Notre-dame-aux-écailles

notre-dame-aux-cailles-555244Saviez-vous qu’à Venise, qui vole des soupirs encourt la vengeance de la ville ? Connaissez-vous vos plus sensuelles métamorphoses, lorsque vous êtes loup, lorsque vous devenez lionne ? Avez-vous déjà pris un fleuve pour amant ? Partez à la découverte des troubles secrets de l’âme et des lieux les plus hantés : une villa qui palpite de vies enfuies, l’océan dont certains marins ne reviennent plus tout à fait humains, ou encore ce train de nuit qu’empruntent ceux qui cherchent l’oubli… Mais attention : de ces voyages-là, on ne rentre pas indemne.

auteure: Mélanie Fazi

Éditions Bragelonne: février 2008, janvier 2011 Folio SF

Genre: fantastique

¤Mon avis:

En cette fin d’année, je déstocke un peu ma PAL en lisant des livres qui y étaient depuis longtemps comme ce fut le cas avec Riverdream, en effet j’avais acheté Notre-dame-aux écailles en décembre dernier chez Gibert. J’avais entendu beaucoup de bien de Mélanie Fazi que j’ai eu l’occasion de lire pour la première fois dans Les coups de cœur des Imaginales avec la nouvelle Trois renards qui reflétait bien les écrits de l’auteure, à la fois étranges et angoissants.

Ce recueil est composé de 12 nouvelles qui ont en commun le côté étrange même si  les thèmes et les époques abordées sont différents. Les textes sont le plus souvent racontés à la première personne, ce qui va très bien avec le genre dans la mesure où l’on a un seul point de vue sur ce qui se passe. Ces nouvelles se situent vraiment dans le domaine du fantastique, le surnaturel y apparait peu à peu et on a du mal à savoir vraiment ce qui se passe.

La première nouvelle, La cité travestie, se passe à Venise et la ville y est un personnage à part entière qui se venge de ceux qui se comportent mal avec elle. Le décor offert par cette ville est très bien utilisé avec les canaux et les légendes en rapport avec l’eau. Elle nous offre une ballade étrange et poétique au sein de cette ville si particulière.

La nouvelle suivante change de registre avec une histoire se déroulant dans une famille dont le père est un illustrateur de livre qui voit ses dessins s’effacer peu à peu. La musique a une grande importance dans ce texte comme dans Trois renards, elle amène la fillette de l’illustrateur à dessiner à son tour. Ce texte se situe dans un contexte ordinaire en y apportant une touche de magie.

La troisième nouvelle Langage de la peau est une de mes préférées. À nouveau les sens sont à l’honneur avec cette fois l’odorat. Cette nouvelle contient beaucoup d’émotions, de sensualité et de poésie, pourtant c’est un texte très court avec des lycanthropes.

J’ai moins aimé la nouvelle suivante intitulée Le train de nuit peut être à cause des araignées ( c’est une phobie chez moi alors ces passages m’ont fait peur). L’ambiance de la nouvelle est assez dérangeante, on ne sais pas vraiment ce qu’est ce train mais plus ce qu’il représente, une forme d’oubli.

Dans Les cinq soirs du lion, une jeune fille acquiert un familier qui n’était pas vraiment ce qu’elle attendait et doit pour cela revivre des souvenirs douloureux. L’histoire aurait pu être un peu plus fouillée mais cela reste une nouvelle d’un bon niveau.

L’eau est à nouveau à l’honneur dans La danse au bord du fleuve où une femme en proie à une crise sentimentale fait une rencontre un peu particulière lors de ses vacances en solitaire. La sensualité est également très présente dans ce texte qui aborde aussi la peur qui peut nous paralyser.

La nouvelle suivante Villa Rosalie traite du thème de la maison hantée mais sous un nouveau jour. Les habitantes de la maison y ont chacune laissé une empreinte et rendu la maison quasiment vivante. C’est un texte dans lequel il est un peu difficile d’entrer mais très poétique.

Le nœud cajun est parfaitement du domaine du fantastique car on ne peut pas vraiment se faire une idée précise sur ce qui arrive, si le personnage du père de famille est complétement fou et paranoïaque ou si effectivement le surnaturel est présent. Le comportement du père de famille est vraiment mystérieux et angoissant tout comme la nouvelle assez glaçante.

La nouvelle qui donne son titre au recueil a pour thème la maladie et les relations avec les proches. Le sujet est difficile mais l’auteure arrive à y insuffler une forme de poésie, même si le texte demeure très triste.

La nouvelle suivante a pour titre Mardi Gras et se situe à la Nouvelle Orléans après le passage de Katrina. On visite la ville après le désastre, où l’opposition entre les couleurs et la catastrophe est très marquante. C’est une très belle nouvelle très touchante sur la vie après une catastrophe.

L’eau est à nouveau au centre de Noces d’écume au travers de l’océan. La nouvelle parle d’un couple dont l’homme revient changer après une partie de pèche. Par amour, sa femme essaye de le sauver et le faire revenir comme avant. L’appel de l’océan est au cœur de l’histoire, la nouvelle m’a un peu fait penser à Lovecraft par moments.

La dernière nouvelle de ce livre intitulée Fantômes d’épingle est une des plus belles et poétiques. Une jeune femme ayant pris l’habitude d’enfouir ses sentiments depuis son enfance essaye de les faire ressortir. Ce texte parle de la mort qui est toujours présente et de comment on peut y faire face sans tomber dans le tragique.

Ce recueil de nouvelles de Mélanie Fazzi est servi par une très belle écriture remplie de poésie. L’auteure met au cœur de ses histoires les  sens, plutôt que la réflexion. L’étrange et l’émotion sont aussi au rendez-vous. Même si je n’ai pas vraiment accroché à toutes les nouvelles, ce livre est intéressant et permet de découvrir l’univers si particulier de Mélanie Fazi qui porte un regard à la fois triste et émouvant sur le monde.

Note:7.5/10

Célindanaé

autres avis: BlackWolf, Boudicca

challenge-francofou-300x300

Cette chronique fait partie du challenge francofou et du challenge littérature de l’imaginaire

Photo

Publicités

6 réflexions au sujet de « Notre-dame-aux-écailles »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s