Jeux du genre « familial »

5

22 janvier 2017 par aupaysdescavetrolls

Dans les jeux, il faut faire des catégories, c’est comme cela, on aime mettre chaque chose dans une case bien précise. Dans les jeux il y a une catégorie bâtarde car pas toujours bien définie : celle des jeux familiaux, ceux auxquels on peut jouer en mixant 2 voire 3 générations dans une famille. Pour certains c’est les trois petits cochons uniquement, pour d’autres ça va être Small World. Pour ce qui nous concerne, on en a retenu quelques uns que nous pratiquons en famille, et nous avons listé leurs caractéristiques principales : un temps de jeu plutôt court (maximum 40-45 minutes, mais plus souvent 30 minutes), des règles expliquées en 6-7 phrases maximum, et un joli matos. Attention les party games ne sont pas pour nous des jeux familiaux, enfin pas forcément.

Un des intérêts principaux de ces jeux pour le joueur que je suis, c’est non seulement de pouvoir passer de bons moments sur des jeux intéressants en famille, mais aussi de pouvoir faire le tremplin vers des jeux un peu plus costauds. Ça permet aussi de faire autre chose que du Monopoly ou du Hôtel quand il fait mauvais le dimanche après le repas… L’archétype dans cette catégorie est pour moi Les Aventuriers du Rail : joli matos pas trop dépaysant avec un large plateau de jeu, de jolis petits wagons, et de belles cartes à tenir en main, une durée de partie n’excédant pas 45 minutes, un choix entre 3 actions par tour, et une partie où l’on n’a pas le temps de s’ennuyer (à jouer à 4 pour une première partie), et une seule envie : y rejouer assez vite. Nous avons donc listé les principaux jeux en moyen format (en excluant les très courts formats < 15 minutes) qui collent bien dans cette optique :

Les jeux où l’on doit faire découvrir un mot, un nom :

Héritiers des Pictionnary ou Tabou de notre enfance, ces jeux ont su se renouveler pour proposer de la nouveauté au niveau des moyens de faire deviner des mots, des idées, des œuvres.

Concept : pour 4 à 12 joueurs, expliqué concepttrès rapidement, très visuel avec ses icônes universelles dont on se sert pour faire deviner un tas de choses allant de films, aliments ou encore expression. Les plus simples sont effectivement très simples, mais dès que l’on va dans les catégories plus compliquées il n’est pas rare d’avoir un vide. Pour illustrer cela, je vous propose une énigme facile (astuce : un lien avec l’article…)

Code Name: pour 2 à 12 joueurs, digne héritier du jeu Pyramide, ce jeu propose à 2 équipes devant un mur de 25 mots de faire deviner avant l’autre équipe les 8 ou 9 mots de sa couleur. A chaque tour il ne faut dire qu’un mot, et un chiffre correspondant au nombre de mots que l’on pense pouvoir faire découvrir avec ce mot. Il s’agit donc d’associer des idées, des expressions. Attention au mot en noir qui fait perdre l’équipe qui le nomme même si elle est en tête. Marche vraiment super bien avec la génération de nos parents, avec les moins de 12-13 ans ça me semble compliqué par contre pour être compétitif.

Imagine: pour 3 à 8 joueurs, une sorte de Pictionnary où l’on ne dessine pas, mais où l’on utilise une des 60(?) images transparentes du jeu pour constituer une scène, un concept, un objet, que l’on va faire deviner aux autres joueurs. On le trouve moins excitant qu’un Concept, mais il plaît beaucoup aux enfants.

– Time’s up family: pour 4 à 12 joueurs version familiale du jeu bien connu Time’s up. Le principe est toujours le même: il faut faire deviner des mots en 3 phases successives. Durant, la première phase, on peut dire plein de choses sauf des mots proches, dans la seconde on ne dit qu’un seul mot et dans la dernière (souvent la préférée des enfants) on mime. Les mots à faire deviner font partie de la vie courante et sont plus adaptés aux enfants que dans les différentes versions traditionnelles du jeu. Pour les adultes c’est un peu léger par contre, mais on passe quand même un bon moment avec les enfants.

