Northlanders T1- Le livre anglo-saxon

northlanders-tome-1

Des brumes du premier millénaire ont surgi les héros qui allaient façonner le visage des siècles à venir. À l’assaut de l’Europe, le peuple viking apporta avec lui la fureur et le progrès. Peuple fier chargé d’une culture singulière, en guerre contre le Christianisme, ils nous léguèrent leur goût pour le commerce et l’exploration. Voici leur histoire, vécue de l’intérieur.

Éditeur: Urban comics édition

Collection : Vertigo Essentiels

Date de sortie : 21 mars 2014

Scénariste: Brian Wood

Cette série est composée de 3 tomes:

  • tome1 : le livre anglo-saxon
  • tome 2: le livre islandais
  • tome 3: le livre européen

Brian Wood est un scénariste, illustrateur, graphiste et dessinateur américain de comics. Il a participé à de nombreux comics dont la série Star Wars centrée sur Léia Organa.

∧∨∧∨¬∩¬∩∨∧

Avec cette série, je continue ma lecture d’ouvrages ayant pour thème les vikings et les pays nordiques (même si dans ce tome il n’y a pas de troll). L’histoire des vikings est assez méconnue pour plusieurs raisons: leurs traditions étaient orales et l’histoire que l’on connait a été racontée par leurs victimes, c’est à dire d’une part les habitants des pays pillés et attaqués, et d’autre part les religieux. D’où une image des vikings guerriers, barbares, inhumains, monstrueux, ne vivant que pour piller et violer. Mais les vikings étaient loin de se résumer à cela, c’étaient de grands voyageurs, des conquérants, des marchands. La série Northlanders voulait donner un aspect plus rigoureux à l’histoire des vikings. Pour cela, Brian Wood a décidé de raconter des histoires se déroulant sur plusieurs siècles et plusieurs zones géographiques afin d’avoir une vision globale des épopées nordiques. La série a été publiée entre 2008 et 2012 et contient cinquante numéros. La version française a choisi de regrouper les tomes par zone géographique et de classer les histoires dans chaque tome par ordre chronologique.

Ce premier tome parle des incursions des vikings dans les îles britanniques qui commencèrent en 793 à Lindisfarne (le monastère où se trouve Athelstan dans la série Vikings et également premier raid vikings). Ce tome contient 5 histoires différentes : Lindisfarne en 793, Skjaldmös en 868, Sven le revenant en 980, La fille de Thor en 990 et la croix et le marteau en 1014. Fait intéressant, le tome est introduit et conclu par des textes de Patrick Weber (historien de l’art et archéologue) sur les vikings, expliquant la complexité des civilisations nordiques.

 

La première histoire s’attache à un jeune garçon habitant près du monastère de Lindisfarne, sa vie est triste, il grandit sans sa mère et son père n’a que mépris pour lui. Il rêve de changer de vie et de devenir un viking. Nous sommes en 793 et il va avoir l’occasion de voir les guerriers de nord de près. L’histoire est assez courte mais le jeune garçon est touchant (on comprend facilement son désir d’évasion) et les dessins mettent bien en valeur le récit. Les bâtiments historiques sont très bien rendus ainsi que les combats très dynamiques.

Le second récit raconte l’histoire de 3 femmes, veuves et cloîtrées dans une forteresse, résistant désespérément aux attaques d’assaillants saxons. Le fait de prendre le point de vue féminin est très intéressant et l’histoire de ces femmes est bien rendue. Les dessins signés Danijel Zezelj sont dans un style assez particulier avec des fonds colorés souvent sombres et des traits anguleux et flous. Les dessins rendent parfois le récit un peu dur à suivre mais la trame reste intéressante.

La troisième histoire est la plus longue et elle se situe au nord de l’écosse. Elle a pour titre Sven le revenant mais ne parle pas du tout de mort vivant, mais d’un homme,  héritier d’un chef de clan des îles Orcades, revenant dans sa région natale qu’il avait quitté plusieurs années auparavant. Il revient pour affronter son oncle qui l’a dépossédé de ses biens et de ses terres. Sven est un homme assez sombre, qui a refusé les croyances des vikings le peuple dont il descend, et qui a préféré partir vivre à à Constantinople. L’histoire de Sven est coupée en plusieurs chapitres et on découvre en Sven un homme complexe à la fois redoutable guerrier et désirant une vie plus tranquille, pris entre son passé et son refus des traditions. Les dessins très soignés de Davide Gianfelice servent très bien le récit et les couleurs très vives des combats montrent bien leur côté violent et sanglant et donnent un aspect très réalistes. La trame principale de l’histoire peut sembler peu originale, on a déjà vu le récit d’un exilé revenant chez lui après des années, mais elle est ici très bien traitée en mettant en avant la culture des vikings.

L’histoire intitulée La fille de Thor est un interlude entre 2 récits plus longs. Elle s’attache à une jeune fille seule héritière de son père qui se retrouve sans protection à la mort de ce dernier. Le récit est très court et on espère voir une suite à cette histoire dont les dessins sont très réussis.

La dernière histoire se passe en Irlande au printemps 1014. Un conflit oppose Brian Boru, le roi Irlandais au roi scandinave de Dublin, Sigtrygg Silkbeard. Au milieu de tout cela, il y a Magnus, un celte irlandais qui veut protéger sa fille Brigid des agressions vikings. Sur un point de départ simple, le récit se complexifie sous fond de fanatisme religieux et de faux semblants, pour devenir une histoire poignante et prenante d’une traque sans merci. Les graphismes montrent la rage des combats et en opposition la douceur de Brigid. Les visages sont très expressifs, les traits nerveux. Les paysages irlandais sont également très bien rendus.

Ce premier tome des récits vikings est une réussite, il allie des histoires intéressantes ayant pour héros des personnages variés, attachants et complexes. On découvre de nombreuses régions liées aux conquêtes nordiques et les répercutions qu’elles ont eu sur ces endroits. Les histoires ont également une résonance moderne avec certains thèmes toujours d’actualité comme le rôle des femmes ou encore les questions liées aux croyances religieuses. Les illustrations de couverture ainsi que les 2 notices de Patrick Weber viennent également enrichir cette édition déjà très intéressante.

Célindanaé

Autres avis: Lorhkan, Dionysos

NL

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « Northlanders T1- Le livre anglo-saxon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s