Trois hourras pour Lady Évangeline- Jean-Claude Dunyach

dunyach_evangeline_v3.indd

Trois hourras pour lady Évangeline est un court roman de space-opera signé Jean-Claude Dunyach. Après s’être intéressé aux Trolls sous leurs diverses facettes (un troisième tome est en cours d’écriture), Jean-Claude Dunyach revient à la science-fiction, son genre de prédilection. Trois hourras pour lady Évangeline vient de paraître dans la collection La dentelle du Cygne des éditions L’Atalante. La couverture est signée Pierre Bourgerie. Ce roman a été auparavant une courte novella parue en 2010 avec le même titre, dans le n°58 de la revue Bifrost.

Car l’espace est sombre et plein de terreurs

Trois hourras pour lady Évangeline est un space-opera dans lequel on sait assez peu de choses sur l’univers. L’homme a colonisé l’espace et les voyages spatiaux se font à bord de vaisseaux et grâce à des sauts dans l’espace-tau. Cependant, l’espace n’est pas un milieu sans risques et les dangers y sont nombreux. Le vaisseau Le Temps incertain va en faire les frais lors d’un voyage de routine près de la planète Esmeralda. Il est en effet attaqué par un étrange nuage de particules qui va détruire le vaisseau intégralement et ensuite s’en prendre aux habitants de Esmeralda. Cette attaque signe le premier acte d’une guerre avec un ennemi terrifiant, redoutable, et dont on ignore tout. Les militaires prennent les choses en main, aidé par un ambassadeur qui est aussi le père d’une jeune fille appelée Évangeline.

Cette dernière était déjà présente dans la novella publiée précédemment, et Jean-Claude Dunyach explique dans une interview que son personnage est resté présent dans son esprit au point qu’il a décidé d’écrire ce roman et de retrouver Évangeline pour une histoire plus développée. Évangeline est une jeune fille un peu paumée et qui a exaspéré ses parents au point que ces derniers décident de l’envoyer sur une planète école pour y poursuivre ses études loin des tentations de leur monde. Malheureusement pour elle, à peine arrivée, l’école subit l’attaque d’une ruche d’insectes hostiles dévorant et recyclant tout ce qu’ils trouvent sur leur route. Par un heureux hasard, la jeune fille arrive dans un premier temps à leur échapper mais elle doit ensuite trouver d’autres moyens pour survivre. Le roman suit ainsi en parallèle les destins du père d’Évangeline face à un ennemi inconnu, dangereux et implacable, et celui d’Évangeline face à des insectes gluants et voraces dont le but est de faire survivre la ruche à tout prix.

Dans l’espace, tout est question de survie et de compréhension

Dans ce roman, il est question de survie à plusieurs niveaux. Tout d’abord, celle d’Évangeline, confrontée à une race d’insectes hors normes, elle va devoir se battre pour survivre. Cependant, la manière forte ne sert à rien et elle va devoir utiliser une autre tactique, et comprendre comment la ruche fonctionne et s’adapter à elle. Pour cela, la jeune fille va devoir se transformer en quelque chose d’autre, elle va devoir évoluer. Évangeline est une adolescente en passe de devenir adulte, et elle doit subir une autre forme de transformation. Ensuite, il est question de survie à plus grande échelle : celle des militaires envoyés combattre le nuage de particules, puis celle de milliers d’humains… La première partie du roman m’a parfois fait penser à Aliens, par cet aspect transformation du corps humain ainsi que par la présence des militaires.

Il est difficile de combattre un ennemi dont on ne sait rien, ni ce qu’il veut ni pourquoi il vous combat. Les militaires ne savent rien de leur ennemi et n’arrivent pas à communiquer avec lui. Il n’est déjà pas facile de traiter avec quelqu’un dont on parle le langage mais quand on se trouve face à un mur d’incompréhension, la tache devient impossible. On retrouve ces difficultés de communication à plusieurs reprises dans le roman : incompréhension face à l’ennemi, incompréhension entre Évangeline et son père.Si le langage ne permet pas de se comprendre, il devient nécessaire de  trouver d’autres moyens de communiquer comme les odeurs, les sons. On trouve ainsi dans Trois hourras pour lady Évangeline une dimension physique avec une grande importance des odeurs tout particulièrement. Les phéromones sont plusieurs fois mentionnées ou encore les sécrétions corporelles qui deviennent très importantes pour Évangeline dans sa rencontre avec la ruche. J’ai beaucoup apprécié le fait d’inclure cette dimension au récit, cela permet une plus grande immersion dans le roman. D’autant plus que le style de Jean-Claude Dunyach est très riche.

Trois hourras pour Lady Évangeline est ainsi un roman court, très rythmé avec des personnages bien construits et où les femmes sont à l’honneur. Le roman est très bien construit et parle de nombreux thèmes comme l’incompréhension, la différence, la communication avec l’autre.

Autres avis: Actusf, les chroniques de l’imaginairepost-it

Chronique réalisée dans le cadre d’un Service Presse (merci encore)

dunyach_evangeline_v3.indd Auteur : Jean-Claude Dunyach

Éditeur : L’Atalante

Parution :20/06/2019

« Le Temps Incertain était l’un des plus puissants bâtiments militaires de sa catégorie. Il mit quatorze heures à mourir. Au voisinage d’Esméralda, les rides de l’espace-Tau annoncèrent sa venue et froissèrent temporairement l’espace local. Si un quelconque caillou errant avait été assez gros pour endommager le vaisseau, il aurait été repoussé hors de portée.Mais ce qui se tenait là était trop minuscule pour être affecté.Du moins au début. »

Évangeline, jeune fille de bonne famille à la conduite dévergondée, est envoyée par son père diplomate sur un planétoïde école. Mais une étrange population d’insectes en prend le contrôle. Seule Évangeline en réchappe, au prix d’une métamorphose qui la terrifie. Cependant, à quatorze sauts-Tau de là, le bâtiment de son père est confronté à un ennemi terrifiant : un nuage de particules intelligentes dévore littéralement les vaisseaux et les colonies humaines. Pour survivre, Évangeline et son père vont devoir accepter leurs différences et unir leurs forces. Si c’est encore possible.

 

Cette chronique fait partie du challenge S4F3s5

s4f3-s5

Cette chronique fait partie du challenge Summer Star Wars – Solo
ssw-solo

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

12 commentaires sur “Trois hourras pour Lady Évangeline- Jean-Claude Dunyach

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :