Chemin de transverse 3 : Sherlock Holmes et l’imaginaire

Les chemins de transverse sont de retour pour parler du plus grand détective connu, Sherlock Holmes, qui a vu le jour sous la plume de Sir Arthur Conan Doyle dans le roman policier Une étude en rouge en 1887. Sherlock Holmes se retrouve dans 4 romans et 56 nouvelles de l’auteur, mais sa renommée est devenue mondiale et il a inspiré de nombreuses œuvres. Le but de cet article est de mettre en relation des œuvres appartenant à des catégories différentes (d’où le côté transversal): romans, jeux, séries, films…. Et ceci dans le but de faire découvrir des séries ou des jeux à ceux qui ont aimé un roman et inversement et ainsi de prolonger une lecture. Bien entendu, cela ne se veut jamais exhaustif et tous commentaires de votre part pour donner des idées sont les bienvenus.

• Le roman qui sert de point de départ:

Parmi les cadeaux que j’ai eu la chance de recevoir du grand barbu, il y avait un excellent roman assez déjanté de Thomas Day: L’instinct de l’équarisseur. Le roman dépeint deux mondes parallèles: un où Sherlock Holmes existe, et le notre où vit paisiblement Arthur Conan Doyle. Ce dernier a pu voyager dans cet autre univers et y a rencontré Sherlock Holmes et son compère le docteur Watson. Il est ainsi devenu leur biographe, s’inspirant de leurs aventures pour écrire ses romans. Dans le roman, les trois enquêteurs sont confrontés à Jack l’éventreur et doivent résoudre l’énigme des meurtres qu’il a commis.

sherlockday

Conan Doyle n’a jamais fait se rencontrer Sherlock Holmes et Jack l’éventreur. Cependant, les deux hommes se sont rencontrés dans plusieurs œuvres. Un roman a été tiré d’un film sorti en 1965 et porte le même nom: Sherlock Holmes contre Jack l’Éventreur : A Study in Terror. Le roman est de Paul W. Fairman, publié en 1967 et traduit en français en 1968.

D’autres romans ont confronté Sherlock Holmes au surnaturel. Sherlock Holmes a rencontré les grands Anciens chers à Lovecraft dans les romans de James Lovegrove :Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell et Les Dossiers Cthulhu, tome 2 : Sherlock Holmes et les monstruosités du Miskatonic . Le tome 3 de cette série, Sherlock Holmes et les Démons marins du Sussex, doit paraitre le 12 février toujours chez Bragelonne.

• Côté jeux:

Plusieurs jeux vidéos mettant en scène Sherlock Holmes existent. Il a notamment enquêté sur Jack l’éventreur dans le bien nommé Sherlock Holmes contre Jack l’Éventreur, jeu vidéo développé par Frogwares et édité en 2009 par Focus Home Interactive. Mais je voudrais surtout parler de deux jeux de société avec le détective londonien:

  • Mr. Jack (2006) de Bruno Cathala et Ludovic Maublanc
  • Sherlock Holmes détective conseil (2011) de Gary Grady, Suzanne Goldberg et Raymond Edwards

Mr. Jack est un jeu pour deux joueurs uniquement. Un des deux joueurs incarne l’enquêteur et l’autre Jack l’Éventreur. Au début du jeu, celui qui incarne Jack pioche au hasard un des personnages qui sera le tueur pour cette partie. Le but de l’enquêteur est de découvrir cette identité puis d’arrêter le meurtrier avant la fin des huit tours de jeu. L’objectif de Jack est que l’enquêteur ne découvre pas son identité ou de quitter le quartier de Whitechapel en profitant de la nuit. C’est un jeu très tactique mais les parties ne durent pas longtemps. Il y a 8 personnages, qui sont manipulés par les deux joueurs. Chaque personnage a un pouvoir spécifique. Parmi ces personnages, on trouve Sherlock Holmes, John H. Watson ou encore l’Inspecteur Lestrade. Une extension est parue en novembre 2008 proposant cinq nouveaux personnages, ainsi que de nouvelles règles de placement au début du jeu. À noter une version Pocket, qui derrière le même objectif propose une mécanique très différente à base de ligne de vues et de rotation de tuiles.

Sherlock Holmes détective conseil est un jeu d’enquête. Il n’y a pas de règles et le jeu peut se jouer seul ou à plusieurs. Les joueurs doivent résoudre des énigmes criminelles, en compétition amicale avec Sherlock Holmes. Ils ont différentes pistes à suivre qui se trouvent dans un livret où ils pourront aller en fonction de leurs choix. Ils ont également à leur disposition des coupures de presse. Les enquêtes sont assez complexes et il faut être assez attentifs. Mais c’est vraiment un jeu passionnant où on se prend facilement au jeu et avec du très beau matériel. De nombreuses extensions proposant de nouvelles enquêtes existent, et une boite de base alternative est parue en 2016 avec une enquête sur Jack l’Éventreur.

• Côté Série:

4981046

La série télévisée britannique Sherlock est une adaptation des aventures de Sherlock Holmesse transposées à notre époque . Elle compte 4 saisons et a débuté en 2010. Il y a seulement 3 épisodes par saison, soit 12 épisodes au total. Cependant, chaque épisode dure 1h30 et permet d’avoir une bonne profondeur de scénario. Benedict Cumberbatch incarne avec brio Sherlock Holmes et Martin Freeman se trouve dans la peau du docteur Watson. Leur tandem fonctionne à merveille : Sherlock Holmes y est détective consultant, son colocataire est le docteur Watson, un ancien médecin de l’armée britannique blessé en Afghanistan. Les technologies modernes font partie de la série, tout comme le personnage de Moriarty. Sherlock Holmes y est assez différent de ce qu’on a l’habitude de voir, plus sombre, limite psychopathe par moments, complètement asocial et se moquant des sentiments humains. Watson essaye souvent de le tempérer mais sans grand succès.

• Côté film:

Sherlock Holmes est un des personnages fictifs de roman ayant fait le plus l’objet d’adaptations cinématographiques : on en comptait 204 en 1990. D’ailleurs, Le site internet IMDb référence environ 275 films et séries où le personnage de Sherlock Holmes est présent à l’écran entre 1900 et 2013.

19540543.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Cependant, je voulais revenir sur un film, Le secret de la pyramide, réalisé par Barry Levinson, et sorti en 1985. Le scénario signé Chris Colombus s’intéresse  à la jeunesse de Sherlock Holmes. En 1870, le jeune John Watson entre à Brompton Academy, sa nouvelle école. Il y fait la rencontre d’un adolescent surprenant, Sherlock Holmes. On y retrouve les personnages familiers du dédective: Moriarty, l’inspecteur Lestrade. Le film a plusieurs particularités : il revisite l’histoire de Sherlock Holmes et sa rencontre avec Watson notamment, c’est le premier film à bénéficier d’un personnage entièrement en images de synthèse. Tout en restant un film d’aventure et d’enquête, l’atmosphère y est empreinte de magie et de fantastique.

• Côté BD:

Là aussi les adaptations en bande dessinée sont très nombreuses. On notera celles de Soleil qui a créé la collection 1800 qui revisite les grands classiques du XIXe en adaptant des œuvres fondatrices. Certains titres mettent en scène des héros de cette littérature. On retrouve Sherlock Holmes confronté à plusieurs phénomènes surnaturels: vampires, loups-garou et grands anciens. On y trouve notamment Sherlock Holmes et le Necronomicon, série en deux tomes de très bonne qualité proposant un final « cosmique », et Van Helsing contre Jack l’éventreur en 2 tomes également.

Plus curieux, il existe une série de Livre dont vous êtes le héros éditée par Makaka Edition sur le thème Sherlock Holmes, avec des aventures liées à Irène Adler, Moriarty, et d’autres enquêtes classiques de Sherlock. Ces livres se rapprochent plus d’une BD que d’un livre, comme les autres parution de cet éditeur.

20 commentaires

  1. Merci pour cet article 🙂 J’ai vraiment craqué pour le personnage de Sherlock Holmes grâce à la série Sherlock qui m’a donné envie de découvrir les textes d’origine. Ça me fait penser que je dois vraiment lire le roman de Thomas Day 🙂

    Aimé par 1 personne

      • En effet d’ailleurs je n’ai lu que les chiens des Baskerville. Je trouve que l’époque joue aussi beaucoup et je suppose que quand Doyle écrivait, il ne pouvait pas tout se permettre. Mais inutile de dire que l’interprétation de Benedict Cumberbacht est magistrale 😀 Martin Freeman n’a pas non plus à rougir.

        Aimé par 1 personne

  2. Et bien pour une fois je ne suis pas trop à la ramasse au niveau des références 🙂 J’aime beaucoup la version « Jack pocket » d’ailleurs, mais je n’ai pas encore testé la « grande boite ».

    Aimé par 1 personne

  3. C’est sûr c’est riche comme bibliographie, « ludographie », etc.
    J’aime bien ton expression pour le jeu « SH détective conseil » : « en compétition amicale avec SH »… Il faut avouer qu’il a quasiment toujours tout vu avant tout le monde, le filou.

    Aimé par 1 personne

  4. Chouette billet ! C’est intrigant L’instinct de l’équarisseur.
    J’ai joué à d’autres jeux Frogwares de la série des Sherlock Holmes : la fille du diable et le testament de sherlock holmes. Grosse préférence pour le second mais je ne me souviens plus trop pourquoi j’avais moins aimé la fille du diable, certains passages un peu chiants je crois. Tu as vraiment l’impression d’enquêter de toi même, même si évidemment tu restes limités par les aires de jeu et la façon dont on te présente les tableaux d’indice. J’avais chroniqué le testament ici : https://dragongalactique.com/2015/09/01/le-testament-de-sherlock-holmes-frogwares/

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s