Je suis fille de rage – Jean-Laurent Del Socorro

fillederage

Je suis fille de rage est le troisième roman de Jean-Laurent Del Socorro toujours chez ActuSF. Le roman est dans le même registre que ses 2 précédents, Royaume de vent et de colères et Boudicca, très ancrés dans l’histoire avec une légère touche d’imaginaire. Cette fois, l’auteur nous propose de voyager dans une époque sombre de l’histoire des États-Unis, celle de la Guerre de Sécession. Le roman parait directement en édition de luxe, vraiment très belle.

Une reconstitution historique minutieuse

Ce roman de Jean-Laurent Del Socorro lui a demandé beaucoup de temps et de travail. C’est un roman très ambitieux qui prend pour cadre la la guerre de Sécession qui a déchiré les États-Unis de 1861 à 1865. L’auteur nous offre ainsi avec ce roman long, documenté et très prenant, une vrai fresque historique. Le roman commence juste avant la guerre avec une description de ce qui a amené ce conflit et se termine à la fin avec l’assassinat d’Abraham Lincoln. Le sujet est difficile à traiter, et moins connu en France qu’aux États-Unis. Pourtant, Jean-Laurent Del Socorro s’en tire avec brio, en réussissant à rendre cette histoire vivante, humaine.

Pour arriver à cela, l’auteur a réalisé un travail de documentation impressionnant. Les événements sont relatés dans l’ordre chronologique et on vit ainsi les différentes batailles et les conséquences qu’elles ont eu. On trouve même dans le roman des lettres et des Unes de l’époque traduites par l’auteur. Le conflit est retranscrit dans les deux camps sans jamais tomber dans le manichéisme avec un Sud esclavagiste et mauvais face au Nord sauveur. Au contraire, les mentalités de l’époque transparaissent à chaque instant du récit et on voit bien que la situation était loin d’être aussi simple, le racisme étant présent dans les deux camps. Cette reconstitution minutieuse et fidèle fait revivre l’époque et rend le roman très immersif.

Une touche de surnaturel très légère

Le seul élément surnaturel du roman est la présence de la Mort, qui dialogue avec Abraham Lincoln dans son bureau. La Mort est présente depuis le début du conflit, elle fait office de conscience du président et trace des traits à la craie pour chaque mort dû au conflit. Le roman suit une pluralité de personnages dont le duo formé par la Mort et Lincoln. Cette légère touche de surnaturel apporte beaucoup au roman car elle fait ressortir l’horreur des batailles, la Mort n’arrêtant pas de blanchir les murs du bureau du président à coups de craie. Le roman est une illustration de l’absurdité des guerres, de la violence des combats et des victimes innocentes qui périssent au nom du pouvoir.

Les diverses interventions de la Mort dans son dialogue avec Lincoln permettent aussi de montrer comment cette guerre a brisé des destins et des rêves, comment un pays a été divisé et marqué pendant de nombreuses années par ce conflit. D’autant plus que la Mort est complètement neutre, elle n’est en faveur d’aucun des 2 camps. Elle ne juge pas les raisons du conflit, elle est juste là pour comptabiliser les décès. Ainsi, Jean-Laurent Del Socorro prend le seul parti de la paix dans ce récit, et jamais du Nord ou du Sud. Les arguments de chacun sont présents, les détails du conflit aussi mais ce qui prédomine c’est la Mort habillée en soldat. Elle a une puissance évocatrice énorme qui marque l’esprit du lecteur, le fait réfléchir à la situation et aux horreurs de la guerre.

Un roman brillamment construit et écrit

Le roman est divisé en 5 parties, une pour chaque année de la guerre. Le conflit est raconté à travers les yeux de différents personnages des deux camps. On trouve des personnages ayant existé comme Lincoln, les généraux Lee et Grant mais aussi des personnages fictifs comme la fameuse fille de rage qui donne son titre au roman. Le rôle de ces personnages anonymes est d’une grande importance dans le roman. Il y en a beaucoup et même si on sait peu de choses sur eux, ils contribuent à apporter de l’émotion dans le récit. Tous ces personnages sont réussis, touchants, humains.

Deux personnages ressortent particulièrement: la fille qui n’a plus de père, une sudiste qui choisit de combattre pour le Nord en bravant son père et Minuit, une esclave affranchie qui choisit de se battre au côté de l’Union et se lie d’amitié avec Samuel, un autre soldat. Jean-Laurent Del Socorro a la capacité extraordinaire de faire aimer ses personnages au lecteur en peu de temps. Pourtant, ils sont tous différents, nuancés, et très nombreux. Mais chaque personnage nous montre l’importance de tout un chacun dans ce conflit, dans cette histoire. L’écriture de Jean-Laurent Del Socorro est magnifique et entraînante. Elle rend ce conflit terriblement humain et le roman très immersif. Que ce soit dans les passages historiques ou dans ceux romancés, l’auteur nous émeut, nous fait vivre cette partie de l’histoire, ces morts, ces vies ruinées et les changements entraînés dans un pays en construction.

Je suis fille de rage est donc un roman exceptionnel au sujet difficile et à l écriture somptueuse. Jean-Laurent Del Socorro réussit le tour de force de nous faire vivre le guerre de sécession de l’intérieur, par les yeux de ceux qui l’ont vécu, anonymes ou personnages historiques. Il nous offre un récit terriblement prenant, émouvant et magistralement construit. L’auteur s’inscrit définitivement parmi les grands noms de l’imaginaire français.

Autres avis: YuyineLe dragon galactique, Just a word, Elbakin, Le chroniqueur, Les lectures d’A

jesuisfille

Auteur: Jean-Laurent Del Socorro

Édition: Actusf

Parution :11/10/2019

1861 : la guerre de Sécession vient de commencer. Du général Grant à la simple soldate, de la forceuse de blocus à l’esclave affranchie… Autant de personnages pour décrire tous les visages de cette Amérique ensanglantée pendant quatre années de conflit.

La mort se réincarne pour arpenter ce Nord et ce Sud qui se déchirent. Elle va faire face à celui qui la convoque, le président Abraham Lincoln, pour lui faire comprendre que cette guerre doit désormais épouser une cause plus grande : celle de l’abolition de l’esclavage.

23 commentaires sur “Je suis fille de rage – Jean-Laurent Del Socorro

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s