Les Affinités

affinitésAdam Fisk s’est installé à Toronto pour suivre des études de graphisme que lui finance sa grand-mère. Là, il s’est inscrit à un programme payant pour déterminer à laquelle des vingt-deux Affinités il appartient. Adam est un Tau, une des cinq plus importantes de ces nouvelles familles sociales théorisées par le chercheur Meir Klein. Quand la grand-mère d’Adam, diminuée par une attaque, est placée dans une maison de retraite, le jeune homme n’a plus les moyens de suivre ses études. Mais être un Tau confère des avantages qu’il va vite découvrir : travail rémunérateur, opportunités sexuelles, vie sociale pleine et satisfaisante. Tout est trop beau, trop facile. Tout va très vite pour Adam… et il en est de même pour le reste du monde, car le modèle social des Affinités est en train de s’imposer. Malheureusement, dans l’histoire de l’Humanité, aucun changement radical ne s’est fait sans violence.

Auteur: Robert Charles Wilson                           traduction: Gilles Goulet

Édition: Denoël   collection Lunes d’encre

Parution : 25-02-2016

L’auteur: Né en 1953 en Californie mais vivant aujourd’hui à Toronto, Robert Charles Wilson s’est imposé en moins de vingt ans comme l’une des têtes de file de la science-fiction canadienne. On lui doit notamment Darwinia, BIOS, Mysterium, Les Chronolithes,  ou, plus récemment, Spin, qui a reçu le prestigieux prix Hugo, et ses suites, Axis et Vortex, ou Les affinités et La cité du futur.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Ayant beaucoup aimé Les Chronolithes du même auteur, j’ai eu envie de poursuivre ma découverte des romans de Robert Charles Wilson avec ce livre dont le résumé m’intriguait assez. Et c’est à nouveau une bonne pioche avec ce roman d’anticipation.

Le roman se déroule dans un futur proche qui n’est pas vraiment déterminé mais dans un monde ressemblant fortement au notre, avec une technologie assez similaire. La différence notable vient de la présence des affinités: des réseaux sociaux reliant des personnes ayant la même manière de penser et d’agir, et qui vont s’entraider et coopèrer. Pour savoir si on appartient à une affinités et à laquelle en cas de réponse positive, il faut passer un test payant. Il y a 22 affinités mais 5 d’entre elles sont prépondérantes et parmi celles-ci il y a Tau et Het.

L’auteur reprend le même procédé que dans Les Chronolithes, on suit le destin d’un personnage en particulier, ce qui permet de comprendre le phénomène et de voir ses répercussions au niveau mondial. Le personnage en question est Adam Fisk, américain, étudiant à Toronto au tout début du roman. Adam a des relations assez tendues avec sa famille, hormis avec sa grand-mère qui lui finance des études de graphisme. Il passe le test des affinités un peu par hasard à peu près au moment où sa grand-mère tombe gravement malade. La maladie de sa grand-mère signifie pour lui la fin de ses études car son père refuse de le financer. Cependant, la vie d’Adam va radicalement changer quand il obtient les résultats de son test d’affinités et qu’il se rend à la première soirée de celle-ci à Toronto. Adam fait partie de Tau, une des 5 plus grosses affinités.

Robert Charles Wilson a un vrai talent de conteur, on est très vite pris dans l’histoire dès les premières pages et on se surprend à tourner les pages sans s’en rendre compte. J’avais ressenti la même chose pour Les Chronolithes, une immersion dans l’histoire dès les premières pages. Cela vient de l’empathie que l’on ressent dès le début pour le personnage principal, quelqu’un de simple et proche de nous évoluant dans un monde si proche du notre. Les personnages créés par l’auteur sont très réalistes, faillibles, humains et c’est un réel plaisir de suivre leurs aventures.

Cela vient également du style de l’auteur, très fluide et percutant. Le rythme ne faiblit pas tout au long du roman et l’auteur nous livre une histoire qui parait simple au premier abord mais qui en réalité pose énormément de questions sur notre monde. Les réseaux sociaux, les sites de rencontre, tout cela fait partie de notre monde. On aime se retrouver entre personnes aimant les mêmes choses (livres, films…) ou pensant de la même manière. Tout cela est très proche des affinités. L’intrigue nous interpelle fortement car tout ce qui décrit ressemble à notre monde. L’auteur pose ainsi des problèmes de société mais ne juge jamais. On voit le comportement des affinités dans leur cercle, avec les gens qui n’en font pas partie et aussi entre affinités mais jamais d’un seul point de vue et c’est vraiment très bien fait.

Le récit est assez intimiste car il est raconté par Adam Fisk, un personnage très attachant qui se cherche un peu, a des relations difficiles avec sa famille, et qui va trouver une famille de remplacement au sein de son affinité. On suit Adam sur plusieurs années, ce qui permet de voir l’évolution des affinités et leurs répercutions à un niveau plus général. Les deux ellipses de temps sont un peu déstabilisantes au début, la situation évoluant assez vite surtout dans la dernière partie du roman, cependant on s’y fait. La dernière partie du récit se concentre surtout sur la rivalité entre 2 grandes affinités et moins sur les répercutions qu’ont eu les affinités au niveau mondial, j’aurai aimé que l’auteur développe un peu ce point.

Le thème de ce roman peut intéresser beaucoup de lecteurs et pas que des lecteurs de science fiction. C’est vraiment un livre que je recommande car il permet de réfléchir sur notre monde et la manière dont on construit notre identité au sein d’une famille ou d’un groupe de personnes. Le récit est très immersif, servi par des personnages profondément humains, une plume fluide et un récit parfaitement maîtrisé. Bref, un très grand roman, qui aurait pu être plus long, qui me donne envie de poursuivre ma découverte de cet excellent écrivain.

Autres avis: BlackWolf, Lorhkan  Yogo, le chien critique

Le plein de challenges avec cette chronique:

Challenge Lunes d’encre

pulp-o-mizer_cover_image

Challenge Summer Short Stories of SFFF  de Xapur

Challenge Summer Short Stories of SFFF - saison 3

Challenge: Robert, je t’aime !

crcw

Et enfin challenge littérature de l’imaginaire

d2_orig

Publicités

19 réflexions au sujet de « Les Affinités »

  1. Qu’ajouter à ta conclusion ?
    « Le thème de ce roman peut intéresser beaucoup de lecteurs et pas que des lecteurs de science fiction. C’est vraiment un livre que je recommande car il permet de réfléchir sur notre monde et la manière dont on construit notre identité au sein d’une famille ou d’un groupe de personnes. Le récit est très immersif, servi par des personnages profondément humains, une plume fluide et un récit parfaitement maîtrisé. »
    Une idée de ta prochaine immersion wilsonnienne ?

    Aimé par 1 personne

  2. Et hop, un nouveau dans ma wish list! Quand j’aurais baissé ma PAL, je pense que beaucoup de livres rencontrés sur ton blog et celui du lutin vont se retrouver dans ma bibliothèque! En tout cas je suis ravie, car vous allez me permettre de me plonger un peu plus dans la science-fiction qui est un genre qui m’attire mais tout en ne sachant pas par quel bout commencer. (J’en ai déjà lu, mais si j’ai eu quelques bonnes surprises je suis aussi tombée sur des romans pour lesquelles je n’étais pas assez « mûre », en tout cas où je n’ai rien compris ou que j’ai trouvé trop froid) Bref, merci!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s