Les jeux de développement:

– Kingdomino : jeu pour 2 à 4 joueurs. Par rapport aux critères retenus (surtout la durée), celui-ci est limite, mais il est tellement bien pour jouer en inter-générationnel qu’il ne peut que avoir sa place ici. C’est un jeu de placement de dominos, où l’on doit maximiser ses points en plaçant les tuiles d’un même type les unes à côté des autres. Les enfants cherchent à faire le plus beau domaine possible autour de leur château, et ça paye bien. Les adultes iront plus chercher les points, et du coup vont être très compétitif sur le choix de leur domino, la phase clé du jeu. Très réussi, très coloré et joli.

– Splendor : 2-4 joueurs. On rentre dans la catégorie des gros jeux avec celui-ci, un  jeu exigeant, parfois un peu calculatoire, mais finalement très accessible. Le jeu est expliqué en 3 minutes mais offre beaucoup de possibilités de jeu. Le matériel du jeu est attractif et une fois la première partie finie, les joueurs en redemandent. Les parties vont assez vite.

– Aventuriers du rail : pour 2 à 5 joueurs Le classique déjà cité en introduction. À noter que les autres boites (Europe, Marklin, comme autour du monde) ou les extensions ajoutent du contenu qui rend le jeu moins familial, du fait de compétition plus acharnée ou d’une plus grande complexité, même si c’est souvent jouable.

– Augustus : pour 2 à 6 joueurs, les règles sont très simples pour ce loto + thématisé avec le monde romain, mais la difficulté qui fait que ce jeu est à la limite du jeu familial vient de la multiplicité des symboles objectifs, qui seront bien souvent choisis au hasard lors des premières parties. Du coup certaines personnes auront l’impression de ne pas avoir de vrais choix durant la partie.

Les jeux on est tous ensemble… mais pas jusqu’au bout ! : Il s’agit des jeux où les personnages s’associent pour une partie du chemin, mais à la fin seul un gagnant va s’en sortir.

– Célestia: le matériel du jeu est très sympa avec un petit côté steampunk. Les parties sont 16176589_10209179531782780_943086160_nassez rapide et on peut jouer jusqu’à 6 joueurs. Le jeu est d’ailleurs plus intéressant à partir de 5. Les joueurs font partie d’une équipe d’aventuriers qui embarquent à bord d’un aéronef pour de nombreux et périlleux voyages qui leur rapporteront des points. Le premier à obtenir 50 points de victoire est déclaré gagnant. Le hasard a une part certaine mais aussi la mémoire et un peu de bluff. Le jeu plait bien en général à toutes les tranches d’âge et à différents publics car il est simple avec un peu de tactique. L’aspect filou de chacun va ressortir dans la deuxième moitié d’une partie, quand on fait crasher un voyage où l’on s’est déjà servi, ou lorsque l’on débarque un adversaire bien placé pour la victoire.

– Cartagena: jeu pour 2 à 5 joueurs où ceux-ci incarnent des pirates qui veulent s’évader de la forteresse de Cartagène. Le seul problème est que chaque joueur doit faire évader ses 6 pions, il ne faut donc laisser personne à la traine sous peine de défaite. Les mécanismes reposent sur des symboles qu’il faut avoir sur le chemin qui mène à la sortie. Le jeu est assez vite expliqué. L’aspect « équipe » vient du fait que les joueurs vont profiter de la position des autres, il faut donc sans cesse se poser la question « bénéfice à retirer d’un déplacement par rapport à ce que cela apporte aux autres ».

Colorpop : jeu pour 2 à 5 joueurs qui se joue assez vite mais on peut faire plusieurs parties à la suite sans soucis, il est accessible à toute la famille et a de jolies couleurs et un système amusant quand on appuie sur les jetons et « pop » ils disparaissent. Chaque joueur a une couleur que lui seul connait au départ et qu’il va tenter de faire disparaître du plateau de jeu. Il faut être suffisamment rusé pour éliminer sa couleur sans que les autres ne devinent dès le début laquelle c’est. Le plateau de jeu est assez original avec les pions qui glissent et on a très vite envie d’y rejouer.

– La guerre des moutons: un jeu très sympa, bien coloré et au thème forcément familial: il s’agit d’avoir le champ contenant le plus de moutons à la fin, sans qu’un loup vienne perturber la quiétude du cheptel… Bien entendu chacun pose ses jetons champs sans que l’on connaisse la couleur des autres joueurs. Suppositions, coups de bluffs pour pourrir un voisin trop gênant, et retournement quand un loup vient pourrir ce super champ. On n’a pas essayé avec notre fils de 5 ans, mais ça doit pouvoir passer. 3-4 joueurs. Un classique.

autres jeux: 

Carcassonne: jeu pour 2 à 5 joueurs, Carcassonne est un jeu où l’on construit le plateau de jeu tout au long de la partie en posant des tuiles. Les points sont donnés en fonction de divers critères :villes, champs, routes et abbayes. Le jeu de base se joue en une demi-heure environ mais il y a eu de nombreuses extensions qui rallongent le temps de jeu. Il existe également une version pour les plus petits appelée Mon premier Carcassonne basée sur le même principe mais avec des couleurs et donc plus accessible aux jeunes enfants.

– Dixit: Dixit est un jeu à part, il fait appel à l’imaginaire et comporte peu de règles. Il se _20170122_130231joue de 3 à 6 joueurs mais les parties sont plus intéressantes à 6. Chacun son tour, on doit essayer de faire deviner sa carte parmi d’autres mais pas à tout le monde. Il faut donc donner un indice qui ne soit ni trop complexe, ni trop simple. Les illustrations des cartes sont suffisamment riches et belles pour ouvrir la porte à l’imagination. Les parties sont plutôt courtes mais cela dépend du public. C’est un jeu qui plait à tout type de public, mais il ne faut pas avoir un esprit trop cartésien et refuser de se laisser porter par le côté onirique des illustrations. Plusieurs extensions ont vu le jour, renouvelant le jeu et évitant de tomber toujours sur les mêmes cartes en y jouant souvent.

 6 qui prend: aussi appelé le jeu des vaches à cause de ses illustrations, 6 qui prend est un jeu très simple pour 2 à 10 joueurs.  Les joueurs reçoivent chacun 10 cartes qu’ils doivent poser sur un des 4 tas.  Tout le monde joue en même temps et comme son nom l’indique celui qui pose la sixième carte d’un tas doit ramasser le tas et écope des points en pénalité. Celui qui a le moins de points au bout de 3 manches a gagné. C’est un jeu simple et facile d’accès et fun qui se joue vite et plait à toutes les générations.

Le petit prince: bien sur inspiré du roman, img_20170121_202424ce jeu pour 2 à 5 joueurs a de très belles illustrations. Les joueurs doivent construire la plus belle planète. Les poins sont donnés en fonction des éléments présents sur la planète. Les mécanismes de jeu tournent bien et le jeu peut se jouer en famille comme entre joueurs adultes. Il faut juste faire un petit effort pour bien comprendre quelles sont les cartes qu’il va falloir accumuler pour marquer un maximum de points. Durée 30 minutes environ.

Minivilles: pour 2 à 4 joueurs, où les joueurs vont bâtir leur ville en achetant des cartes représentant divers types d’établissements. Le premier des joueurs qui aura construit ses quatre établissements majeurs gagne la partie. Les mécanismes ne sont pas très compliqués mais la part de hasard est importante. L’aspect construction de sa ville est sympa pour les enfants, ce qui en fait un  chouette jeu familial. Le fait que l’on doive toujours être attentif pendant le tour de autres joueurs (on peut encaisser de l’argent à chaque coup) maintient l’attention.

– Jeux série conte de fées: cette série de jeux édités par Purple Brain Creations reprend les Les Trois Petits Cochonscontes de fées traditionnels dans un format jeu qui ressemble  un livre et en associant un jeu et le conte original. Il y a 7 jeux de ce type: Les 3 petits cochons, Baba yaga, Aladin et la lampe merveilleuse,  Le joueur de flûte, Le petit chaperon rouge, La cigale et la fourmi et Le lièvre et la tortue. Ils sont tous faits pour être joué en famille. Cependant, les plus sympas sont les 3 petits cochons et le lièvre et la tortue. Ils sont à la fois plaisants pour un adulte et pour les enfants et assez funs à jouer. La durée de partie est entre 15 et 25 minutes pour les jeux les plus long, donc une bonne introduction au jeu « familial ».

– Loony quest: un jeu de « dessin » où l’on doit tracer des lignes ou points pour atteindre un certain nombre d’objectifs à chaque tableau, fortement inspiré des jeux vidéo. C’est coloré, le principe est expliqué en 2 phrases, et ça tourne. Les petits y arrivent bien, et rivalisent sans problème avec les plus grands, ça demande de la précision et de l’attention. Les embûches que l’on peut balancer aux autres joueurs pimentent un peu les parties, et l’ensemble est très sympa. En enchaînant les 6 tableaux d’un monde cela va faire grosso modo dans les 30-40 minutes. À jouer de 2 à 5 joueurs.

Noé: jeu pour 2 à 5 joueurs, il se présente dans une boite en métal format Timeline, et un look sympa avec des dessins rigolos. Le matériel est simple, des cartes et des pions. Mais ce n’est pas si simple, c’est un jeu de Bruno Cathala où les coups tordus sont de rigueur et où il faut se défausser de ses cartes et essayer de refiler des points aux autres. Les règles ne sont pas compliquées mais un peu plus « costaud » que les précédents. C’est un très bon petit jeu qui peut se jouer avec des joueurs un peu plus exigeants mais aussi en famille. A priori, il suffit de savoir faire des additions jusqu’à 21, en fait cela peut être assez exigeant niveau tactique, et pour les plus tordus on peut facilement calculer quelques coups à l’avance.

Les jeux du « on est à la limite des jeux avec règle conséquente »: ça pourrait ne pas être considéré comme du familial.

– Mysterium : un jeu auquel on joue en famille, mais pas sûr que tout le monde y joue dans cette configuration. Le thème est effectivement une enquête sur un meurtre non résolu, donc bonjour pour les petits. Par contre, les mécanismes et le principe sont très vite expliqués, et les petits cherchent ce qui peut correspondre aux cartes indices. Notre petit de 5 ans joue même le mini’casper, l’aide du fantôme. À vrai dire, il a déjà compris l’idée des correspondances, et à la dernière partie je l’ai laissé distribuer les cartes pour 1 des personnages : il a fait deviner en 4h, donc plutôt pas mal…

Takenoko: le jeu vaut à lui seul pour son design et sa figurine adorable de panda (et le femelle panda dans l’extension). Pour 2 à a joueurs, les parties durent un peu moins d’une heure. Il faut prendre soin du panda en lui offrant une belle bambouseraie. Dans les faits, il faut poser des tuiles et réaliser des objectifs secrets. Il y a une part indéniable de tactique et les actions sont variées, ce qui est peut être difficile pour des jeunes joueurs (qui vont se concentrer sur un objectif à la fois) mais c’est un jeu très sympathique où on s’amuse beaucoup.

img_20170122_124916

King of New York/King of Tokyo: les 2 jeux sont quasiment semblables, king of New York est un peu plus développé que son ainé. Les 2 jeux sont pour 2 à 6 joueurs et on y joue un gros monstre qui va mettre de grandes tartes dans la tête des autres monstres au passage (et accessoirement détruire la ville dans King of New York). Il faut soit être le premier à 20 points ou le dernier à survivre. Les monstres sont assez funs et on y lance beaucoup de dés, en les associant dans une sorte de Yam’s. Pour intéresser les plus réfractaires on peut présenter ce jeu comme un Yam’s avec un thème amusant… La version New York permet de détruire des bâtiments en plus et est du coup pour un public un peu habitué aux règles. Seules les cartes pouvoir amènent un peu de complexité, mais rien d’insurmontable.

Les Cave trolls d’Or catégorie familial sont dans le désordre : ctor

Celestia

Aventuriers du rail

Splendor

Kingdomino

Lhotseshar & Célindanaé

Publicités

5 réflexions sur “Jeux du genre « familial »

  1. Lutin82 dit :

    Waouh!!! Ca c’est un sacré article!
    Célestia est celui qui me « parle » le plus. j’aime bien les pandas aussi.

    Aimé par 1 personne

  2. Boudicca dit :

    Super article ! Il y a des jeux qu’on aime beaucoup (Dixit, Concept, Six qui prend…) mais aussi beaucoup d’autres qu’on ne connait pas : ça donne plein d’idées ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
lesfantasydamanda.wordpress.com/

Blog de critiques littéraires en fantasy

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

un blog sf + fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :