Les seigneurs de Bohen

27

27 février 2017 par aupaysdescavetrolls

Couv_plat_pariZ_DEF

« Je m’appelle Ioulia La Perdrix. Mon récit commence il y a près de cent ans, à l’époque où Iaroslav le Juste siégeait sur le trône de Bohen. Sur les hauteurs des monts des Sicambres, par une glaciale nuit d’hiver, une abbaye brûlait… »
Je vais vous raconter comment l’Empire est mort.
L’Empire de Bohen, le plus puissant jamais connu, qui tirait sa richesse du lirium, ce métal aux reflets d’étoile, que les nomades de ma steppe appellent le sang blanc du monde. Un Empire fort de dix siècles d’existence, qui dans son aveuglement se croyait éternel.
J’évoquerai pour vous les héros qui provoquèrent sa chute. Vous ne trouverez parmi eux ni grands seigneurs, ni sages conseillers, ni splendides princesses, ni nobles chevaliers… Non, je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l’escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wens, le clerc de notaire, condamné à l’enfer des mines et qui dans les ténèbres découvrit une nouvelle voie… Et de tant d’autres encore, de ceux dont le monde n’attendait rien, mais qui malgré cela y laissèrent leur empreinte.
Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra.

Auteure : Estelle Faye                       Édition Critic               parution 2 mars 2017

Estelle Faye a publié plusieurs romans dans le domaine de l’imaginaire ainsi que de nombreuses nouvelles. Elle a obtenu le prix ActuSF de l’uchronie pour La voie des oracles tome 3. Elle est également actrice, scénariste et réalisatrice.

Je voudrais tout d’abord remercier les éditions Critic et le blog Book en stock pour avoir organisé ce partenariat au cours duquel j’ai gagné ce livre. J’aime beaucoup Estelle Faye et gagner ce livre  a été pour moi un réel bonheur qui s’est prolongé lors de sa lecture. Lors du TAG 12 livres à lire cette année, j’avais mis ce roman dans la catégorie « livre que vous êtes sûr d’aimer » et je ne me suis pas trompée, ce roman a tout à fait comblé mes attentes.

Avec Les Seigneurs de Bohen, Estelle Faye change à nouveau de genre avec cette fois un roman de fantasy adulte avec un univers original non marqué par un contexte historique. Le roman se situe dans le monde de Bohen dont une carte nous est fournie au début du livre. L’empire de Bohen a fondé sa richesse sur le lirium, un métal et règne depuis très longtemps et bien entendu pas dans la plus grande justice. Le roman va raconter la fin de cet empire au travers de plusieurs personnages: Sainte-Étoile, l’escrimeur torturé, Maëve, la sorcière et Wens, le clerc de notaire injustement condamné. D’autres personnages vont graviter autour de ces 3 personnages principaux et prendre énormément d’importance: Sorenz ab Abahaín, mercenaire révolutionnaire, Sigalit jeune couturière et Janosh un mage Essène. Tous ces protagonistes vont avoir un rôle dans la chute de l’empire à leur manière, même s’ils n’étaient pas destinés à devenir des héros. Les personnages d’Estelle Faye sont réalistes, humains, avec leurs défauts, leurs qualités et leurs désirs, simples et complexes à la fois comme l’est tout être humain et surtout extrêmement attachants. Ces personnages sont un des gros points forts de ce roman.

Pour raconter l’histoire de ces personnages et de la révolution au sein de l’empire de Bohen, Estelle Faye a choisi une narration éclatée, changeant de narrateurs parfois au sein d’un chapitre ou s’attardant un peu plus sur un des narrateurs pendant quelques chapitres. Cette narration correspond parfaitement au récit et donne un certain dynamisme à l’histoire. J’ai beaucoup aimé également les interludes présents entre quelques chapitres où l’on retrouve le personnage de Ioulia La Perdrix. Ils permettent de recentrer la trame générale du récit. Même si l’importance accordée à chaque personnage n’est pas la même dans le récit, les personnages sont tellement attachants qu’on prend plaisir à les retrouver et qu’on tourne les pages sans s’en rendre compte.

L’univers des Seigneurs de Bohen est aussi un des aspects à souligner de ce roman, il est très riche et original. On est dans de la fantasy mais l’auteure arrive à s’approprier le genre et à créer un univers nouveau et varié rempli de mystères: qui sont vraiment les Wurms, qui dirigent les vaisseaux noirs? Chaque région du monde a des croyances différentes et les noms des mythologies qui les régissent sont tous disparates, on trouve par exemple des vodianoïs dans les marécages. Ces créatures surnaturelles et les paysages dans lesquels elles évoluent prennent vie sous nos yeux grâce à la très belle plume de l’auteure à la fois visuelle, fluide et immersive. On sent qu’Estelle Faye a énormément travaillé l’univers qu’on aimerait retrouver à nouveau tellement il est regorge de splendeurs.

Le roman raconte l’histoire de la chute d’un empire mais pas seulement. C’est aussi un roman sur l’importance de l’humain et de nos choix qui peuvent influencer le destin d’un pays. Les personnages ne sont pas surpuissants, comme c’est parfois le cas en fantasy, ils sont simples et guidés par leurs instincts, leurs désirs. Tout cela au profit d’un récit et d’une intrigue parfaitement maîtrisée par l’auteure sans perte de rythme et qui monte en intensité. Le roman fait presque 600 pages et pourtant on ne s’ennuie pas une seconde, on est vite happé par cet univers et par le destin de ces personnages.

Estelle Faye a donc totalement réussi son essai en fantasy adulte. L’auteure change souvent de genre littéraire pour ces romans (post apocalyptique, conte asiatique, young adult) mais en gardant un style bien à elle et une patte très reconnaissable. Les premières pages du roman nous entrainent dans un univers incroyablement riche et envoutant avec des personnages attachants et un récit  parfaitement maitrisé. Estelle Faye telle une sirène des temps modernes, nous séduit par ses mots à la place des chants, pour mieux nous ensorceler par la magie de sa plume à l’image de la très belle couverture du roman.

coeur

Célindanaé

Autres avis:  DupGillossen

Cette chronique fait partie du challenge francofou et du challenge littérature de l’imaginaire.

challenge-francofou-300x300d2_orig

Publicités

27 réflexions sur “Les seigneurs de Bohen

  1. salveena dit :

    Il sera mien dans une dizaine de jours. 😀 Très chouette chronique ! J’ai tellement hâte de le lire !

    Aimé par 1 personne

  2. Elhyandra dit :

    Han je le veux 🤗 Après Porcelaine j’ai terminé La voie des Oracles T1 qui m’a bien plu aussi, il est évident que je lui donnerai sa chance à lui aussi 😉

    Aimé par 1 personne

  3. L'ours inculte dit :

    Je m’étais un poil ennuyé en lisant porcelaine, mais celui-ci sera peut-être plus ma came, on verra bien 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Hop, tout de suite dans ma wishlist !

    Aimé par 1 personne

  5. Boudicca dit :

    Je suis contente que tu ais aimé, ça me confirme dans mon intention de l’acheter cette semaine ^^ Ta critique donne envie en tout cas !

    Aimé par 1 personne

  6. Dionysos dit :

    J’aime beaucoup l’expression « Sirène des temps modernes », je n’aurais pas trouvé mieux. 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. Lutin82 dit :

    Super retour! Il fait partie des livres que j’ai noté à suivre de près. Ta critique m’a conquise! J’aime bien les récits un peu éclaté en plus.

    Aimé par 1 personne

  8. Apophis dit :

    Je le reçois après-demain, normalement. Ton avis me rassure, car vu que c’est comparé à Cook et Abercrombie, j’avais vraiment peur d’être déçu (voir furax :D). Apparemment, cela ne sera pas totalement le cas. Merci pour ta critique !

    Aimé par 1 personne

  9. J’en ai discuté tout à l’heure justement avec mon libraire. Il a adoré également.

    Aimé par 1 personne

  10. lautreecho dit :

    Tu donnes effectivement bien envie avec cette chronique… Je vais me pencher sur le sujet 😉

    Aimé par 1 personne

  11. lorhkan dit :

    Achat prévu pour bientôt !
    Ça fait un bout de temps que j’en entends parler et qu’il me tente beaucoup, je ne peux pas le louper celui-là ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  12. […] sur ce roman, je vous conseille la lecture des critiques suivantes : celle de BlackWolf, celle de Célindanaé sur Au pays des Cave […]

    J'aime

  13. […] Autres critiques : Apophis (Le culte d’Apophis) ; Blackwolf (Blog-O-Livre) ; Celindanaé (Au pays des cave trolls) […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
Les Bergers électriques

Le monde de l'Imaginaire

lesfantasydamanda.wordpress.com/

Un brin de fantasy pour illuminer vos nuits...

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

Chroniques littéraires de science-fiction et fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :