Les papillons géomètres

10

14 février 2017 par aupaysdescavetrolls

papillons-geometres

Eve a disparu il y a cinq ans, sans laisser ni corps ni trace. Enfuie avec un amant, d’après la police londonienne, mais morte selon l’époux inconsolable. En dépit de sa défiance, ce dernier a fait appel à une médium ; contre toute attente, Mademoiselle LaFay possède un réel talent pour joindre l’au-delà et réunit chaque année le couple pour un jour de félicité… sauf cette fois-ci : Eve n’apparaît pas.

En ces temps de misère et de richesse insolente dans la société victorienne, la vie après la mort attise les espoirs des scientifiques. Mary-Gaëtane LaFay et son amie Maisy, deux femmes audacieuses, affrontent leurs frayeurs pour résoudre un mystère entre deux mondes crépusculaires. De l’autre côté, l’Enquêteur poursuit le même dessein. La frontière qui les sépare est plus ténue qu’ils ne l’imaginaient, ce qui les unit, infiniment supérieur. L’affaire Blake révélera une énigme de la taille des univers.

Auteure: Christine Luce

Édition: Les moutons électriques                                 Paru le 2 février 2017

Christine Luce est l’auteur d’un roman jeunesse paru chez Le Carnoplaste et intitulé Charlotte Caillou contre les Zénaïdes. Elle a également écrit une nouvelle dans l’anthologie  Avenirs radieux chez  Rivière Blanche. Ce roman est son premier chez Les moutons électriques ainsi qu’en imaginaire adulte.

J’ai reçu ce roman grâce à l’abonnement des moutons électriques, c’était la parution de février. Autant j’avais été séduite par la parution de janvier Sombres cités souterraines de Lisa Goldstein, autant j’ai été plus que déçue par ce roman. Ce roman avait à la base tout pour me plaire: il se passe à l’époque victorienne que j’affectionne beaucoup et la description de 4ème de couverture fait penser à Penny Dreadfull, une très bonne série sur le thème du spiritisme à la même époque. Pourtant, la magie n’a pas opéré et je me suis ennuyée en lisant ce roman qu’il me tardait de finir alors qu’il ne fait qu’à peine plus de 200 pages.

Comme toujours chez Les moutons électriques, l’objet livre est très beau, c’est un petit format carré avec une très belle couverture signée Melchior Ascaride. La couverture situe bien le roman avec une très belle illustration de la ville de Londres et des papillons qui se retrouvent d’ailleurs tout le long du roman. Le papillon géomètre est l’autre nom du papillon de nuit, ce qui peut éclairer pour la compréhension du titre, plus que le roman lui-même, malheureusement. Autant le dire, l’histoire est entièrement donnée par la quatrième de couverture qui va même plus loin que le récit du livre, car il n’est pas question de science ni vraiment d’énigme de la taille des univers. Et c’est ce qui m’a le plus dérangé dans ce roman: la faiblesse de l’intrigue. C’est creux, tout est dit dans le résumé, on attend impatiemment qu’il se passe quelque chose, d’en savoir plus sur la disparition et la mort d’Eve et tout est expédié en quelques phrases alors que l’auteure se perd dans des digressions et des trames qui n’apportent rien à l’histoire et qui apparaissent sans véritable raison.

L’ambiance du roman par contre est assez bien rendue et correspond bien à l’époque victorienne. Elle est un peu glauque et étrange allant très bien avec le thème du roman. On s’attend presque à voir apparaitre un des personnages de la série Penny Dreadfull au coin d’une scène. Le décor de la ville de Londres est aussi bien utilisé et décrit à plusieurs reprises. Et c’est d’autant plus dommage que l’histoire aie autant de consistance qu’un fantôme car l’ambiance et le décor laissaient présager du bon. Les personnages correspondent bien au contexte également. Les deux protagonistes féminines ont des liens avec le surnaturel et le mystique: l’une est médium et l’autre est « sensitive ». Le troisième personnage principal est l’Enquêteur, personnage énigmatique au possible et dont on aurait aimé en savoir plus. Sa relation avec la médium est intéressante et le personnage est de loin le plus attachant des 3 et le plus fouillé, même si on sait très peu de choses sur lui.

Le style de l’auteure est un peu particulier, il est précieux et en cela correspond au langage de l’époque mais il est parfois difficile à lire car certains passages sont trop pompeux et descriptifs sans amener grand chose. De plus, j’ai été dérangée par le changement de narrateur effectué à plusieurs reprises. L’Enquêteur utilise la première personne puis on a un point de vue extérieur pour les 2 personnages féminins et d’un coup, Mary-Gaëtane (la médium) a aussi droit d’utiliser la première personne lors d’un chapitre, ce qui fait qu’on a du mal à comprendre qui parle au début.

Beaucoup de questions restent sans réponse et l’histoire du roman tient en très peu de mots. Le rythme du livre est lent et le roman souffre de plusieurs longueurs alors qu’il est très court. Seule réussite du livre pour moi: le climat, le décor et l’époque choisie. Peut être, l’auteure a t’elle prévu de revenir dans cette univers pour expliquer certains faits laissés sans réponses mais il faudra alors une histoire beaucoup plus consistante pour me séduire.

Célindanaé

Note:5/10

Autres avis:  BoudiccaStrega, Saffron (Elbakin)

 Cette chronique fait partie du challenge francofou  et du challenge littérature de l’imaginaire.

challenge-francofou-300x300 c2_orig

Publicités

10 réflexions sur “Les papillons géomètres

  1. Lutin82 dit :

    Déjà, je n’étais pas tentée. La couverture et le titre ne m’inspirais pas, et le pitch pas assez alléchant… du coup ce sera vraiment non.
    Merci d’essuyer les pla^tres!

    Aimé par 1 personne

  2. Elhyandra dit :

    Je n’ai qu’une chose à dire, Tout Pareil janvier super celui de février bof 🤷‍♀️

    Aimé par 1 personne

  3. Boudicca dit :

    Bon, ça me rassure, je vois que nous avons exactement le même ressenti ^^ (j’avais moi aussi l’espoir de retrouver un petit côté Penny Dreadfull)

    Aimé par 1 personne

  4. […] critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Strega (Les carnets d’une […]

    J'aime

  5. […] avis chez : Boudicca, Célindanaé, et un qui va relever le niveau enfin […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
Les Bergers électriques

Le monde de l'Imaginaire

lesfantasydamanda.wordpress.com/

Un brin de fantasy pour illuminer vos nuits...

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

un blog sf + fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :