu de rôle L’Appel de Cthulhu. On voyage beaucoup également en allant de l’île de Skellig en Afrique en passant par la France.

115° vers l’épouvante est donc un premier roman tout à fait sympathique qui correspond bien à l’esprit voulu par le projet de départ. Les autres romans ne seront pas dans la thématique de Lovecraft mais dans le même esprit mêlant aventure, fantastique, pulp et comics. Le roman se lit facilement et on est très vite pris dans le récit. Vivement la suite!

Autres avis : Chut…Maman lit!La croisée des chemins

cof

Que s’est-il produit dans un lointain passé sur l’île de Skellig, au large de l’Irlande ? La manifestation d’une créature épouvantable, événement dont on trouve des traces sur une bonne partie du globe terrestre, selon une étrange diagonale de 115° qui, traversant l’Europe et l’Afrique, va se perdre quelque part dans l’Océan Indien. La chose terrifiante avait jadis été mise en échec. Or, en ce mois de mai 1925, elle s’est réveillée… et compte bien revendiquer le monde comme terrain de jeu ! Les seuls à savoir, les seuls qui, peut-être, parviendront à la contrer, sont au nombre de cinq : le Père Brown, un prêtre catholique britannique dont le hobby est la résolution de meurtres et mystères ; un jeune orphelin cornouaillais, Billy Babbridge ; ainsi que trois aventuriers américains, Hareton Ironcastle, sa fille Muriel et son neveu Sidney Guthrie. Ils se lanceront sur les traces des sectateurs de la chose et, au terme d’un périple qui les mènera au-dessus d’une faille océanique, à l’autre bout de la Terre, tenteront d’empêcher le monde de basculer dans l’horreur.

Auteur: Lazare Guillemot

Paru le 15 mars 2018

 

 

Publicités

11 réflexions au sujet de « 115° vers l’épouvante-Lazare Guillemot »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s