L’Abominable – Dan Simmons

abominable1

Un tel livre m’était tout naturellement destiné : amateur de fantastique, de récit de montagne, et d’alpinisme, je ne pouvais effectivement pas passer à côté de cette production de l’auteur des cantos d’Hyperion. C’est même ma chérie qui me l’a offert pour Noël dernier… On entre très vite dans le livre par une préface qui semble nous raconter la démarche d’écriture de Dan Simmons pour son livre Terreur, dans les années 90, mais en fait elle fait partie de la fiction racontée dans le livre, et trouve sa conclusion dans une postface du même tenant.  Dan Simmons serait ainsi entré en possession de cahiers de mémoire d’un certain Jacob – dit Jake – Perry, dont il présente le récit après l’avoir rencontré à la fin de sa vie.

Pour ressituer le contexte, le roman nous met face à une réalité alternative, en 1924-1925, dans laquelle l’expédition britannique pour conquérir le sommet de l’Everest  de 1924 (et échouer, avec la disparition des alpinistes Mallory et Irvine au dessus de 8.500 mètres d’altitude) aurait été suivie de la disparition sur la face nord d’un jeune Lord anglais, Percival Bromley, et de son compagnon de cordée autrichien (un inconnu total…) sous les yeux d’alpinistes allemands. On se demande bien ce que tout ce petit monde pouvait bien faire sur le flanc nord de l’Everest juste après l’échec anglais… d’autant que les conditions de leur disparition semblent bien suspectes.

Au début du récit, le lecteur fait la connaissance de 3 alpinistes en pleine ascension du Cervin, sommet mythique des Alpes :

  • le fameux Jake Perry de la préface, jeune américain idéaliste
  • Richard Deacon dit « le diacre », gentleman anglais ayant passé la première guerre mondiale sur le front et participé à deux expéditions sur l’Everest (celle de reconnaissance en 1921 et la première expédition avec Mallory en 1922), bien introduit dans les instances de l’alpinisme britannique
  • Jean-Claude Clairoux, jeune guide français prometteur et bricoleur de génie

Ces 3 alpinistes apprennent durant leur saison d’ascension la disparition de Mallory et Irvine, et vont vite se retrouver au centre d’une expédition officieuse dans le massif de l’Everest ayant pour but de retrouver trace de Lord Bromley. Le premier tiers du roman décrit la préparation minutieuse de l’expédition, l’entrainement de ses membres, et l’enquête qui les mène jusqu’à Munich dans une taverne bondée de membres du jeune parti national-socialiste allemand, dont font visiblement partie les témoins de la disparition de Lord Bromley. On note pendant toute cette partie l’extrême précision de l’auteur quant au matériel, à la description des vêtements d’expédition notamment, et bien entendu des fameux dispositifs à oxygène de cette époque.

Après ces préparatifs, l’expédition arrive en Inde, et rejoint la plantation de la famille Bromley à Darjelling où elle doit récupérer ses sherpas et le quatrième membre de l’expédition devant accompagner nos 3 occidentaux. Il se trouve que ce 4ème membre est une femme, cousine de feu Lord Bromley… ce qui n’est pas pour plaire à Richard Deacon, qui entendait gérer l’expédition sans autre leader. C’est à ce moment que l’expédition démarre véritablement, à travers le nord de l’Inde, puis au Tibet, avant d’arriver au pied de l’immense face nord de l’Everest. Les 3 compères alpinistes, associés à une lady qu’ils passent leur temps à sous-estimer avant qu’elle ne fasse ses preuves et démontre toute son utilité et expérience, vont se mettre à une double tache : celle d’escalader l’Everest pour en faire la première ascension, et de retrouver le corps de Lord Bromley. Difficile de trouver une trace sur une montagne aussi immense, 1 an après la disparition d’une personne. De plus, Lady Bromley semble ne pas tout dire sur ses motivations…

Le récit monte ainsi en intensité assez rapidement après l’établissement du camp de base, avec tous les classiques de la littérature de montagne – la tempête, les problèmes de santé, l’accident de porteur, les crevasses – mais c’est globalement bien crédible. On ne peut que reconnaître une documentation impressionnante de l’auteur, car en grand habitué des textes de montagne, j’ai trouvé le récit très réaliste. Les termes tombent toujours bien, alors qu’on a souvent dans ce genre de texte des coquilles de vocabulaire ou de pratique dès que l’on aborde les parties les plus techniques. On vit l’ascension avec l’expédition, dans ses difficultés, dans ses douleurs, dans ses accomplissements. Les personnages sont ainsi assez crédibles et attachants, bien qu’un peu trop stéréotypés : j’imagine que c’est un des effets de l’altitude de forcer les traits de caractère…

L’histoire en elle-même oscille entre le récit d’ascension, dont il reprend tous les codes, et le thriller, avec un côté inquiétant lié à l’environnement particulièrement inhumain, mais aussi à une menace que l’on sent tout au long du roman proche des protagonistes, et qui finit par leur tomber dessus. Pourquoi faut-il absolument retrouver le corps du Lord, quand le désir le plus profond de ces 3 alpinistes chevronnés et doués est de faire la première du toit du monde ?

Bien sûr, le roman soufre de quelques défauts : une relative longueur à se lancer, avec une première partie qui traîne un peu, et qui se perd parfois en détails techniques. Bien que très amateur moi-même, j’imagine le lecteur non initié qui doit se farcir ces passages décrivant les débits des machines à oxygène, ou les capacités calorifiques de certains tissus. Mode « regardez comme je me suis bien documenté » on ! Autre défaut, plus gênant, l’enchaînement des événements n’offre pas de réelle surprise, je m’attendais à la plupart des retournements de situation, et la bêtise / naïveté des héros est souvent là quand il ne faut pas. Enfin, les personnages sont un peu trop doués, à la limite des surhommes. Un exemple : l’ascension d’une traite depuis le camp de base 5500 mètres jusqu’au sommet en un peu plus de 30 heures non-stop après être redescendu d’un camp au milieu de la montagne en urgence, sous pression mentale, puis réaliser des prouesses techniques à plus de 8.000 mètres, ça fait beaucoup.

Au niveau technique alpine, Dan Simmons s’est bien documenté, mais visiblement il a autant potassé les livres techniques des années 1920 que des années 80-90… L’expédition initiale a 60 ans d’avance au niveau de sa conception (ascension en technique alpine d’un sommet de plus de 8.000 mètres), et le matériel mis au point par notre bon guide français avec les moyens de 1925 ferait pâlir les Herzog/Bonatti/Rébuffat et consort : piolet court de cascade de glace, crampons douze pointes avec pointes avant, corde résistance (même baptisée « corde miracle dans tout le récit de Perry) broches à glace, vestes en duvet dans lesquelles on n’a jamais froid, et le meilleur pour la fin : la poignée autobloquante Jumar, baptisée ainsi du nom du chien de Jean-Claude Clairoux… On a donc une certaine liberté prise par l’auteur au niveau matériel, c’est sympa à lire, mais dommage pour un récit qui colle tellement à l’histoire en général. L’ascension d’une paroi surplombante de glace en 1925… pas possible tout simplement. Idem pour certaines libertés géographiques : voir l’Ama Dablam depuis le col Nord de l’Everest n’est physiquement pas possible ! Mais je pinaille, peu de lecteurs noteront ces incohérences.

L’Abominable est donc un roman plaisant, proposant un récit fleuve d’expédition sur le plus haut sommet du monde, mais nimbé d’un mystère et d’une atmosphère pesante. On apprend beaucoup de choses dans ce récit très documenté, et on vit littéralement l’aventure avec les alpinistes. Malgré quelques défauts, le roman est une bonne surprise. Mais mon intérêt pour la montagne et l’histoire alpine biaise peut-être un peu mon jugement.

Autres avis:

abominable

Auteur: Dan Simmons

Éditeur : Robert Laffont

Parution :17/10/2019

En 1924, la course pour parvenir au plus haut sommet du monde s’interrompt brutalement suite à la terrible disparition des célèbres alpinistes George Mallory et Sandy Irvine. L’année suivante, trois hommes – un poète britannique vétéran de la Grande Guerre, un guide de montagne français et un jeune idéaliste américain – tentent à leur tour leur chance. Mais quelqu’un, ou quelque chose, les poursuit, et, à 8 500 mètres d’altitude, alors que l’oxygène vient à manquer, l’expédition vire bientôt au cauchemar.
Qui est à leurs trousses ? Et quelle vérité se cache derrière les disparitions de 1924 ? Tandis qu’ils poursuivent leur ascension jusqu’au sommet du monde, les trois aventuriers vont découvrir un secret plus abominable encore que toutes les créatures mythiques jamais imaginées.

 

12 commentaires sur “L’Abominable – Dan Simmons

    1. Merci pour ton commentaire. Pour qui est un peu intéressé par la chose montagneuse le roman doit être lu, avec si possible un peu de doc historique et une carte pas trop loin…
      J’attends ton retour.

      Aimé par 1 personne

  1. J’ai mis ma chronique pour lundi ^^ Je suis globalement d’accord avec toi mais je pense que j’ai été un peu plus dure dans mon article. Autant le cadre et la documentation de l’auteur m’ont impressionnée, autant l’intrigue m’a énormément déçue. J’ai aussi trouvé que la fin était prévisible et surtout pleine d’incohérences, c’est dommage 😦

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire. Je te suis dans ta remarque sur l’intrigue, qui est globalement bateau et qui présente peu de surprises, et j’ai un peu hésité sur ce qui était le plus important pour moi dans le roman… et ai finalement « pardonné » les lacunes scénaristiques par rapport à la qualité du récit d’ascension et de l’atmosphère parfaitement rendue.
      Par contre peux-tu me dire au niveau incohérences ce qui t’a le plus gêné ?

      J'aime

      1. [Attention spoiler] Je n’ai pas compris l’intérêt des Allemands de se faire passer pour des yétis pour finalement quelques heures plus tard abandonner toute discrétion et tirer dans le tas… Et puis le coup de « Oh la la, Hitler est vraiment très très méchant puisque, en plus du reste, il est aussi pédophile  » j’ai trouvé ça tellement nul comme explication !

        Aimé par 1 personne

        1. Spoiler inside : Oui je me suis posé la question aussi sur ce changement d’attitude, mais dans le roman ça s’intégrait bien avec les multiples fois où ils évoquent les yétis, même si on le voyait venir gros comme une maison… Pour Hitler c’est effectivement débile, pas besoin de lui rajouter cela.
          En fait je m’attendais à autre chose en contrepartie de ne pas diffuser les photos, une fois la récupération faite : je n’arrêtait pas de me poser la question de ce qui serait fait en échange au niveau de la seconde guerre mondiale. Et à vrai dire je me suis dit que les photos avaient finalement été perdues, ou détruite par Perry. Le renoncement à l’invasion de l’Angleterre fut dans l’histoire conséquence de la défaite de la bataille d’Angleterre, pas besoin de rajouter les photos pédopornographiques dans la balance…

          Aimé par 1 personne

  2. Tu pinailles peut-être, mais vu ce que l’auteur est capable de faire, tu as bien le droit de regarder au plus près.
    Quant à la fin, sans l’avoir lu, je pense être capable de la raconter dans le détail tellement Boudicca était déçue (le mot est faible) et atterrée. ^^

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que je ne comprends pas certaines erreurs de description. Avec tout ce qu’il y a comme photos ou récit sur le sujet, que l’auteur a forcément consulté, certaines inexactitudes sont très malvenues.
      Il y a aussi plusieurs fois des erreurs sur l’altitude de certaines scènes / descriptions. Je ne sais pas si cela vient de la traduction (avec conversion feet => mètres en plus) ou s’il s’agit de véritables boulettes.
      Oui le final est très décevant on est bien d’accord, en plus d’être cousu de fil blanc.

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s