Serpentine

14

25 janvier 2017 par aupaysdescavetrolls

serpentine

Une boutique de tatouage où l’on emploie des encres un peu spéciales. Une aire d’autoroute qui devient un refuge à la nuit tombée. Une ligne de métro où l’on fait d’étranges rencontres. Un restaurant grec dont la patronne se nomme Circé. Une maison italienne où deux enfants croisent un esprit familier… Tels sont les décors du quotidien où prennent racine ces dix nouvelles. Dix étapes, et autant de façades rassurantes au premier abord… mais qui s’ouvrent bientôt sur des zones plus troubles. Car les lieux les plus familiers dissimulent souvent des failles, écho de ces fêlures que l’on porte en soi. Il suffit de si peu, parfois, pour que tout bascule…

Auteure: Mélanie Fazi                  Éditions Bragelonne            Date de parution : 27/02/2008

Mélanie Fazi a publié 2 romans mais œuvre surtout en tant que nouvelliste.  Elle a publié 3 recueils de nouvelles: Serpentine en 2004 puis réédité chez Bragelonne en 2008, Notre-Dame-aux écailles en 2008 et Le jardin des silences en 2014. Elle est également traductrice depuis l’anglais. Elle a obtenu beaucoup de distinctions: le prix Merlin en 2002 pour Matilda une des nouvelles de Serpentine, le grand prix de l’imaginaire pour Serpentine en 2005 et le prix Masterton pour Notre-Dame aux écailles.

Mélanie Fazi a un style à part, qui fait une très grande part aux émotions et au ressenti. Les sens, qu’il s’agisse de l’ouïe par le biais de la musique ou de la vue, ont une grande importance dans ses textes. La musique est au cœur de Matilda où une fan d’un groupe se rend à un de leurs concerts,  mais l’étrange apparaît peu à peu par petites touches sans que l’on puisse vraiment savoir si le surnaturel est présent ou non, ou si la folie a pris le dessus. Plusieurs des nouvelles de ce recueil sont construites selon ce principe: Élégie, Rêves de cendre ou encore Le passeur. Ces textes sont racontés à la première personne, ce qui fait que l’on a un point de vue unique et on hésite clairement sur ce qui s’y passe: le surnaturel surgissant dans le quotidien le plus banal sans qu’on s’y attende vraiment ou est ce la folie qui pousse les protagonistes à ressentir cela?

Pour moi, plusieurs nouvelles sortent clairement du lot et m’ont particulièrement touchée. Le faiseur de pluie est une très belle nouvelle sur l’histoire familiale et le souvenir où des enfants passant leur vacances avec les parents dans une vieille demeure familiale en Italie vont prendre conscience de l’importance du passé au travers de l’esprit de la maison. La mémoire est aussi au cœur de Ghost town blues qui parle d’une ville fantôme qui se nourrit des souvenirs des gens de passage pour rester en vie. Cette nouvelle conclut d’ailleurs le recueil avec brio dans une ambiance western assez à part. Mémoires des herbes aromatiques m’a également beaucoup plu, étant donné que j’aime beaucoup la mythologie grecque. On y retrouve Circé tenant un restaurant dont Ulysse est un client. La nouvelle donnant son titre au recueil Serpentine est également une des plus réussies, elle parle d’un  salon de tatouage un peu particulier, dans lequel les encres utilisées par un des tatoueurs ont des pouvoirs spéciaux.

Une des choses qui m’a le plus marqué dans ce recueil et chez Mélanie Fazi en général est la capacité à nous faire réfléchir sur notre quotidien et à nous le faire percevoir différemment en utilisant le surnaturel, mais par des moyens détournés et par petites touches. Les 2 dernières nouvelles dont je n’ai pas encore parlé sont dans ce cas:  Nous reprendre à la route où une jeune fille se retrouve perdue sur une aire d’autoroute et se rend peu à peu compte que quelque chose ne va pas. Et surtout, Petit théâtre de rame où on retrouve plusieurs narrateurs dans le métro parisien, la nouvelle propose un véritable portrait de la faune du métro et de l’horreur que l’on peut y croiser au milieu de l’indifférence. Ce texte est à la fois triste et plein de sensibilité.

Mélanie nous offre un beau recueil plein de poésie, mettant les sens en valeurs au détriment de la raison. Comme souvent dans un recueil, certaines nouvelles sont en dessous des autres et sont parfois un peu glauques. Mais la qualité de la plume de l’auteure est à découvrir et certains textes de ce recueil sont de vrais bijoux.

Note:7.5/10

Célindanaé

Autres avis: DyonisosBoudicca, Aelinel, BlackWolf, Gromovar

Cette chronique fait partie du challenge francofou  et du challenge littérature de l’imaginaire.

challenge-francofou-300x300

Photo

Publicités

14 réflexions sur “Serpentine

  1. Tiens, j’avais rencontré l’auteure l’année dernière aux Grésimaginaires, elle était très sympathique. En revanche, je n’avais pas trop adhéré à son univers. Merci pour le lien!

    Aimé par 1 personne

  2. salveena dit :

    Le faiseur de pluie… Qu’est ce que j’ai pu pleurer. Un des plus beaux textes que j’ai jamais lu !

    Aimé par 1 personne

  3. Lutin82 dit :

    Je l’ai noté dans un coin celui-ci. Mais pour plus tard.

    Aimé par 1 personne

  4. Apophis dit :

    Je me suis promis de découvrir plus de textes de Mélanie Fazi, donc ta critique me sera très utile au moment de faire mes petites emplettes. Merci !

    Aimé par 1 personne

  5. […] critiques : Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Dionysos (Le Bibliocosme) ; Vil Faquin (La […]

    J'aime

  6. […] critiques : Boudicca (Le Bibliocosme) ; Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Vil Faquin (La […]

    J'aime

  7. Boudicca dit :

    J’aime beaucoup cette auteur, elle a toujours d’excellentes idées pour transformer des endroits ordinaires en lieux surprenants (j’ai été très marquée dans ce recueil par Nous reprendre à la route, notamment) 🙂

    Aimé par 1 personne

  8. lorhkan dit :

    De l’auteure, je n’ai lu que « Le jardin des silences », son dernier recueil en date, mais j’avais beaucoup apprécié et je m’étais dit que je devrais lire ses autres parutions. Il serait temps que je m’y mette.
    Mélanie Fazi a une très belle plume, pleine de sensibilité, un vrai plaisir de lecture.

    J'aime

  9. Dionysos dit :

    Elle est forte pour détourner le quotidien, il faut reconnaître. Cela donne envie de suivre son exemple et d’écrire sur le fantastique de nos coins de rue, de nos lampadaires et de nos halls d’entrée. ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
lesfantasydamanda.wordpress.com/

Blog de critiques littéraires en fantasy

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

un blog sf + fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :