Snowpiercer: 3 raisons de regarder …ou pas

SnowpiercerNetflix-Banniere-800x445

Snowpiercer est une série américaine post-apocalyptique diffusée depuis le 25 mai 2020 sur Netflix. Elle a été créée par Josh Friedman (scénariste de Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor) et Graeme Manson ( à l’origine de Orphan Black notamment). Le titre peut vous sembler familier puisqu’il s’agit de l’adaptation de la bande dessinée française Le Transperceneige, auparavant adaptée en film sous le titre Snowpiercer, le Transperceneige en 2013 par Bong Joon-ho. Côté casting on trouve Jennifer Connelly et Daveed Diggs dans les rôles principaux. À noter que Bong Joon-ho est producteur exécutif.

La série compte pour le moment une saison de 10 épisodes au format 51 minutes. cependant, une saison 2 a été tournée et est presque terminée. Le premier teaser est d’ailleurs disponible et on sait que Sean Bean rejoindra le casting. La diffusion est fixée courant 2021 pour le moment. On ne sait pas encore si une saison 3 sera au programme.

La bande dessinée Le Transperceneige a été créée par Jacques Lob au scénario et Jean-Marc Rochette au dessin. Elle a été publiée à partir d’. Après le décès de Jacques Lob, l’univers est repris par le scénariste Benjamin Legrand. Après le succès de l’adaptation cinéma, Casterman a publié un nouveau cycle dans le même univers. La bande dessinée originale met en scène les survivants d’un cataclysme climatique enfermés dans un gigantesque train qui fait le tour de la Terre sans s’arrêter. Dans les wagons de tête, on trouve l’aristocratie tandis que dans les wagons de queue se trouvent les plus démunis. Des militaires assurent la sécurité. Le personnage principal se nomme Proloff et vient des wagons pauvres. Il va remonter le train peu à peu.

• De quoi ça parle? :

Pour contrer le réchauffement climatique, des scientifiques ont voulu refroidir la Terre. Hélas, ils ont trop bien réussi et le monde est devenu une vaste étendue glacée provoquant la mort de millions de personnes. Les survivants ont trouvé refuge dans un train en perpétuel mouvement créé par le milliardaire Wilford, qui tourne depuis déjà 7 ans lorsque la série commence. Le train est composé de 1001 wagons assemblés par classe sociale: les premières classes vivent dans le luxe tandis que les troisième classe triment et que les sans classe sont entassés au fin fond du train. Un corps est retrouvé émasculé dans la troisième classe et Andre Layton, ancien policier et sans classe, est chargé de l’enquête.

Les points positifs:

– l’aspect visuel est très réussi. L’essentiel du récit se déroule dans le train dont l’esthétique est vraiment bien faite. La « sans classe » ressemble presque à un wagon à bétail où ses habitants sont entassés les uns sur les autres et vivent dans d’horribles conditions. La troisième classe est légèrement mieux lotie mais à peine, ses membres sont exploités par les dirigeants pour qui ils travaillent sans relâche. La première classe propose une débauche visuelle dans différents styles dont art déco. La série a le temps d’explorer toutes les salles du train et de montrer les différentes flagrantes entre les classes. Les plus aisés ont accès à la nourriture chic dans une salle de dîner luxueuse tandis qu’au fil du train l’opulence disparaît peu à peu. Un élément a été développé par rapport au film: l’existence d’un « sous-train » permettant de se déplacer plus rapidement entre les wagons et à la maintenance d’agir sans que personne ne s’en rende compte. Le premier et le dernier épisode proposent également un petit passage en animation comme un clin d’œil à la bande dessinée.

– La série donne une grand place à ses personnages. Ces derniers évoluent et se complexifient au fil des différents épisodes. Le personnage de Mélanie Cavill est particulièrement réussi, elle suscite tour à tour la haine puis l’admiration. Elle est brillamment interprétée par Jennifer Connelly. Son personnage parait néanmoins presque trop forte par moments, maîtrisant de nombreux domaines à la perfection, tant physiques qu’intellectuels. Mais on prend plaisir à la suivre. André Layton campé par Daveed Diggs est aussi intéressant en leader charismatique de la révolte et ancien flic. Autre personnage très réussi: Till jouée par Mickey Sumner. Son personnage progresse énormément dans la série et voit sa vision du train changer complètement.

– La série surfe sur différents styles entre post-apocalyptique, dystopie, une dose de cyberpunk le tout en parlant de lutte des classes. Les thématiques de ces genres sont abordées même si certaines plus que d’autres. Il reste intéressant de voir comment la société essaye de se reconstruire après cette immense catastrophe tout en gardant difficilement espoir.

img-2020717164711

• Les points négatifs:

– l’enquête policière : le début de la saison s’oriente vers une enquête policière qui s’avère assez bateau. Certes, elle a le mérite de faire découvrir l’intérieur du train et les différents wagons mais le meurtre est sordide et tape à l’œil et ne colle pas trop avec le reste de l’histoire. Le meurtre génère une agitation dans la troisième classe et il faut le résoudre pour calmer les esprits. Ce twist scénaristique est assez passe-partout et déjà-vu, et on aurait aimé mieux pour explorer le transperceneige. Cette enquête a néanmoins le mérite d’offrir de nombreuses interactions entre les différents passagers. Elle va aussi donner à Layton un rôle de leader et lui permettre de transmettre des informations vers la queue du train, ce qui sera le début de l’émergence progressive d’une révolution.

– le début peine un peu à convaincre du fait de l’intrigue policière justement qui contribue à donner une impression d’étirer le récit au lieu de se concentrer sur le cœur du sujet à savoir la lutte des classes. C’est un peu dommage car une fois que tout est mis en place, la série se laisse agréablement regarder.

– les déplacements à bord du train sont trop rapides. Le train contient 1001 wagons ce qui doit bien faire une vingtaine de kilomètres. Les scénaristes ont introduit l’existence d’un « sous-train » qui permet certes de se déplacer plus rapidement mais on a parfois l’impression que les protagonistes ont la faculté de se téléporter et tout cela en talons aiguilles pour certaines.

• Le mot de la fin:

Snowpiercer développe une première saison de qualité avec des personnages solides. Visuellement, la série est une réussite. Les scénaristes ont introduit une enquête pour tenir en haleine les spectateurs sur les premiers épisodes. Cependant, l’attrait de la série est ailleurs, il est dans la lutte des classes et dans les essais pour créer une société meilleure dans des conditions extrêmement difficiles. Il faut espérer que la saison 2 restera sur le thème de la reconstruction de la société des passagers du train plutôt que sur du suspense et de l’enquête déjà vus et revus.

8 commentaires

  1. Nous avons dévoré la saison en quelques jours, avec mon compagnon. Moi qui regarde assez peu de séries policières (voire pas du tout, en fait), ça fait que je n’ai pas eu de sensation de vu et revu avec le début de saison. Même si, et c’est mon problème général avec les séries policières, je trouve toujours ça très convenu^^’ Mais, effectivement, le côté révolutionnaire de la suite de la saison redonne pas mal de pep’s à l’intrigue ! Je pense que l’enquête avait surtout pour but, très réussi, de nous familiariser à l’univers et ses personnages.
    Comme toi, je reste abasourdie avec le problème des distances dans le train. Au point que, au début, je pensais que cette histoire de « 1001 wagons » était une expression et qu’il y en avait beaucoup moins. Quand j’ai compris que c’était factuel, je trouvais leurs déplacements absurdes. Quand on voit le nombre de morts chez les sans-classe pour remonter 1 seul wagon, tu te dis qu’il ne restera déjà plus personne au bout de 100 et donc que leur révolte est ridicule^^’
    Maintenant, j’ai hâte de voir la confrontation avec les nouveaux venus et l’évolution socio-politique que ça va entraîner (le bout du train n’étant plus du tout le bout du train !).

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cette chronique qui me permet de savoir si je vais regarder ou non cette série. Je pense y jeter un oeil, ne serait-ce que pour le visuel. Mais je ne vais pas y verser trop d’attentes, me voilà prévenue 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s