La cité de l’orque-Sam J.Miller

citeorque

La cité de l’orque est le premier roman adulte de Sam J.Miller après un premier roman  jeunesse The art of starving qui a fait forte impression. La Cité de l’orque est une dystopie post-apocalyptique publié chez Albin Michel Imaginaire. La couverture très réussie est signée Aurélien Police.

Le roman se situe au 22ème siècle, le réchauffement climatique a entrainé une terrible montée des eaux et la disparition de nombreuses villes. Des états entiers ont disparu et des cités flottantes ont vu le jour. Ces cités sont des refuges abritant des milliers de personnes dans des conditions précaires pour la majorité, seul une catégorie aisée de la population s’en sortant beaucoup mieux. Ces cités ont été créées par de riches actionnaires de l’ancien monde tirant profit de la situation. Il n’y a plus de véritables dirigeants de pays ou de cités mais des Intelligences Artificielles pour assumer ce rôle. Le roman dépeint un futur sombre mais également malheureusement tellement réaliste et abordant des thématiques actuelles. Ce futur reflète notre monde avec juste un peu plus de noirceur. Gilles Dumay évoque la référence à Blade Runner pour le monde décrit et en effet il y a de cela dans La cité de l’orque.

Le récit se déroule dans la cité de Qaanaaq proche du Groenland (Qaanaaq existe bien, elle est située au Nord Ouest du Groenland, située sur la péninsule de Hayes et compte pour le moment un peu plus de 600 habitants). C’est une ville surpeuplée et tentaculaire dont le noyau central se situe près d’une source géothermale. Le Bras 1 possède de grands appartements destinés aux plus riches tandis que le Bras 8 est le quartier des plus démunis. Qaanaaq est le lieu où tout se passe, que le lecteur découvre peu à peu et qui devient presque un personnage à part entière. Qaanaaq est une vraie réussite, on ressent cette ville, son froid, son bouillonnement, sa noirceur, sa surpopulation, son danger permanent, le désespoir de ses habitants. La cité est également le reflet de certaines mégalopoles actuelles. Les propriétaires y sont très puissants et décident du sort des plus démunis sans vergogne. Il n’y a plus de politique, plus vraiment de lois, les actionnaires sont rois. C’est un peu la loi de la jungle, du plus riche, des privilégiés.

Voilà pour le décor du roman, venons en maintenant à l’intrigue. Celle-ci est moins réussie que l’univers, beaucoup plus classique et simple, elle met un peu de temps à se mettre en place. Pendant, les 100 premières pages, on se demande un peu où tout ça va nous mener, et puis tout se met en place et on a du mal à lâcher le livre. Tout commence par l’arrivée à Qaanaaq par bateau d’une femme qui suscite l’attention de tous par son apparence de guerrière et surtout par le fait qu’elle est accompagnée d’un ours polaire et d’une orque. Les rumeurs les plus folles circulent sur cette femme: est elle une nanoliée (personne capable de se lier à un animal)?  Qui est-elle vraiment? Que veut-elle? Le lecteur aussi s’interroge, surtout qu’au début du roman, on entend seulement parler d’elle sans la voir et qu’elle est bien entendu le fruit d’histoires rocambolesques.

La cité de l’orque est un roman choral. On suit plusieurs protagonistes qui vont tour à tour nous faire découvrir différentes facettes de la ville et de l’histoire. Ces personnages sont le deuxième atout de ce roman. Ils sont variés, travaillés et attachants. Parmi les principaux, on trouve Ankit, orpheline qui travaille pour une politicienne dans le Bras 8, Fill, jeune riche et porteur des Failles, maladie incurable faisant penser au SIDA, Kaev, combattant sur poutre et éternel perdant, et Soq, coursier au genre non défini et qui espère travailler au sein de l’organisation criminelle de Go, femme très puissante qui dirige la mafia locale. La narration pour Soq est un peu spéciale, Soq ne possédant pas de genre défini se considère comme pluriel et parle ainsi en utilisant « ils ». Au début, j’avoue avoir eu du mal à m’y faire. Cette narration à plusieurs voix permet de mieux cerner la cité de Qaanaaq, de mieux comprendre les différences de vie.

Bien sûr, tout n’est pas parfait dans ce roman. Certains faits se résolvent un peu facilement, les thématiques sont certainement trop nombreuses pour être traitées toutes de la même manière, comme si l’auteur voulait trop en dire sans en avoir vraiment le temps. Cependant, cela n’enlève rien aux autres qualités du livre et au fait que ce roman nous parle par son monde si proche du notre, nous questionne par ses problématiques actuelles et nous émeut par ses personnages. On sent que l’auteur parle de sujets sensibles pour lui et parle avec son cœur. Il parle de la différence, des migrations, du refus d’un certain monde et de la volonté d’essayer de sauver notre planète, d’essayer de changer les comportements.

La cité de l’orque est une vraie plongée en apnée dans un futur sombre mais malheureusement réaliste et proche de notre monde actuel. La construction de l’univers est épatante tout comme celle des personnages. Un roman qui résonne longtemps dans l’esprit du lecteur et nous interroge fortement.

Une interview de l’auteur est disponible sur le site d’Albin Michel Imaginaire

Voir aussi : Le vêlage nouvelle dans le même univers.

Autres avis: Feydrautha, Just a word, Yogo, GromovarLune, Le chien critique

laciteorque Auteur: Sam J.Miller

Éditeur : Albin Michel

Parution: 30/01/2019

22ème siècle.

Les bouleversements climatiques ont englouti une bonne partie des zones côtières. New York est tombé; les États-Unis ont suivi. Au large de pays plongés dans le chaos, ou en voie de désertification, de nombreuses cités flottantes ont vu le jour. Régies par des actionnaires, elles abritent des millions de réfugiés.

C’est sur Qaanaaq, l’une de ces immenses plateformes surpeuplées, qu’arrive un jour, par bateau, une étrange guerrière inuit. Elle est accompagnée d’un ours polaire et suivie, en mer, par une orque. Qui est-elle ? Est-elle venue ici pour se venger ? Sauver un être qui lui serait cher ?

 

Publicités

23 commentaires sur “La cité de l’orque-Sam J.Miller

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour cet article qui fini de me convaincre de lire ce bouquin. Le thème et l’univers ont titillé ma curiosité. J’ai toujours eu un faible pour les histoires de SFFF « Polaires », sans doute la faute aux « Montagnes Hallucinées », à « La Compagnie des Glaces » ou au « Transperceneige », Et la lecture de la nouvelle « Le vellage » a conforté cet intérêt.

    Aimé par 1 personne

  2. je souhaitais le lire ardemment, et j’avoue être un poil moins empressée. Mais j’adore les univers travaillé alors je pense que je vais voyager!
    J’adore cette photo, mais après les playmobil, ce sont les peluches que tu piques à ta progéniture?…..

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :