Vigilance de Robert Jackson Bennett

Vigilance est une novella de Robert Jackson Bennett qui vient de paraitre dans la collection Une heure Lumière des éditions Le Bélial. C’est le plus dodu de la collection avec 160 pages environ. C’est aussi un texte percutant, impressionnant, pour lequel j’ai du faire des pauses dans ma lecture à certains moments et certainement un des plus réussis dans les UHL.

Le roman appartient au registre de l’anticipation. Il se déroule aux États-Unis en 2030. Le pays ne semble plus que l’ombre de lui-même. Les jeunes, les plus éduqués, tout ceux qui le peuvent, quittent le pays et vont voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Le changement climatique se poursuit, les avancées technologiques aussi, le pessimisme et la peur aussi. La peur de l’autre, de l’étranger, des non-blancs, de tout le monde, incite les gens à être armés tout le temps car il faut bien se défendre et défendre ses biens. Tout est fait pour que les gens aient peur, de tout, et tout le temps. La manipulation des foules est devenue la loi et d’autant plus sur des chaines de télévision comme ONT (Our Nation’s Truth), la chaine qui diffuse le programme Vigilance devenu roi. Voici une citation qui résumé assez bien les choses:

« Plus que quiconque, John McDean sait que l’Amérique n’est pas – n’est plus – un endroit où l’on vit. Mais où l’on suvit. Et un endroit de la sorte est on ne peut plus monétisable pour Our Nation’s Truth. »

Vigilance est une émission imaginée par John McDean suite à une énième fusillade de masse dans le pays. Une émission rencontrant un succès immense, dans laquelle trois candidats sont sélectionnés pour tuer en réel, pour faire une tuerie de masse en direct live. S’ils survivent, la cagnotte est à la clé et si au contraire quelqu’un dans la foule arrive à les abattre, ce sera lui le gagnant. Le principe est simple: tuer ou se faire tuer. Mais bien sur pas juste pour le « spectacle », non pour préparer la population à être vigilent, à se préparer à affronter la menace, toute forme de menace. Pour cela, il faut être armé, s’entrainer et être prêt tout le temps. Ceux qui périront, ce sera entièrement leur faute, ils auraient dû être vigilants et mieux préparés.

En coulisse, tout est géré au mieux, des potentiels tueurs, aux lieux qui conviennent le mieux pour une vigilance, aux publicités ventant les armes et autres moyens de défense. Tout est fait pour fidéliser la population, les IA y veillent et établissent le profil du cœur de cible. Tout est fait pour lui plaire, même le tromper avec de fausses images falsifiant la réalité. Après tout, cela fait bien longtemps que tout le monde n’a que faire de la réalité, seul l’argent importe. Robert Jackson Bennett dresse ainsi un portrait de l’Amérique de demain tellement réaliste qu’il en est glaçant, horrible. Il parle de fake news, de manipulation des foules, de fausses menaces en gros de tout ce qui existe déjà actuellement, en forçant (à peine) le trait. Le livre est ainsi une critique à la fois du système politique d’un pays, de la course à l’armement des citoyens mais aussi de la société de consommation prête à façonner des citoyens pour vendre et obtenir ce qu’elle veut.

Le tout est brillamment raconté avec un récit qui alterne deux personnages très différents: John McDean, blanc, riche et concepteur de Vigilance d’une part et Delyna, jeune femme noire serveuse dans un restaurant de seconde zone. Le contraste entre les deux personnages est saisissant. La narration de Robert Jackson Bennet est impressionnante de maitrise, affichant clairement le propos sans jamais trop en faire. Le style d’écriture de l’auteur est très visuel et fluide, on se représente très bien les scènes décrites.

Vigilance est ainsi un roman qui prend aux tripes, presque insoutenable par moments car tellement réaliste. C’est le portrait sans fard de l’Amérique de demain, d’un pays où la seule loi est l’argent, la manipulation est reine, et dans lequel la vie humaine n’a plus vraiment de valeur. Sans conteste, un roman brillant et un grand cru dans la collection Une-heure lumière.

Autres avis: Chut maman lit, Apophis, FeydRautha, Gromovar, Blackwolf, Yogo, Lorhkan, Boudicca, Xapur,

Auteur: Robert Jackson Bennett

Édition: Le Bélial’

Traduction: Gilles Goullet

Trois tireurs armés jusqu’aux dents lâchés dans un « environnement » public aléatoire délimité. Un but : abattre le plus de personnes possible. Une promesse : un énorme paquet de fric pour celui qui quitte les lieux indemne. Si l’une des « cibles » met hors d’état de nuire l’un des tireurs et survit, une part du pactole lui échoit. Des règles simplissimes, et des dizaines de drones qui filment le tout pour le plus grand bonheur de millions de spectateurs hystérisés, d’annonceurs aux anges et de John McDean, producteur et chef d’orchestre de Vigilance, le show TV qui a résolu le problème des tueries de masses aux États-Unis…

« Si l’Amérique ne fabrique plus grand-chose, elle produit à coup sûr quantité d’enfants morts : abattus à l’école, chez eux, sur les terrains de jeux ; abattus par des flics, par eux-mêmes, par leurs parents, par d’autres enfants… Des tas et des tas de petits corps angéliques, tous perforés par des balles, tous immobiles, froids, parfaits.  »

21 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s