Les Dieux sauvages, tome1 : La messagère du ciel

15

6 juin 2017 par aupaysdescavetrolls

messagereciel« Écoute Ma parole : l’Éternel Crépuscule cachera le soleil, étouffera les plantes et changera les hommes en bêtes, car Aska, le Dieu de la Nuit, ne tolère d’autres enfants que les siens. »
Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.
Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Auteur: Lionel Davoust

Éditions: Critic                            parution: 04/05/2017

Lionel Davoust est un écrivain français, né en 1978. Il a publié de nombreuses nouvelles dans des anthologies mais aussi des romans. Il a une formation d’ingénieur agronome spécialisé en Halieutique mais il se consacre à la littérature depuis 2001. Il est également traducteur et producteur d’un postcast sur les techniques de l’écriture. Son univers d’Évanegyre commence à voir le jour en 2010 avec La Volonté du Dragon. Depuis il ne cesse de développer ce monde.

⊂∴……………………∴⊃

Je voudrais tout d’abord remercier Les éditions Critic ainsi que Book en Stock pour l’envoi de ce roman.

Ce nouveau roman de Lionel Davoust est le premier tome de la trilogie Les Dieux sauvages et se déroule dans l’univers d’Évanegyre. Chronologiquement, il se situe après La route de la conquête et avant Port d’âmes. L’empire d’Asreth a été détruit par les Dieux ce qui a causé des dommages très importants sur le monde et engendré des anomalies et des zones très dangereuses où il ne vaut mieux pas se promener sous peine de subir d’étranges mutations. Cela donne un contexte post apocalyptique au roman mais avec une façon de vivre proche du médiéval, et un roi dans la Rhovelle ainsi que des nobles. L’empire d’Asrethia était mené par une femme et par conséquent la nouvelle religion pense que les femmes sont un fléau, elles ont ainsi aucun droit hormis celui de suivre gentiment son époux et de lui faire de beaux enfants viables et sans anomalies.

C’est dans ce contexte que vit Mériane, qui a choisi délibérément de vivre en solitaire loin de son village. Elle a ainsi développé des dons de trappeuse et est capable d’éviter les zones à risque. Mériane a un caractère bien trempé, c’est quelqu’un d’entier qui refuse les règles de son monde et ne s’intéresse pas particulièrement à la religion. Et pourtant, par un caprice du destin, c’est elle qui va être choisie pour être la messagère de dieu. Dans l’univers, il y a deux dieux: Wer et Asra qui bien que frères, mènent une guerre impitoyable entre eux. Mériane est choisie pour porter la parole de Wer tandis que Ganner œuvre pour Asra. Lionel Davoust nous offre ainsi une relecture à sa manière de l’histoire de Jeanne D’Arc. Car bien entendu dans un tel contexte, les choses ne vont pas être faciles pour Mériane.

Une des choses qui m’a fascinée dans ce roman, c’est les changements de l’univers d’Évanegyre créé par Lionel Davoust. En effet, celui-ci est en constante évolution au fil des romans de l’auteur et tout se tient à la perfection. De plus, l’auteur change de genre en fonction de l’époque où se situe l’action et cette trilogie s’inscrit dans de la fantasy épique post-apocalyptique, bien loin de Port d’âmes par exemple. La façon dont Lionel Davoust construit son univers est vraiment impressionnante, son univers est complexe et toujours en mouvement, cela se voit vraiment dans ce roman.

L’action se situe principalement en Rhovelle, un royaume dont le roi Eol est très malade. Il est composé de 7 duchés et les luttes de pouvoir sont âpres et certains se verraient bien à la place du roi. Cela donne un petit côté Game of throne, avec des nobles menant une lutte de pouvoirs alors que des monstruosités menacent le royaume. Les monstruosités en question sont dans le camp d’Aska et sont des êtres hybrides formant une armée puissante. Au milieu de tout ça se dresse Mériane, femme dans un monde dirigé par les hommes, paysanne dans un royaume où seul les nobles comptent, femme dan un monde où la religion renvoie à la sorcellerie tout ce qu’elle ne comprend pas. Tout cela laisse présager à quel point ce qui attend Mériane sera difficile, voire quasiment impossible.

Le roman est long (650 pages) et dense, il se passe énormément de choses surtout pour un premier tome de trilogie. Même si Mériane est au centre de l’histoire, elle n’est pas le seul personnage et le récit est raconté selon plusieurs points de vue formant un roman choral avec le nom du personnage en début de chapitre. Cela permet de mieux comprendre le contexte global ainsi que les différents points de vue. Juhel et Chunsène sont particulièrement bien réussi et Mange-doigt comme la surnomme Chunsène, particulièrement intrigante. Tous ces personnages contribuent à la richesse du roman.

Côté rythme, le roman ne souffre pas de longueurs malgré son épaisseur. Lionel Davoust a réussi à combiner l’action et l’intensité tout en prenant le temps qu’il faut pour poser ses personnages et la situation très complexe du monde à cette époque. Certains faits du roman font aussi écho à des événements bien réels dans notre monde notamment ceux liés à la religion et au statut de la femme.

Le premier tome de cette nouvelle trilogie de Lionel Davoust lui donne donc l’occasion de développer son univers d’Évanegyre avec une histoire proche par certains aspects de celle de Jeanne D’Arc. Dans un style fluide et très vivant, l’auteur nous offre une galerie de personnages attachants et intrigants et une histoire solidement bâtie. Ce premier tome met l’eau à la bouche et donne envie de lire la suite rapidement, ce qui ne mettra pas trop de temps, le tome 2 étant prévu pour novembre et le 3 pour mai prochain. La messagère du ciel est sans conteste une réussite qui vient confirmer le talent de son auteur à explorer un univers déjà d’une grande richesse.

Célindanaé

Autres avis: BlackWolfElbakin, Phooka, Dup

Cette chronique fait partie du challenge littérature de l’imaginaire

d2_orig

Publicités

15 réflexions sur “Les Dieux sauvages, tome1 : La messagère du ciel

  1. Xapur dit :

    J’avais trouvé Port d’Âmes un peu long, pour le moment j’hésite vu la taille de celui-ci, peut-être quand les suites seront sortis, pour pouvoir enchaîner…

    Aimé par 1 personne

  2. Me voilà assez convaincue ! Est-ce que tu feras un retour sur les deux autres tomes ?

    Aimé par 1 personne

  3. Boudicca dit :

    Dionysos est en train de le lire mais cet été, je lui pique ! 😉 Ta critique donne envie en tout cas.

    J'aime

  4. Apophis dit :

    Question : c’est lisible sans avoir lu aucun des autres bouquins se passant dans le même monde, ou c’est incompréhensible sans cela ? Parce qu’autant l’aspect Fantasy post-apo m’intéresse dans celui-là, autant le reste de l’univers de l’auteur ne m’attire pas des masses (à part Port d’âmes qui prend la poussière dans un coin et qu’il faudra bien que je lise un jour).

    Aimé par 1 personne

  5. Merci pour ce retour.
    Intéressant le côté post-apo, provoqué par les Dieux, je le note dans un coin, mais pour découvrir l’auteur je pense me rabattre sur quelque chose de plus court histoire de voir si ça colle. Un conseil peut-être ? 🙂

    Aimé par 1 personne

    • C’est vrai que c’est un pavé pour commencer avec l’auteur.
      sinon je te conseillerai La route de la conquête qui est un cours roman suivi de nouvelles se déroulant à l’époque de l’empire d’Asreth. La volonté du dragon est aussi à la même époque mais je ne l’ai pas encore lu.

      J'aime

  6. Ai-je bien lu Lutte de pouvoirs? Oh, mais ça m’intéresse, ça!

    Aimé par 1 personne

  7. Lucille dit :

    J’adore la couverture et ta chronique donne envie, je prend note 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
Les Bergers électriques

Le monde de l'Imaginaire

lesfantasydamanda.wordpress.com/

Un brin de fantasy pour illuminer vos nuits...

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

un blog sf + fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :