Sorcières associées

sorcières

Dans la cité millénaire de Jarta, la magie refait surface à tous les coins de rue. Les maisons closes sont tenues par des succubes, les cimetières grouillent de goules… Pour Tanit et Padmé, sorcières associées, le travail ne manque pas.
Mais voilà qu’un vampire sollicite leur aide après avoir été envoûté par un inconnu, tandis que d’étranges incidents surviennent dans une usine dont les ouvriers sont des zombies… Tanit et Padmé pensaient mener des enquêtes de routine, mais leurs découvertes vont les entraîner bien au-delà de ce qu’elles imaginaient. En effet, à Jarta, les créatures de l’ombre ne sont pas les plus dangereuses…
Auteure: Alex Evans
Édition: ActuSF
Parution : février 2017

Nombre de pages : 296

L’auteure: Alex Evans passe son temps à jongler avec un métier prenant, une famille remuante et l’écriture.Les années vécues dans des pays aussi divers que la Russie, le Togo, l’Italie ou la Grande-Bretagne, lui ont donné des sources d’inspiration un peu inhabituelles.Après la découverte de la Science-Fiction et de la Fantasy à l’adolescence, les mondes imaginaires ne l’ont plus quitté. Parmi ses auteurs favoris, on trouve Robert E. Howard, Fritz Leiber, Leigh Brackett, Terry Pratchett et Joe Abercrombie. (source ActuSF)
≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

La couverture de ce livre m’avait fait de l’œil à sa sortie, je la trouve très belle et mystérieuse, donnant un parfum un peu Lovecraftien au roman (qu’il n’y a d’ailleurs pas du tout). J’ai profité d’une promo de l’éditeur pour acheter ce livre en numérique à 1 euro. Ce roman est la preuve qu’il ne faut pas juger un livre sur sa couverture, car c’est bien la seule chose vraiment réussie dans ce roman.

Le roman suit l’histoire de deux sorcières appelées Tanit et Padmé (on a même le droit à la blague il n’y a pas de mais à un moment!), elles travaillent ensemble mais sont très différentes. Leur travail consiste surtout à mener des enquêtes dans la ville de Jarta. Il s’agit bien de sorcières car nous sommes dans un univers particulier où la magie a réapparu et est devenue commune. La magie est appelé communément le pouvoir. C’est à peu près tout ce que l’on connait de l’univers.

La ville est un mélange entre l’Inde et du steampunk qui apparait avec quelques aspects de ci de là, notamment les moyens de transport. Mais rien n’est vraiment détaillé, l’auteure donne les noms des véhicules comme ça au détour d’une phrase sans rien expliquer de plus. C’est une des choses qui m’a le plus dérangée dans la lecture: on a l’impression que tout est survolé, que l’auteure a eu des idées mais n’a pas poussé plus loin sa réflexion. L’univers aurait mérité à être creusé et un peu plus détaillé pour devenir intéressant et original, les éléments sont là mais juste évoqués.

Les deux personnages principaux sont féminins, ce qui est un bon point car assez rare. Padmé est mère célibataire d’une adolescente avec qui elle a de bonnes relations. Tanit a un passé plus mystérieux d’espionne et d’aventurière, c’est en quelque sorte une James Bond au féminin, le côté coureur de jupons (enfin d’hommes dans son cas) compris. L’auteure revient par moments sur le passé de chacune d’elle, c’est assez bien fait même si on aurait aimé en apprendre un peu plus notamment sur Tanit.

Le récit est raconté par chacune des sorcières à tour de rôle. Au tout début, on arrive assez bien à les différencier mais au fur et à mesure du roman, seul le nom du personnage au début du chapitre vient nous éclairer, et jamais le style qui est le même pour chacune des deux. C’est un peu dommage car le procédé narratif collait bien au récit.

Les personnages secondaires sont à peine ébauchés, pour certains on ne connait que leur nom. Cela rajoute à l’impression que tout est survolé, sans rien approfondir. Pourtant les ingrédients sont là mais pas exploités et le roman a l’air d’être presque effleuré. La seule à sortir du lot est la fille de Padmé qui a un bon potentiel intéressant et est un peu plus développée que les autres.

Les enquêtes menées par les héroïnes retiennent l’attention du lecteur assez facilement, on a envie d’en savoir plus et on tourne les pages. Cependant, les rebondissements sont assez attendus. Elles tournent autour de deux thèmes assez communs: des zombies et des vampires. Par contre, le vampire est assez différent de ce que l’on connait et c’est appréciable. C’est une créature démoniaque ne vivant pas dans notre monde mais pouvant être invoquées et posséder un corps. C’est une vision originale d’une créature commune du fantastique et pour une fois dans le livre, approfondie et intéressante.

Sorcières associées est une lecture pour les vacances, qui se lit bien mais manque cruellement de fond et de consistance. Le roman se lit vite mais est très vite oublié faute à un univers à peine esquissé et à des personnages secondaires réduits à des fantômes. C’est dommage car il y avait du potentiel et une très belle couverture mais hélas un roman ne se réduit pas à cela.

Célindanaé

Autres avis: L’ours inculte, Dionysos, le comptoir de l’écureuil, Elbakin

Cette chronique fait partie du  challenge littérature de l’imaginaire

d2_orig

et du Challenge Summer Short Stories of SFFF  de Xapur

Challenge Summer Short Stories of SFFF - saison 3

 

Publicités

16 réflexions au sujet de « Sorcières associées »

  1. Vous êtes tous d’accord, et j’ai envie de dire que c’est bien dommage, vu qu’il y avait pas mal de potentiel dans l’univers (ne serait-ce que le côté Inde + Steampunk). Mais clairement, vu ce que vous décrivez tous, c’est beaucoup, beaucoup trop léger pour moi sur tous les plans (déjà, les personnages qui parlent avec la même « voix », c’est totalement rédhibitoire chez moi). Merci pour ta critique !

    Aimé par 1 personne

  2. Moi j’ai bien aimé 🙂 C’est dynamique et l’univers intéressant.
    Après y a en effet des choses un peu légères mais ça m’a pas vraiment empêché de passer un moment distrayant.
    Concernant le steampunk pour moi il est inexistant, je me rappelle que je n’avais pas trop compris pourquoi cet élément servait de « pub » au livre à l’époque.

    Aimé par 1 personne

    1. Pourtant le steampunk était mis en évidence par l’éditeur: « Avec Sorcières associées, Alex Evans renouvelle brillamment l’imaginaire steampunk. » et franchement je n’ai pas vu où. Contente que ça t’ait plu en tout cas!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s