Terreur-Dan Simmons

terreur

L’excellente chronique de Boudicca m’avait donné envie de me pencher sur ce roman de Dan Simmons. Puis l’adaptation récente en série a achevé d’éveiller ma curiosité. Aussi quand j’ai vu que le roman était disponible à la médiathèque de ma ville, je l’ai emprunté. J’ai eu un peu peur au début:700 pages en grand format, écrit petit, ça fait beaucoup! Pourtant, une fois le livre commencé, j’ai été très prise par le récit et une toute autre peur m’a étreinte.

Tout d’abord, il faut savoir que le roman se fonde sur des faits réels, romancés bien entendu, et auxquels Dan Simmons a ajouté un part de surnaturel. Mais cette part est somme toute assez minime et c’est surtout l’aspect historique et humain qui prime. En mai 1845, deux navires, le HMS Erebus et le HMS Terror, quittent l’Angleterre pour tenter de trouver le passage Nord-Ouest entre le Groenland et le Canada, ce qui avait pour but de relier l’océan Pacifique et l’océan Atlantique. Cette expédition appelée expédition Franklin fut prise dans les glaces et disparut. On ne sait pas exactement ce qui arriva aux 129 hommes dirigés par le capitaine John Franklin, secondé par le capitaine Francis Crozier. Le roman est paru en 2007 et à cette époque, on savait peu de choses sur le destin de l’expédition. Depuis, les épaves des 2  bateaux ont été retrouvées, une en 2014 et la seconde en 2016. Quelques éléments ont permis de savoir le chemin qu’avaient pris les bateaux et des corps ont été retrouvés sur des îles entre le Canada et le Groenland. On sait que le capitaine Franklin est mort le 11 juin 1847 et que beaucoup d’hommes étaient morts avant lui. Cependant, beaucoup de questions sont encore sans réponses concernant la destinée exacte de tout l’équipage.

En partant de ce fait réel, Dan Simmons donne une version de ce qui aurait pu se produire. Même s’il y a des éléments surnaturels, le roman est très réaliste, peut-être même trop à certains passages. Rien n’est épargné aux marins de l’expédition : conditions climatiques désastreuses, nourritures avariées, maladies, lutte contre le froid. Et quand on croit que rien de pire ne pourra leur arriver, et bien on se trompe lourdement et un nouvel élément vient se rajouter pour nous rappeler que les hommes sont peu de choses face aux dangers de la nature.

On pourrait presque se demander si le surnaturel avait raison d’être dans un tel roman étant donné la portée du sujet. Et bien oui, Dan Simmons s’en tire d’une main de maître avec ce roman en faisant un roman très angoissant, un roman qui tient de plusieurs registres et qui mêle habilement histoire, surnaturel et tragédie. L’horreur dans ce roman prend ainsi plusieurs formes : un enfer de glace qui emprisonne les hommes, un monstre inconnu qui rôde, et l’horreur dont sont capables les hommes entre eux. Et malgré toute l’ampleur des deux premières, celle des hommes apparaît comme étant la pire de toute, la plus dénuée de sens. La créature qui rode autour de l’expédition fait un peu penser au Gritche d’Hypérion, l’utilisation qui en est faite est sensiblement la même, sa présence contribue à augmenter l’angoisse, même si la présence physique de la créature est très limitée. L’autre aspect fantastique vient des légendes inuit qui donnent un aspect un peu poétique au récit, et que j’ai beaucoup appréciées.

Le rythme du roman est assez lent et on peut lui reprocher quelques longueurs. Mais là où Dan Simmons réussit un véritable tout de force, c’est dans sa manière d’installer l’angoisse tout au long du récit. La peur s’installe très vite et de plusieurs manières. On sent très vite le huis clos, l’enfermement qui prend très vite le lecteur à corps. Moi qui suit claustrophobe, j’ai eu du mal avec certains passages et pas seulement à l’intérieur des bateaux mais aussi dans l’enfer de la glace qui emprisonne. Le désespoir est presque palpable d’autant plus que l’on sait que c’est inspiré d’une histoire véridique. Cette angoisse culmine à certains moments du récit et empêche de poser le livre.  L’écriture de l’auteur et la très bonne traduction rendent le récit crédible, immersif et très prenant.

Un autre point fort du roman est ses personnages. Ils sont très fouillés et attachants (pour une grande partie). L’auteur prend le temps de les présenter, de parler de leur passé, de leurs habitudes donnant une personnalité propre à chacun. Beaucoup de chapitres sont vus depuis le point de vue de Crozier, un personnage extrêmement bien réussi mais d’autres sont écrits selon le point de vue d’autres membres de l’expédition. Cette narration permet de mieux connaitre les personnages et de voir la manière dont chacun perçoit ce qui se passe.

Terreur est donc un excellent roman, maîtrisé de bout en bout, angoissant à souhait, inspiré par une histoire terrible. L’utilisation du surnaturel donne une dimension supplémentaire à ce récit sombre et inquiétant porté par des personnages crédibles et travaillés. En un mot, une grande réussite!

Autres avis: PhookaGromovarLutin 82Journal d’un curieux, BoudiccaJust a word, Blackwolf

cofAuteur :Dan Simmons

Traducteur: Jean-Daniel Brèque

Éditeur : Robert Laffont

Parution : 11/09/2008

1845, Vétéran de l’exploration polaire, Sir John Franklin se déclare certain de percer le mystère du passage du Nord-Ouest. Mais l’équipée, mal préparée, tourne court; le Grand Nord referme ses glaces sur Erebus et Terror, les deux navires de la Marine royale anglaise commandés par Sir John. Tenaillés par le froid et la faim, les cent vingt-neuf hommes de l’expédition se retrouvent pris au piège des ténèbres arctiques. L’équipage est, en outre, en butte aux assauts d’une sorte d’ours polaire à l’aspect prodigieux, qui transforme la vie à bord en cauchemar éveillé. Quel lien unit cette « chose des glaces » à Lady Silence, jeune Inuit à la langue coupée et passagère clandestine du Terror? Serait-il possible que l’étrange créature ait une influence sur les épouvantables conditions climatiques rencontrées par l’expédition? Le capitaine Crozier, promu commandant en chef dans des circonstances tragiques, parviendra-t-il à réprimer la mutinerie qui couve?

 

Publicités

19 commentaires sur “Terreur-Dan Simmons

Ajouter un commentaire

  1. Ah chouette ! Je suis très contente que le roman t’ait plu aussi 🙂 J’ai aussi eu un peu de mal avec certains passages angoissants et j’ai mis un bout de temps après la lecture à me sortir cette histoire de la tête. Ce n’est pas encore cette fois que nous serons en désaccord !

    Aimé par 1 personne

      1. J’ai vu le début, pas encore la fin : c’est pas mal, ça respecte bien l’ambiance et l’identité des personnages. Après je n’y retrouve pas le même frisson et le même degré d’immersion que dans le roman…

        Aimé par 1 personne

  2. J’avais adoré ce roman, que j’avais lu pendant l’épisode neigeux de cet hiver, et que j’ai terminé, haletant, alors que j’étais coincé dans une gare à Tours, puis dans le train (avec ensuite une errance mémorable dans Paris désert, à 2 heures du matin, les boulevards disparaissant sous la neige ! Sans boue ou quoi, vu le peu de circulation et le blizzard qu’il y avait).

    Aimé par 1 personne

  3. L’ambiance me fait terriblement penser au scénario de TIME stories Expédition : Endurance. De l’horreur glacée, même si je pense que le surnaturel y est amené avec de plus gros sabots. Ta chronique me donne terriblement envie de sortir cet énorme pavé de ma bibliothèque, mais je vais peut-être me laisser tenter par attendre le froid et la nuit de l’hiver pour me mettre un peu plus dans l’ambiance.
    En espérant pouvoir dormir derrière…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :