Le cycle de Mithra : Intégrale des romans et des nouvelles- Rachel Tanner

C1-Le-Cycle-de-Mithra-OK-738x1024

Les éditions Mnémos ont décidé de rééditer Le cycle de Mithra de Rachel Tanner, paru dans d’autres éditions dans les années 2000. Rachel Tanner est historienne et archéologue de formation, elle avait été le coup de cœur des Imaginales en 2007. Cette intégrale contient les 3 ouvrages parus dans ce cycle: L’Empreinte des dieux, Le Glaive de Mithra, Les Sortilèges de l’ombre. Les Sortilèges de l’ombre est constitué de 5 nouvelles se déroulant dans le même univers. L’intégrale comprend également une chronologie et un glossaire sur Mithra et le mithriacisme. Le tout est sublimé par la belle couverture signée Qistina Khalidah et du papier de belle qualité. L’objet livre est ainsi dense et de belle qualité.

Le cycle de Mithra est une uchronie et le point de divergence historique est précisé dans le premier tome. Le bouleversement historique est religieux et non pas politique mais il est de grande importance. Il démarre sous le règne de Constantin Ier au IV ème siècle. En 324, Constantin est empereur et reconnait dans la Chrétienté une religion qui peut l’identifier comme le représentant de Dieu et le protecteur du peuple. Ce fut un tournant important dans notre histoire. Dans l’univers de Rachel Tanner, Constantin Ier n’a pas déclaré le christianisme comme religion d’état. Son fils Crispus est sauvé de l’exécution par des magiciens et succède à Constantin à la mort de ce dernier. Il va par la suite mettre en avant le Culte de Mithra qui devient religion officielle. Les Chrétiens vont être persécutés et devenir l’équivalent d’une secte. Le cycle de Mithra se situe dans les années 1500 soit au VIIIe siècle après J.C. et l’empire romain est toujours en place. Le culte de Mithra a en effet empêché la chute de l’empire romain grâce à ses valeurs basées sur la solidarité et la combativité.

L’univers construit par Rachel Tanner est solide, bien construit et crédible. Les mœurs romaines sont décrites sur plusieurs points allant de la cuisine aux différentes manières de vivre. On sent qu’il y a une solide documentation historique pour la création de cet univers qui nous fait également découvrir la vie dans les autres régions de l’empire. L’Empreinte des dieux nous fait voyager en Gaule, en Germanie et en Helvétie. La Gaule bien qu’étant sous domination romaine, a gardé une part sauvage en elle, une part où les croyances anciennes sont présentes tout comme la magie. Le Glaive de Mithra, second tome, nous fait plus amplement découvrir la ville de Rome et son Empereur. La magie existe dans cet univers, sous forme de sortilèges. Les magiciens forment une sorte de caste et sont très puissants, surtout ceux qui pratiquent depuis longtemps.

L’héroïne des 2 tomes est Judith de Braffort, une jeune femme vivant en Armorique au tout début du récit. Elle a grandi dans une famille heureuse, loin de Rome et du culte de Mithra, et a pu baigner dans les croyances anciennes. C’est une femme au fort caractère, qui n’hésite pas à s’opposer à sa cousine Frédérique et à Savanarol, le prêtre de Mithra qui veut lui faire la leçon. La mort accidentelle du fils de Frédérique par le frère de Judith va avoir des conséquences désastreuses pour toute la famille de Judith. Le destin du personnage principal va basculer également suite à une étrange rencontre dans les bois avec un Dieu qui lui demande d’aller rejoindre la magicienne Ygrene, dans son domaine de Vindossa (en Suisse), et d’en devenir l’apprentie. Les péripéties vécues par Judith sont nombreuses dans les 2 tomes et le plus souvent en lien avec la religion et la magie. C’est est un personnage fascinant, une femme forte et résolue, qui attire tout de suite la sympathie du lecteur. Cependant, les autres personnages sont également très bien crédibles. Ils sont nombreux à croiser la route de Judith, et l’autrice en quelques mots arrive à dépeindre des personnages vrais et touchants. Ces personnages sont placés au centre de l’histoire et nous font vibrer.

Les deux premiers tomes sont des romans et sont marqués par de nombreux événements. Le premier voit même quelques scènes de batailles épiques prendre vie sous nos yeux avec notamment le siège de Cologne, passage très intense et immersif. Le second tome a aussi son lot de périls avec la peste qui va frapper Rome et avec les dangers liés à une secte mithriaste. Le troisième tome présent dans cette intégrale est constitué de plusieurs nouvelles qui se déroulent à différentes époques. Ces nouvelles reviennent sur des éléments clés ou des personnages des tomes précédents. Ces nouvelles sont de grande qualité et permettent de développer l’univers proposé par Rachel Tanner. On retrouve Judith dans la toute dernière nouvelle qui se déroule peu après la fin du second tome, avec un texte mêlant enquête et sorcellerie autour d’une notable romaine.

Un des éléments marquants de ce cycle de Mithra, que l’on retrouve à la fois dans les romans et dans les nouvelles, est l’aspect de la religion. On y trouve en effet une critique de la religion mais pas des croyances. Les croyances qui se retrouvaient parmi les divers peuples conquis par l’empire romain ne sont pas mises en cause. Ce qui est mis en cause est le fait de vouloir imposer sa foi, la foi en un dieu unique auquel tout le monde doit croire. Le choix de Mithra n’est pas anodin, cette divinité orientale présentant beaucoup de similitudes avec le christianisme. Dans la première nouvelle de Les Sortilèges de l’ombre, on assiste à l’arrivée du Mithra en Iran un 25 décembre. Les prêtres de Mithra veulent convertir un maximum de personnes et pour cela veulent effacer toutes les anciennes croyances présentes dans l’Empire romain. La magie et la sorcellerie sont également très mal perçues dans le culte. Tous ces points sont très bien amenés de la part de Rachel Tanner amenant une réflexion sur le fanatisme religieux et en même temps sur les civilisations avec la fin d’un empire.

Le cycle de Mithra est ainsi une grande réussite, une uchronie très bien pensée avec un univers solide et riche. Les personnages sont bien caractérisés, intéressants et variés. La plume de l’autrice est fluide et imagée, rendant les scènes de bataille très vivantes. Un excellent cycle à redécouvrir grâce à cette très belle réédition des éditions Mnémos!

Autres avis: dionysos (tome 1),Boudicca, L’ours inculte

Chronique réalisée dans le cadre d’un Service Presse (merci encore)

dav Autrice: Rachel Tanner

Parution:16/05/19

Édition: Mnémos

VIIIe siècle après Jésus-Christ : le culte de Mithra est devenu la religion officielle de l’Empire romain, et les autres cultes, dont celui de la petite secte chrétienne, sont férocement réprimés. Mais les mécontents s’agitent : peuples germaniques en révolte, Armoricains jaloux de leur autonomie, tribus helvètes bien décidées à interdire l’accès à leurs montagnes… À Vindossa – jardin d’Éden protégé du monde extérieur – Ygrène, une puissante magicienne, s’efforce de rassembler les ennemis de Rome. Il ne manque qu’une étincelle pour mettre le feu aux poudres, et elle viendra de Judith de Braffort, fille d’un noble armoricain, envoyée à Vindossa par un dieu assez mystérieux. À Rome pourtant, alors que les légions se mettent en marche pour écraser toute résistance, la vie continue, entre jeux du cirque et chasse aux hérétiques, complots politiques et menaces diverses.

Publicités

32 commentaires sur “Le cycle de Mithra : Intégrale des romans et des nouvelles- Rachel Tanner

Ajouter un commentaire

  1. Au niveau des noms, l’autrice est visiblement allée faire son petit marché dans l’Histoire et la légende. Savanarol = Savonarole et Ygrene = Ygraine / Ygerne ? Sinon, autant le remplacement du Christianisme par le culte de Mithra est intéressant, autant pour le reste, je ne suis guère convaincu. Je crois que c’est l’inclusion de la magie dans un contexte uchronique qui aurait pu être intéressant sur un plan géopolitique / religieux qui me bloque. Je vais en rester à Roma Aeterna de Robert Silverberg, pour ma part. Merci pour ta critique !

    Aimé par 1 personne

    1. Pour les noms, je pense qu’il y a une volonté d’ancrer dans l’histoire. La magie n’est pas tellement présente, elle a une importance mais plus liée aux anciennes croyances en contradiction avec la religion de Mithra. C’est plus lié à des sortilèges de protection en lien avec la nature.

      Aimé par 1 personne

    2. Pourtant « Tanner' », ça fait anglophone, tu pourrais faire un effort^^
      Avec elle, on est dans quelque chose de non stéréotypé et de très fourni au niveau de la documentation. En plus, pour une fois qu’on est sur la frontière Antiquité-MA.

      Aimé par 1 personne

        1. Je suis encore en train de me poser la question, en vrai, pour le format des articles, donc je verrai ^^ Mais effectivement, je me dis que comme c’est une intégrale, cela permet d’avoir une vision d’ensemble du cycle, quitte à détailler de manière interne sur les différents volumes…

          Aimé par 1 personne

  2. J’avais lu les romans il y a un moment mais j’étais curieuse de lire les nouvelles. Du coup je me suis fait avoir : après avoir relu les premières pages par curiosité, je me suis finalement lancée dans une relecture complète ^^

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais commencé ce cycle il y a bien des années, attirée par ce qui me semblait un super concept d’uchronie… et j’ai décroché. Je lui redonnerais sa chance un jour peut-être, j’aime quand même beaucoup le point de divergence.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :