Dune, le jeu de plateau

dunejdp

 

De 2 à 6 joueurs  

De 14 à 99 ans

Durée de la partie 2 à 4 heures

Édité par Jeux Descartes

As D’or Jeu De Simulation Cannes 1993

 

 

 

Attention, véritable et vénérable ancêtre ! C’est un jeu de plateau culte pour ceux des vieux comme les cave trolls qui ont pu y jouer dans les années 80 et 90. Depuis 10 ans, nous n’avons pu en faire que deux parties, un peu madeleine de Proust comme le serait un Zargos ou un Civilisation…(pour Lhotseshar surtout qui a fait découvrir le jeu aux joueurs présents). Est-ce que le jeu en vaut (encore) la chandelle ?

Dune, c’est bien sûr l’adaptation de l’épisode fondateur de l’œuvre de Frank Herbert, avec la lutte pour le contrôle de la planète Arrakis, représentée sur une carte divisée en nombreux territoires. Le gagnant est le premier joueur (ou alliance de joueur) qui contrôlera 3 des 5 places stratégiques à la fin d’un tour. Le jeu est initialement édité par Avalon Hill en 1984 (c’est en fait une thématisation du jeu Tribute, sur l’empire romain, après que Avalon Hill ait acquis les droits), puis traduit en français par le regretté Descartes éditeur en 1992).

Le jeu respecte l’organisation générale des factions, chaque joueur incarne une des factions principales – Atréides, Harkonnen, Guilde, Bene Gesserit, Empereur, et les inévitables Fremens. Chaque camp se joue très différemment, et possède un certain nombre d’avantages qu’il est le seul à posséder. Le jeu se joue en un certain nombre de tours (maximum 15), divisés en 6 phases . La mécanique colle très bien à l’univers, puisque les tours s’enchaînent avec les spécificités du roman :

  • on commence par déterminer le mouvement de la tempête qui se déplace tout autour de Dune.
  • de l’épice apparaît dans une case de la carte.
  • on s’arrache ensuite pour acheter des cartes traîtrises (très fourbes) à vil prix (sous forme d’enchères), qui donnent des avantages non négligeables durant la partie, surtout lors des batailles. La monnaie du jeu est évidemment l’épice.
  • chaque joueur joue ensuite en déplaçant ses troupes pour aller récolter l’épice apparue en début de tour. Chaque joueur a des troupes au sol, et d’autres en orbite, qui ne pourront débarquer sur la surface d’Arrakis qu’en versant de l’argent à la guilde.
  • Et ça fight abondamment pour récupérer ladite épice ou prendre une place forte. Le système des combats est très riche, car il faut en début de combat faire plusieurs choix cruciaux : combien de troupes « dépenser » (chaque troupe engagée sera perdue), quel chef choisir (chaque joueur a 5 chefs avec des valeurs de combat allant du nul au très bon, genre Stilgar), et surtout quelles armes et défenses spéciales utiliser ? C’est radical, et sans discussion possible. Parfois toute une case peut être vidée de ses troupes. L’ordre des combats a aussi une grande importance car les chefs utilisés (ou pire tués !) ne pourront être réutilisés dans le même tour. Si l’on dit qu’en plus des traîtres traînent un peu partout et vont pouvoir retourner complètement l’issue d’un combat, on comprend que cette phase est décisive et toujours très tendue. On peut ne pas se relever d’un gros combat perdu…
  • si des troupes restent sur un territoire où il y a de l’épice, elles peuvent la récolter. Et puis c’est reparti pour un tour !

Voici le plateau et le matériel de jeu:

dune partie

Entre chaque tour où au cours d’un tour, on peut bien entendu discuter entre joueur, faire des alliances +/- officielles, que l’on va bien entendu rompre en cours de partie (pourquoi partager la victoire quand on peut la savourer seul…). Cet aspect est vraiment fidèle au livre, et renforce l’immersion des joueurs. C’est effectivement cela qui peut parfois (souvent ?) manquer dans les jeux des dernières années : même avec un thème fort on a souvent du mal à s’immerger dans une atmosphère, on retient surtout la mécanique.

L’apprentissage du jeu n’est pas trop laborieux, mais il faut intégrer les différents effets des cartes, et les spécificités des maisons. Si on arrive à passer outre la difficile lecture de la règle (ou trouver quelqu’un pour se le faire expliquer), on se régale très vite. À mes yeux il n’a que peu de défauts, sa règle mal traduite (ou pas bien organisée), le plateau assez moche ( assez peu lisible du fait de couleurs trop similaires mais représentant bien la planète avec ses grandes étendues de sable) et les pions unités assez pourraves. On y trouve aussi un côté déséquilibré dans les cartes traitrises : certaines sont vraiment peu intéressantes (voire carrément inutiles). Il faut mieux les enlever pour une première partie afin d’avoir un meilleur équilibre. On pourra les réintégrer par la suite car en fait elles peuvent avoir leurs utilités. Dernière remarque sur la règle : elle inclut de nombreuses règles optionnelles pour ceux qui ne trouvent pas le jeu suffisamment riche (!), et 2 extensions non inclues dans la première édition par Avalon Hill. La première permet de fortement varier le positionnement initial, la seconde d’inclure les chefs de faction pour des règles de duel.

Dernier aspect qui peut rebuter : la durée d’une partie. Cela peut aller de 15 minutes (j’ai déjà vu une victoire Fremen au premier tour, contre des joueurs plutôt prudents) à 4-5 heures. À noter que la faction bene gesserit peut gagner (en plus de la condition de victoire normale) à la place d’un joueur si elle avait bien deviné le nom du gagnant et à quel tour il y parviendrait ; autant dire qu’une telle victoire est rare, je l’ai vu 1 fois sur la petite trentaine de parties que j’ai pu faire. Mais ça rajoute une dose de suspense et on se demande toujours si le bene gesserit ne nous a pas trop aidé à tel ou tel tour pour orienter le cours du jeu !

Aujourd’hui, le jeu n’est bien sûr plus disponible (la version française date de 1992) et est difficile à trouver en occasion. Une alternative est d’acheter le jeu Rex fin d’un Empire qui est le même jeu sans la licence Dune. Mais il était en destockage un peu partout ces dernières années et pourrait aussi être difficile à dénicher. En espérant une réédition…aussi belle que certains fans ont pu fabriquer:

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Dune fait donc partie de mon Panthéon des jeux de plateau, il livre à chaque partie une expérience intense, immersive, parfois cruelle, offrant des aspects rolistiques ou narratif en cours de partie. Il est moins froid qu’un Diplomacy, plus accessible qu’un Res Publica Romana (c’est peu dire), plus direct qu’un Civilisation AH, bref le meilleur compromis pour les très gros jeux. Si vous trouvez 5 joueurs motivés (la configuration idéale reste 6 joueurs), foncez ! Rien que d’en parler, ça me donne une furieuse envie de retenter l’expérience…

ps : Il existe aussi un jeu de rôle dans l’univers de Dune: Dune : Chronicles of the Imperium. Cependant, pour des raisons obscures de droits, la gamme ne connut aucune suite.  Il existe aussi plusieurs de jeux vidéo basé sur l’univers de Dune. Le premier Dune est sorti en 1992, se déroule sur Arrakis et mêle aventures, gestion et stratégie. Il était sympa, mais sans plus. Dune II : La Bataille d’Arrakis est un jeu cultissime de stratégie en temps réel, le premier du genre, une pépite, dans lequel on jouait une des trois factions Atréides, Harkonnen, ou Ordos (faction n’existant pas dans l’univers), pour la conquête totale de la planète dans des missions brutales et très tactiques. A noter qu’il est jouable gratos sur smartphone et tablette, pour les plus nostalgiques. Dune 2000 est un remake de Dune II, juste plus joli, qui existe sur PC et sur Playstation. Empereur : La Bataille pour Dune est sa suite, auquel je n’ai jamais joué. En attendant une adaptation après le nouveau film devant sortir dans les prochaines années…

Lhotseshar et Célindanaé

Cette chronique fait partie du:

Le Summer Star Wars Rogue One de Karine Lhisbei

 

Publicités

13 réflexions au sujet de « Dune, le jeu de plateau »

  1. J’ai les 2 (le Descartes et l’Avalon avec les 2 extensions) mais impossible de motiver 5 autres joueurs sur Toulouse pour m’y initier (pourtant, je ne connais presque que des gros joueurs…)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s