Boudicca

boudicca

Angleterre, an I. Après la Gaule, l’Empire romain entend se rendre maître de l’île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. Qui est cette reine qui va raser Londres et faire trembler l’empire des aigles jusqu’à Rome ?

À la fois amante, mère et guerrière mais avant tout femme libre au destin tragique, Boudicca est la biographie historique et onirique de celle qui incarne aujourd’hui encore la révolte.

 

Auteur: Jean-Laurent Del Socorro

Édition: ActuSF         Parution : 6 avril 2017

Jean-Laurent Del Socorro a publié sa première nouvelle « La Mère des mondes » en numérique aux éditions Le Bélial’. Son premier roman, Royaume de vent et de colères publié aux Éditions Actusf, a reçu en 2015 le prix Elbakin.net du meilleur roman de fantasy français.
J’avais adoré Royaume de vent et de colères et j’attendais le nouveau roman de Jean-Laurent Del Socorro avec impatience. Boudicca présente plusieurs points communs avec le premier roman de l’auteur mais il diffère par sa construction et sa narration centrée sur un seul personnage. Même si je garde une préférence pour Royaume de vent et de colèresBoudicca vient confirmer le talent d’écrivain de Jean-Laurent Del Socorro de très belle manière.
Boudicca est une biographie d’un personnage dont on ne sait que très peu de choses et dont les versions connues se contredisent. Les deux sources principales parlant d’elle sont Tacite et Dion Cassius, un historien grec. Boudicca a vécu de l’an 28 à l’an 61 en Angleterre, plus particulièrement dans le Nord Est de l’île, correspondant au Norfolk actuel. Elle fut la reine des Icènes, un des clans vivant dans l’Angleterre du premier siècle. Après de nombreux conflits, les clans étaient en paix et ont dû faire face à l’envahisseur romain qui voulait étendre son influence et son territoire. La puissance de l’armée romaine, appelée les aigles dans le roman, est bien connue et leur résister apparait mission impossible. Mais c’est mal connaître Boudicca et les chefs de clans (toute référence à Kaamelott ne serait pas voulue de ma part :)).
Jean-Laurent Del Socorro nous présente Boudicca de son enfance à sa mort. Boudicca grandit sans mère, souffrant d’un père absent et lui reprochant inconsciemment la mort de sa mère en couche. Elle est néanmoins entourée mais reste quelqu’un de solitaire ayant du mal à se confier et prenant sa fonction très au sérieux. Le roman est raconté à la première personne par Boudicca et est centrée sur elle mais il laisse tout de même la place à d’autres personnages importants qui l’entourent tout au fil de sa vie, comme son mari Prasutagos, Prydain, le druide, ou encore Ysbal, une guerrière.
Le roman est très immersif de par sa narration à la première personne, qui nous plonge directement dans l’esprit de la reine celte, et nous fait ressentir une profonde empathie pour cette femme indépendante et forte. Malgré son statut de reine, Boudicca aura à lutter toute sa vie pour s’affirmer et être libre. Elle porte le roman sur ses épaules et même si l’on sait très bien comment tout va finir, on ne peut s’empêcher de s’attacher à elle. Elle m’ a fait penser par moment à William Wallace, désirant plus que tout cette liberté dont on veut la priver. Et comme j’ai des références de geek, elle a aussi un côté Sarah Connor quand elle dit presque mot pour mot une réplique de Terminator 2:  » il n’y a pas de hasards. Seulement les choix que nous faisons ». Cependant, Boudicca n’est pas seulement une guerrière, c’est une mère, une amante, une reine qui se bat pour les autres autant que pour sauver un monde qu’elle aime.
L’aspect historique est très dominant dans le roman, apportant peu de surprises mais c’est logique puisque l’on est dans le récit d’une vie se voulant respecter l’histoire. Il y a peu de surnaturel, uniquement présent sous forme de songe et de croyances religieuses. L’univers est extrêmement détaillé, on apprend beaucoup sur le fonctionnement de la société celte, sur leurs croyances et la liberté qui est au centre de leurs vies.
Le roman impressionne par sa densité : il est court (240 pages) mais très intense et beaucoup de choses se passent. Il n’y a aucune longueur, tout est pensé au mot près. Rien n’est en trop et c’est presque trop court, tellement on aimerait rester au sein de cet univers. Le style de Jean-Laurent Del Socorro est d’une précision exemplaire, à la fois fluide et très immersif.
Jean-Laurent Del Socorro nous offre ainsi une plongée dans la vie celtique en racontant la vie d’une reine, d’une femme éprise de liberté. Le roman ne se centre pas sur l’action et les combats mais on ne s’y ennuie pas une seconde et il est très prenant. Le choix de la narration à la première personne apporte un aspect empathique très fort pour son héroïne. Jean-Laurent Del Socorro nous offre un très beau roman admirablement écrit.
Célindanaé
Note:8.5/10
boudicca
 Cette chronique fait partie du challenge littérature de l’imaginaire
 d2_orig
Publicités

24 réflexions au sujet de « Boudicca »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s