Lavinia

12

11 avril 2017 par aupaysdescavetrolls

Lavinia Ursula K Le GuinComme Hélène de Sparte j’ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d’être donnée, d’être prise, en choisissant mon homme et mon destin. L’homme était illustre, le destin obscur : un bon équilibre. Dans l’Énéide, Virgile ne la cite qu’une fois. Jamais il ne lui donne la parole. Prise dans les filets du poète qui n’écrira l’épopée des origines de Rome que des siècles plus tard et sans avoir le temps de l’achever avant sa mort, Lavinia transforme sa condition en destin. De ce qui sera écrit elle fait une vie de son choix. Et cela dans la douceur amère et la passion maîtrisée que suscite son improbable position : elle se veut libre mais tout est dit.

Auteure: Ursula Le Guin                  Édition : L’Atalante collection La dentelle du cygne

parution: 2008 aux États-Unis et 2011 en France

Lavinia a obtenu le Locus Award 2009, le prix de la plus prestigieuse revue américaine consacrée au domaine de l’imaginaire.

Ursula Le Guin est une auteure américaine reconnue dans les domaines de la fantasy et de la science-fiction. Elle a écrit des romans, nouvelles, poèmes et livres pour enfants.  Son premier grand succès est le roman La Main gauche de la nuit publié  en 1969. Ce roman sera récompensé par les prix Nebula en 1969, puis Hugo en 1970. Parmi ses romans, on peut citer le cycle de l’Ekumen et le cycle de Terremer. Lavinia est un roman indépendant né de la passion de l’auteure pour l’œuvre de Virgile.

Dans l’Énéide, Virgile parle très peu de Lavinia, seconde épouse d’Énée. Ursula Le Guin a décidé de lui consacrer un roman pour rendre hommage à l’œuvre de Virgile. Le roman raconte ainsi la vie de Lavinia mais également la fondation de la ville de Lavinium directement liée au destin de Lavinia.

Lavinia est une princesse latine vivant dans une ville proche de la région de Rome. Elle est la fille de Latinus, le roi des latins et d’Amata. Pour une princesse, elle a eu une enfance assez libre mais aussi tragique marquée par la mort de ses deux frères et la folie de sa mère. Une fois arrivée en âge d’être mariée, Lavinia est très courtisée, son statut étant assez enviable. Le prétendant le plus assidu est son cousin Turnus mais Lavinia va consulter les oracles afin de l’aider dans ses choix. C’est alors que le poète (Virgile mais pas cité dans le texte) lui apparait pour lui annoncer son destin: épouser Énée et lui donner un fils.

Lavinia est ainsi le récit d’une femme qui choisit son destin, et son prétendant contre l’avis de sa mère et arrive à s’imposer auprès de son père en sachant les conséquences de ses choix. En effet, la guerre est en toile de fond du récit: la guerre de Troie avec le passé d’Énée et la guerre à venir liée à la situation de Lavinia et de l’arrivée des étrangers. La guerre est vue par les femmes tout au long du récit, que ce soit Lavinia ou les femmes ou filles de soldats. Ce point de vue est très intéressant et peu utilisé en fantasy.  Il rend le récit de la guerre à la fois plus réaliste et plus poignant. Lavinia est un personnage attachant et intéressant, c’est une femme forte même si ce n’est pas une guerrière ou une magicienne, elle va au bout de ses idées. Les autres personnages, à part Énée sont assez peu développés, le roman étant raconté à la première personne.

Le choix de Lavinia n’est pas sans conséquence pour son pays avec la guerre entre les compagnons d’Énée et son peuple, pour un prétexte futile (la blessure d’un cerf à la chasse) et des conséquences personnelles pour elle et sa famille. Cependant, elle ne prend pas sa décision au hasard, elle est aidée par le poète qui lui dit son avenir. Cette mise en abime de l’histoire est intéressante et originale, elle replace Lavinia dans le récit de Virgile. Mais elle est aussi un peu gênante, car on sait à l’avance ce qui va se produire et le roman se révèle un peu sans surprise. C’est plaisant aussi de savoir comment les choses vont se produire mais on en sait presque trop dès le début et j’ai trouvé cela dommage.

Le roman ne raconte pas seulement la vie de Lavinia mais aussi comment la ville de Lavinium fut fondée. La ville fut fondée par Énée en l’honneur de sa femme. Énée et Lavinia eurent un fils. Parmi les descendants d’Énée, on trouve Jules César et les romains considéraient Énée comme le père fondateur de leur civilisation. Énée est ainsi un personnage important dans la mythologie romaine et la partie de sa vie contée dans ce roman est moins connue que celle relative à la guerre de Troie.

Lavinia est donc un roman offrant un univers antique avec un aperçu détaillé de la société romaine avec tout ce que l’on pouvait y rencontrer, allant des liens familiaux, à l’aspect religieux et à l’organisation des cités. C’est un roman sur le destin d’une femme et les répercutions de ses choix. Il est intéressant sur bien des points mais ce n’est pas mon préféré de l’auteure, le manque de surprises m’ayant un peu dérangée.

Note :7,5/10

Célindanaé

Autres avis: Boudicca , Phooka, Lutin82

Cette chronique fait partie du challenge littérature de l’imaginaire

d2_orig

laviniaCG

Petite photo de lecture 🙂

Publicités

12 réflexions sur “Lavinia

  1. […] Bibliocosme – Au pays des cavestrolls […]

    J'aime

  2. Lutin82 dit :

    Je comprends que ce ne soit pas ton préférée. IL a un rythme et une atmosphère étrange et si peu de lien avec la sfff. Et cela manque certainement d’un peu d’action.

    Aimé par 1 personne

  3. Boudicca dit :

    J’en garde un plutôt bon souvenir même si, je suis d’accord, cela manque un peu de péripéties 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. […] critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Yossarian (Sous les galets, la […]

    J'aime

  5. Elhyandra dit :

    Je dois impérativement découvrir cette autrice

    Aimé par 1 personne

  6. Merci pour ce retour. Je le note dans mes envies, j’aime le parti pris de l’auteure sur ce livre, mettre les enjeux, la guerre etc, sous le prisme d’une femme de cette époque.

    Aimé par 1 personne

  7. Vert dit :

    Je l’ai lu à un très mauvais moment ce roman, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans. Il faut que je lui redonne sa chance un jour.

    Aimé par 1 personne

  8. lorhkan dit :

    J’en avais entendu beaucoup de bien, et ce « brodage » sur l’Histoire, ça me parle. Je le note, merci. 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
lesfantasydamanda.wordpress.com/

Blog de critiques littéraires en fantasy

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

un blog sf + fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :