Le livre de M de Peng Sheperd

shepherd-le-livre-de-m-hd-scaled

Le livre de M est le premier roman de Peng Sheperd, autrice américaine ayant vécu dans de nombreux endroits de notre monde, ce qui se ressent beaucoup à la lecture du roman. Le livre a été publié il y a 2 ans aux États-Unis et nous arrive en France chez Albin Michel Imaginaire dans un format un peu particulier pour la collection. La couverture est la même que l’édition américaine et le liseré traditionnel de AMI a été enlevé. Le rendu du roman est toutefois très beau. La traduction est signée avec brio par Anne-Sylvie Homassel.

Ombre et apocalypse

Notre ombre nous accompagne toujours de notre naissance à notre mort, quelques soient les circonstances, elle est présente, silencieuse et sombre, au point que l’on n’y prête plus attention. Associée au soleil, à la lumière, l’ombre est toujours présente sauf en de très rares conjectures. Pourtant, si elle venait à disparaitre, les questions seraient nombreuses. C’est le point de départ du roman de Peng Sheperd, un début qui parait simple, impossible. Un jour en Inde, un homme perd son ombre. Cela parait tellement fou et presque merveilleux. Jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’il y a un deuxième effet kiss cool associé à cette perte : l’oubli. Comme si l’ombre était le siège des souvenirs, du passé des hommes. Troisième effet, cet homme n’est pas le seul à perdre son ombre. Le phénomène se répand un peu partout dans le monde. Petit à petit, de plus en plus de monde est touché, oubliant irrémédiablement tout. La fin du monde commence, la fin du monde comme nous le connaissons, la fin des repères, des souvenirs.

Le destin de quelques survivants

Le roman suit plusieurs personnages confrontés à cette apocalypse. Des personnages ordinaires amenés à vivre des situations terribles, des personnages parfaitement crédibles et réussis. Il y a tout d’abord Ory, prêt à tout pour protéger sa femme Max, vivants en reclus loin de tout dans un hôtel abandonné au fond des bois. Quand l’ombre de Max disparait, suivie par Max elle-même, le monde d’Ory s’écroule. Il fera tout pour la retrouver. Mais ce ne sont pas les seuls personnages proposés, Peng Sheperd croque une belle galerie de protagonistes: une jeune iranienne championne de tir à l’arc, un poète, un médecin, un artiste. Mais surtout, le propos devient d’autant plus intéressant dans les effets produits par l’épidémie sur les gens. L’autrice développe tout un monde post-apocalyptique glaçant et crédible. L’ombre du Fléau de Stephen King n’est pas loin, les circonstances sont différentes mais on s’en rapproche par certains côtés.

Un roman déroutant

Lire un tel roman maintenant, après les événements vécus en ce début d’année 2020 est assez étrange. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle le roman est déroutant. Le récit commence comme celui d’un roman post-apocalyptique traditionnel mais s’en détourne assez vite et de manière surprenante. Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher la lecture, ce qui serait fort dommage. Peng Sheperd arrive à rendre son roman particulièrement prenant au point qu’on a du mal à lâcher le livre. 600 pages qui passent très vite, qui nous prennent aux tripes par moments, qui nous font réfléchir à de nombreux sujets, à notre monde, à l’importance que l’on donne à certaines choses au détriment d’autres. Un roman innovant qui arrive à faire du neuf avec du vieux, du passionnant avec du déjà-vu, de la noirceur avec de la romance, de l’oubli et de l’espoir.

Le livre de M est un grand roman d’imaginaire, un roman classique par certains côtés mais innovant par d’autres. Une œuvre à découvrir sans hésiter et qui se lit plus vite que son ombre!

Autres avis: Le chien critique, Just a word, Gromovar, Lune, Feydrautha, Boudicca, Xapur, Phooka,

Avis réalisé dans le cadre d’un service de presse (merci encore)

cof

Autrice: Peng Shepherd

Traductrice :Anne-Sylvie Homassel

Éditeur : Albin Michel Imaginaire

Parution :17/06/2020

Que seriez-vous prêt à sacrifier pour vous souvenir ?
Un jour, en Inde, un homme perd son ombre – un phénomène que la science échoue à expliquer. Il est le premier, mais bientôt on observe des milliers, des millions de cas similaires. Non contentes de perdre leur ombre, les victimes perdent peu à peu leurs souvenirs et peuvent devenir dangereuses.
En se cachant dans un hôtel abandonné au fond des bois, Max et son mari Ory ont échappé à la fin du monde tel qu’ils l’ont connu. Leur nouvelle vie semble presque normale, jusqu’au jour où l’ombre de Max disparaît…
Situé dans une Amérique tombée de son piédestal, où nul n’échappe au danger, Le Livre de M raconte l’incroyable destin de gens ordinaires victimes d’une catastrophe mondiale extraordinaire.

 

 

25 commentaires sur “Le livre de M de Peng Sheperd

  1. Cette idée de la perte de l’ombre est vraiment intéressante. La première image qui m’est venue est celle d’un concept d’épisode du vieux feuilleton de la 4ème dimension. Je vais m’intéresser sérieusement à ce roman…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s