Contes hybrides – Lionel Davoust

nouveaut_contes_hybrides

Les éditions Mille Cent Quinze ont été créées en 2016 par Frédéric Dupuy. Elles commencent à avoir un beau catalogue de romans, de novellas mais aussi de nouvelles. Leur concept est d’être une Agence de Voyages Littéraires qui propose des destinations imaginaires au format poche. Beau programme qui m’a emmené récemment Sur Mars et maintenant en voyage en compagnie de Lionel Davoust pour des Contes Hybrides. Ce livre porte bien son titre, il contient 3 longues nouvelles de genre différent, rééditées dans ce recueil: Le sang du large, publiée auparavant dans Contes de villes et de fusées en 2010, Point de Sauvegarde parue dans La Guerre, anthologie d’une belligérance en 2011 et Bienvenue à Magicland dans l’anthologie Trolls et Licornes en 2015.

Le sang du large met en scène un écrivain à succès victime du syndrome de la page blanche. Paul Whittemore vit seul sur une île perdue dans le but de retrouver l’inspiration. Cela semble voué à l’échec jusqu’à que Paul fasse une étrange rencontre. Le texte prend alors une autre tournure jouant avec la perception de Paul et son état mental. La solitude forcée à laquelle il s’astreint finit-elle par lui jouer des tours? La magie de l’imaginaire est elle en route? Lionel Davoust nous offre une nouvelle à la tonalité mélancolique, très bien écrite, où chaque mot sonne juste. La magie et l’imaginaire ont ils encore une place dans notre monde et quels rôles les écrivains y ont ils? Vaste question. Surtout, une très belle nouvelle qui nous questionne sur l’image que l’on a de notre monde, sur la portée de la création artistique et de l’imaginaire.

Le second texte, Point de sauvegarde, est très différent du premier pour plusieurs raisons. On passe du fantastique à la science-fiction un poil « bourrine ». La nouvelle se déroule dans un futur proche et met en scène trois cyborgs militaires. Ils ont pour mission de calmer la rébellion des Sans-Terre en pleine forêt amazonienne. Les 3 soldats n’ont presque plus rien d’humain et sont bardés d’augmentations les rendant quasi invincibles. Les avancées technologiques permettent même de les refaire à neuf en cas de mort et de leur réimplanter leurs souvenirs. Un texte qui derrière son côté militaire et combat cache un aspect plus profond et humain. On y retrouve le thème du regard sur les autres, sur la réalité. Deux univers très différents mais qui se rejoignent dans leurs thématiques.

J’avais déjà lu Bienvenue à Magicland, la troisième nouvelle de ce livre dans l’anthologie Trolls et Licornes mais j’ai pris plaisir à la lire une nouvelle fois. Nouveau changement de genre avec ce texte de fantasy avec une pointe d’humour. On retrouve les 2 créatures présentes dans le titre de l’anthologie, les trolls et les licornes (ça tombe bien). L’univers où se déroule ce texte a vu les humains et les elfes péricliter au profit des trolls qui sont le peuple dominant (les trolls des caverne domineront le monde!). On y trouve des créatures fabuleuses comme les phœnix et bien sûr les licornes. Garam travaille  dans un parc pour animaux fabuleux, et plus particulièrement avec  les licornes auxquelles il voue une vraie passion. Ces dernières ne correspondent pas vraiment à l’image traditionnelle : elles sont en effet carnivores et constituent de redoutables prédateurs. Cette nouvelle fait preuve d’humour et pose en même temps des questionnements sur la société moderne (légitimité des parcs animaliers, la solitude ou encore la vie en société). Garam va même voir un psychologue pour qu’il l’aide à résoudre ses différents problèmes. La plume de Lionel Davoust se révèle à nouveau très belle et fluide.

Ces Contes Hybrides de Lionel Davoust sont une nouvelle fois un très beau voyage proposé par les éditions Mille Cent Quinze. Un voyage au pays de la féérie (et des trolls) avec des textes variés, différents univers et registres. Un voyage en très belle compagnie avec une plume magique qui nous entraine dans l’imaginaire et les rêves.

Autres avis: FeydRautha,

mde Auteur : Lionel Davoust

Éditeur : Les Éditions Mille Cent Quinze

Parution :18/09/2019

Première novella de ce recueil, « Le sang du large » nous conte l’histoire d’un auteur isolé et de sa rencontre avec une créature qu’il pourrait croire tirée de l’un de ses romans. Mais est-ce lui qui a besoin de cet être fabuleux, ou bien l’inverse ? « Point de sauvegarde » explore ensuite le cruel labyrinthe de notre mémoire et interroge notre vision de la réalité. Et pour finir, « Bienvenue à Magicland » fait la part belle à la dérision et à la monstruosité, même si le monstre n’est pas toujours celui que l’on imagine…

Publicités

9 commentaires sur “Contes hybrides – Lionel Davoust

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :