Malheur aux gagnants

malheur-gagnants

Paris, 1935. Les deux derniers gagnants de la Loterie nationale sont retrouvés morts dans d’étranges circonstances. La police pense à une coïncidence malheureuse. Mais le colonel Picot, président de l’Union des blessés de la face, qui vend les billets et gère les tirages, n’est pas de cet avis. Il charge un trio de gueules cassées de mener l’enquête. De Montmartre à Barbès, en passant par les abattoirs de la Villette, Gendrot, Piquemouche et Fend-la-gueule écument la capitale et ses recoins à la recherche des assassins. Les trois détectives ne se doutent pas qu’ils vont bientôt plonger dans un vaste panier de crabes peuplé d’espions en tout genre et lié aux arcanes de l’algèbre. Se tireront-ils sans dommage des imprévisibles et funestes mannes de l’aléatoire ?

Auteur: Julien Heylbroeck

Édition: Les moutons électriques

Paru le 8 septembre 2017

L’auteur: Passionné d’Histoire et d’histoires, Julien Heylbroeck commence à écrire dans le domaine du jeu de rôle, participant à plusieurs gammes, chez divers éditeurs. Il franchit le pas vers les littératures populaires en 2011. Depuis, il a publié une douzaine de nouvelles, chez Rivière Blanche et Malpertuis. Il est également co-anthologiste, avec Romain d’Huissier, des deux tomes de Dimension Super-Héros et a été sélectionné sur l’anthologie l’Amicale des jeteurs de sorts, l’anthologie du festival Zone Franche de Bagneux 2013 ainsi que dans Total Chaos, l’anthologie polar d’ImaJn’ère 2013, où il est arrivé premier ex-æquo au concours de nouvelles. (source http://www.halliennales.com)

℘⊥πστζπαβπ√∂

Ce roman est le second reçu dans le cadre de l’abonnement des Moutons électriques et pour le moment les deux romans sont de très bon niveau. C’est le premier texte de l’auteur que je lisais et j’ai été agréablement surprise.

Le roman situe son action en 1935 dans la période entre deux guerres. Les deux derniers gagnants de la Loterie Nationale sont retrouvés morts et l’enquête de la police ne donne rien, la police refusant de faire le lien entre les 2 décès. L’union des blessés de la face est liée à la Loterie Nationale dont elle vend les billets. Si la vente des billets baisse, ce serait préjudiciable pour eux. Devant cette éventualité, le président de l’Union,  Colonel Picot, demande à 3 de ses membres de mener l’enquête, il s’agit des 3 personnages principaux du roman. Les membres de l’Union des blessés de la face sont d’anciens militaires blessés à la guerre et revenus mutilés au visage. Voilà le point de départ d’une enquête qui s’annonce difficile et à mener en parallèle de la police et en toute discrétion.

Les 3 personnages centraux sont donc d’anciens soldats victime de la guerre, encore traumatisés par ce qu’ils ont vécu. Cette particularité en fait des individus hors normes et j’ai beaucoup aimé cette idée qui est à la fois un hommage aux soldats et qui permet d’aborder le thème de la différence. Les 3 hommes ont des personnalités variées et attachantes, l’auteur prend le temps de décrire des petits moments de la vie de chacun et ces petites touches sont intéressantes. Il en va de même pour les autres personnages importants du roman que l’on apprend à connaître par petites bribes. J’ai beaucoup aimé les scientifiques également avec leur dose de folie.

L’auteur a fait le choix d’une narration à plusieurs points de vue et cela permet de mieux cerner l’histoire et également de donner un petit côté roman d’espionnage au roman. Par certains aspects, le roman flirte avec le roman noir. L’enquête sur les meurtres a une grande importance, le tout saupoudré d’une dose d’énigmes et d’utilisation de probabilités. Le surnaturel est d’ailleurs très peu présent dans le récit, c’est plus une question de savoir, de jeux sur les statistiques.

Le roman se situe dans la période de l’entre deux guerres avec plusieurs paramètres qui entrent en jeu comme le devoir de mémoire par rapport aux soldats de la première guerre mondiale et la montée de Hitler au pouvoir. Tout ce contexte historique est très bien retranscris et donne de la profondeur au récit. Le roman aborde en effet beaucoup de thèmes malgré sa brièveté. Un autre point à noter est aussi le mélange des genres qu’offre le roman, avec des passages intrigants, d’autres presque glauques, d’autres flirtant avec le comique. Mais cela est bien fait et on se laisse porter dans cette histoire originale et intrigante.

J’ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman bien construit et original. Le style de l’auteur est agréable et fluide, le roman est court mais dense et aborde de nombreux thèmes comme la différence dans une période historique intéressante. Le gros point fort du roman est surtout ces personnages très bien construits et hors normes. Vraiment une très bonne surprise!

Célindanaé

Autres avis: les sortilèges des mots

Cette chronique fait partie du

challenge littérature de l’imaginaire

d2_orig

malheurgagnants

Publicités

17 réflexions au sujet de « Malheur aux gagnants »

  1. J’ai beaucoup apprécié celui-ci qu’il avait sorti chez ActuSF, Stoner Road, barré bien comme il faut (par contre toujours pas critiqué, honte sur moi) ! Celui-ci me tentait moins, mais si Bouddica se lance, je suivrais probablement (je m’incruste^^).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s