Vorrh – Brian Catling

vorrh

Vorrh est le premier roman de Brian Catling, sculpteur, cinéaste et enseignant des beaux-arts à Oxford. Brian Catling a aussi écrit de la poésie. Ce roman est paru en 2012 au Royaume-Uni puis a été réédité en 2015. Même s’il peut être lu de manière indépendante, deux autres romans sont parus dans le même univers, formant ainsi une trilogie: The Erstwhile en 2017 et The Cloven en 2018. En France, c’est Outrefleuve qui a annoncé en début d’année sa parution  pour septembre.

Un cadre extraordinaire

Vorrh situe son action après la Première Guerre Mondiale mais on assiste également à des retours en arrière se passant à la fin du XIX ème siècle. Sous le nom étrange de la Vorrh se cache une forêt africaine mystérieuse, sur laquelle circule beaucoup de rumeurs. D’après les légendes, la forêt est impossible à traverser, ni à cartographier. L’endroit serait également régi par la magie et quiconque y entre le ferait au risque de sa vie. En effet, les quelques personnes téméraires ou inconscientes qui y sont entrées sont mortes ou ont perdu la mémoire. Cela devrait décourager la majorité des gens, pourtant la Vorrh attise les convoitises et plusieurs personnes rêvent de s’y rendre et de voir les créatures qui y vivent. On raconte que des démons, des fantômes et même des cyclopes vivraient dans le cœur de la forêt, et aussi qu’elle abriterait le jardin d’Eden.

Toutes ces  rumeurs n’ont pas empêché la construction d’une ville appelée Essenwald à côté de la forêt. C’est une grande ville semblable aux villes européennes avec ses fêtes et sa manière de vivre de l’époque. Les rares personnes qui veulent se rendre dans la Vorrh viennent à Essenwald. Le français, un écrivain extravagant qui parcourt l’Afrique, veut traverser la Vorrh. Mais, il n’est pas le seul. Un autre homme a entrepris de se rendre dans la Vorrh et il dispose de solides atouts. C’est un ancien soldat prénommé William qui avait pour maitresse, une sorcière prénommé Este.

Le véritable personnage principal du roman est la forêt, son ombre plane constamment, dans toutes les actions des personnages, dans leurs pensées, dans leurs actes, leurs préoccupations. Elle domine le récit même si elle n’est pas tout le temps présente. Brian Catling distille les informations sur l’univers et sur la forêt au fur à mesure du récit. Le mythe qui entoure la forêt se construit au travers des différents protagonistes du roman. L’univers construit ressemble au notre par divers aspects mais s’en éloigne aussi par de nombreux autres. Réalité et fiction sont entremêlées dans le roman, autant dans les évènements que dans les personnages. Certains s’appuient d’ailleurs sur des personnes ayant réellement existé comme Raymond Roussel pour Le Français.

Un roman très dense et riche pourtant pas facile à aborder

L’univers décrit est foisonnant et bien construit. Il en est de même pour les personnages. La galerie de personnages proposée est assez incroyable : un archer armé d’un arc étrange et vivant créé à partir de sa défunte compagne, un photographe créateur d’une invention formidable, un écrivain français rêveur, un cyclope élevé par des robots, une jeune femme qui veut s’émanciper de sa famille, une jeune aveugle, un médecin qui mène de sordides expériences, un chasseur décidé à traquer ceux qui entrent dans la forêt. Chaque protagoniste a son propre récit et chaque trame s’enchâsse avec les autres pour former le roman. Cela donne l’impression au début de lire une suite de nouvelles se passant dans le même monde et où les personnages se croisent. On peine un peu à découvrir le fil directeur de tout cela au début. Peu à peu, l’ambiance très particulière et foisonnante prend le dessus et on se laisse emporter par le voyage. Ce qui fait le charme du roman vient de ses personnages, de son univers et pas vraiment de son intrigue.  Il illustre bien le fait que ce qui importe c’est le voyage et pas la destination à proprement parler.

Avec autant de personnages, il est difficile de les trouver tous au même niveau et certains sont plus attachants que d’autres. On prend plus plaisir à en suivre certains. Cela pourra donner parfois une impression de longueurs dans certains passages. Le lecteur doit faire des efforts pour pleinement s’immerger dans le roman, surtout dans la première partie, surtout que rien n’est vraiment facilité par l’auteur. En effet, celui-ci sculpte son univers et son œuvre par petites touches, donnant parfois une impression totalement décousue. La scène d’ouverture du roman en est un bon exemple, elle est marquante, difficile à lire, complétement incroyable.

De nombreuses thématiques sont abordées dans ce livre. L’histoire se passe en Afrique au début du 20 ème siècle et Brian Catling ne présente pas les hommes blancs sous un jour très plaisant. Les cultures africaines et européennes apparaissent comme étant très différentes, ces dissemblances entrainant de nombreux problèmes. Le récit aborde aussi le dépassement de soi, la folie, la perte de mémoire, l’amour, les liens entre les individus. Il est là aussi prolifique.

Vorrh est donc un roman inclassable mêlant fantastique, créatures surnaturelles, mythologie. Il est assez difficile d’entrer dans le récit qui n’est pas vraiment ce qu’on pourrait penser au premier abord. Le roman est à l’image de la forêt: foisonnant, étrange, intriguant. Il est porté par la plume poétique et imagée de l’auteur. Oserez vous entrer dans la Vorrh?

Autres avis: Just a wordLe chroniqueur, Elbakin

Chronique réalisée dans le cadre d’un Service Presse (merci encore)

vorrh Auteur : Brian Catling

Édition: Outrefleuve

Parution :26/09/19

À côté de la ville coloniale de Essenwald se trouve le Vorrh, une vaste forêt, peut-être sans fin. Elle abrite des démons et des anges, des guerriers et des prêtres. Consciente et magique, Vorrh influe sur l’écoulement du temps et vous efface la mémoire. La légende veut que le jardin d’Eden existe encore en son cœur.
Un soldat anglais renégat veut être le premier homme à la traverser. Armé seulement d’un arc étrange, il entame son voyage, mais certains craignent les conséquences de sa mission, et un tireur d’élite indigène a été choisi pour l’arrêter. Autour d’eux tourbillonnent bien des personnages, y compris un Cyclope élevé par des robots et une jeune fille trop curieuse, ainsi que des personnages historiques, tels que l’écrivain Raymond Roussel et le photographe et Edward Muybridge.

 

 

Publicités

10 commentaires sur “Vorrh – Brian Catling

Ajouter un commentaire

  1. Je rejoins ton commentaire et celui d’Elhy, il a pas l’air super facile à appréhender, et inclassable semble-t-il également. Fantasy historique ? Steampunk ? Fantastique ? Comment ça se passe ? ^^ Belle chronique qui donne envie de tenter le coup malgré la difficulté.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :