Rivages – Gauthier Guillemin

rivages-guillemin-hd

Rivages est le premier roman de Gauthier Guillemin. L’auteur a rencontré les éditions Albin Michel Imaginaire au speed dating des Imaginales en 2018. L’éditeur décrit le roman de la sorte : « Le seigneur des anneaux est assurément le livre préféré des Ents, mais Rivages pourrait sans doute les séduire. » Albin Michel Imaginaire s’offre avec ce roman un nouveau registre avec de la fantasy plus contemplative, plus poétique. La maison d’édition a d’ailleurs annoncé un nouveau roman de l’auteur dans le même univers pour le printemps 2020. Cependant, ce premier tome peut être lu de manière indépendante.

Petit interlude musical: Society – Eddie Vedder

Il vaut mieux prévenir tout de suite: Amateurs de fantasy épique et de combats titanesques, Rivages n’est pas fait pour vous. C’est un roman qu’il faut prendre le temps de déguster, de lire à l’ombre d’un arbre, tranquillement posé dans une bulle de nature hors du monde. Rivages est en effet un roman qui parle de notre rapport à la nature et de la manière dont on la traite. Le personnage principal du roman n’a pas vraiment de nom, il est surnommé Le Voyageur. C’est un humain lassé de sa condition de vie et il a choisi de fuir La Cité pour aller tenter sa chance dans la nature. Dans ce monde, les hommes ont choisi de vivre dans des villes fortifiées, loin de la gigantesque forêt qu’ils craignent. La cité est triste, ressemble fortement à une prison. Elle est l’opposé de la nature, des forêts que l’homme n’a pas hésité à détruire pour son profit.

Alors que rien ne le laissait supposer, Le Voyageur trouve sa place dans la forêt et découvre même qu’il possède un étrange pouvoir: il peut se téléporter d’arbre en arbre. Ce qui plutôt pratique quand on voyage sans but précis comme lui. Ses pérégrinations vont le mener dans un superbe jardin appartenant à une jeune femme surprenante qui porte constamment d’impénétrables lunettes de glacier. Ce jardin se situe dans le village des Ondins qui sont des descendants de la déesse Dana. Il semble avoir trouvé un havre de paix au milieu de nulle part. Mais il va devoir se faire accepter par ce village et fera ainsi des découvertes insoupçonnées.

Sous un aspect un peu simple rappelant parfois le conte, Rivages offre une réflexion sur notre monde et son rapport à la nature, aux villes. Le village où arrive le héros vit en harmonie avec la nature, en totale opposition à la cité d’où il vient. L’auteur propose de belles descriptions de la forêt, de tout ce qui compose la nature. On est émerveillé par la beauté de ce monde et par la manière dont vivent les Ondins, qui semble presque trop parfaite. Les Ondins forment une belle communauté où chacun trouve sa place, où chacun aide aux biens de tous selon ses capacités, où la sagesse prime, chacun ayant sa propre autonomie.

Petit interlude musical : Carnutian forest de Eluveitie

L’arrivée du voyageur est l’occasion de décrire le fonctionnement des Ondins qui sont prêts à intégrer un humain parmi eux, et aussi de mieux connaitre ce peuple qui par certains aspects fait penser aux elfes de Tolkien. Gauthier Guillemin introduit une part de légendes avec ce peuple, des légendes celtiques avec les références aux Tuatha Dé Danann. On imagine bien leur village perdu dans les landes irlandaises ou écossaises avec des arbres majestueux. On apprend à connaitre les Ondins par le biais de Sylve et de sa relation avec Le voyageur. Bien que un peu rapide au début, l’histoire entre Sylve et Le voyageur est touchante. Les différences entre eux sont nombreuses et pourtant cela fonctionne. Leur relation rappelle à nouveau Tolkien, on pense notamment à Beren et Lúthien ou Aragorn et Arwen, humains et elfes, humain et ondine.

Un autre aspect du roman est la mise en avant de la poésie, d’une certaine forme de contemplation sur le monde. On trouve au début de la majorité des chapitres des citations de poètes comme Charles Baudelaire ou Gérard de Nerval, citations qui donnent leur titre au chapitre. Cela contribue à l’atmosphère particulière qui se dégage du village des Ondins, de la forêt. La superbe couverture du roman met également l’accent sur ce côté rêverie, poésie, sur l’émerveillement qui peut venir à la croisée d’un chemin.

Certains passages du roman sont vraiment réussis et on sent la magie opérer. Cependant, ce n’est pas toujours le cas et j’avoue avoir eu du mal à entrer dans le récit au début. Certains choix de narration sont un peu étranges parfois, on apprend certains éléments de l’histoire du monde un peu au hasard quand ils s’avèrent nécessaires pour faire avancer le récit, et on se demande un peu pourquoi on ne le savait pas avant. L’auteur a aussi tendance à s’éparpiller par moments, et on se demande parfois où tout ça va bien nous mener. C’est un peu dommage car on a le sentiment que l’histoire a du mal à prendre vraiment forme.

Rivages est ainsi un roman d’ambiance qui se penche sur le rapport de l’homme à la nature, sur la manière dont l’homme se sert de son environnement à son profit. C’est aussi une quête d’ailleurs, d’un monde de légendes, de rêves, d’une autre vie. Le roman est court et la plume de l’auteur rend la lecture agréable. Certains points de narration sonnent un peu faux et auraient pu être tournés différemment. Néanmoins, il reste une belle ballade poétique et onirique. Il faut juste trouver le temps et la patience de l’apprécier à sa juste valeur puis se laisser emporter par le voyage à découvrir les beautés du monde. Je suis curieuse de savoir vers quels chemins nous entrainera le second livre.

Autres avis: L’ours inculteFeydRauthaAelinelAcaniel, Just a word

Chronique réalisée dans le cadre d’un Service Presse (merci encore)

IMG_20191024_151545

Auteur : Gauthier Guillemin

Éditeur: Albin Michel Imaginaire

Parution : 30 octobre 2019

On l’appelle le Voyageur.

Il a quitté une cité de canalisations et de barbelés, un cauchemar de bruit permanent et de pollution qui n’a de cesse de dévorer la forêt.

Sous la canopée, il s’est découvert un pouvoir, celui de se téléporter d’arbre en arbre.

Épuisé, il finit par atteindre un village peuplé par les descendants de la déesse Dana, une communauté menacée par les Fomoires, anciennement appelés “géants de la mer”. Là, il rencontre Sylve, une étrange jeune femme au regard masqué par d’impénétrables lunettes de glacier.

Pour rester avec elle, dans ce village interdit aux Humains, le Voyageur devra mériter sa place.

Le seigneur des anneaux est assurément le livre préféré des Ents, mais Rivages pourrait sans doute les séduire.

33 commentaires sur “Rivages – Gauthier Guillemin

Ajouter un commentaire

  1. Je vois que l’on a eu le même ressenti. J’ai beaucoup aimé le style d’écriture aussi ainsi que l’ambiance du roman, la seule chose qui m’a un peu dérangée parfois, ce sont les longueurs. Mais, finalement, c’est une lecture que j’ai beaucoup appréciée.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cette belle chronique en musique, c’est inattendu 🙂 j’aime bien ces diverses lectures qui m’apportent des éléments que je n’avais pas toujours anticipés, comme cette idée de voir le roman plus comme un conte. Au plaisir de vous relire sur le second volume.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :