Financement participatif

13

13 novembre 2016 par aupaysdescavetrolls

Depuis quelques années, un mode d’achat de bien / développement de nouveaux produits est apparu, démocratisé par quelques gros succès, mais restant encore l’apanage de connaisseurs, ou plutôt de gens curieux, soucieux de financer des projets qui leur tiennent à cœur.

L’idée de base est de donner de l’argent à l’avance, pour qu’un porteur de projet se charge de produire un bien qu’il ne pouvait pas financer lui-même, ou qui coûterait trop cher s’il devait être vendu dans le circuit de distribution traditionnel. C’est ce que l’on appelle de l’économie participative, où les concepteurs, qui ont des idées (le plus souvent déjà très abouties sous le forme de prototypes ou de maquettes), vont trouver un écho (ou pas !) auprès de leur public cible.

La démocratisation d’internet et des communications permet ainsi de générer un « buzz » autour d’un projet, via les réseaux sociaux ou sites spécialisés, qui vont faire parler du projet et motiver les gens à investir, qui va se traduire ensuite par des promesses de paiement pendant une durée limité (15,35, 45 jours sont les formats les plus fréquents). Si la somme atteint le palier de financement, les souscripteurs sont débités de leur promesse de paiement, et le projet validé suit son cours, jusqu’à la livraison de l’objet, de la prestation.

Ces promesses sont enregistrées sur des plates-formes de financement participatif – Ulule, Kickstarter, pour les plus connues des joueurs. Une interface conviviale permet d’enregistrer les dons, et pour les souscripteurs de choisir les contreparties qu’elles souhaitent obtenir contre leur don. Voici un exemple de page sur un projet que bous avons soutenu, sur la plate-forme Ulule : https://fr.ulule.com/zothique/

Un des aspects les plus motivant / vivant de ces financements est qu’à chaque pallier de financement atteint, les concepteurs vont ajouter quelque chose au projet de base : des figurines en plus pour un jeu de figurines, plus de pages ou une meilleure qualité de couverture pour un livre… Lorsque le financement marche très bien, on peut ainsi avoir des projets énormes, qui n’ont plus grand chose à voir avec le produit de base. La date de livraison peut s’en retrouver très retardée pour arriver à fournir l’ensemble des choses promises. Certain projets accusent ainsi un retard pouvant aller jusqu’à plusieurs années.

Les domaines du jeu et de l’édition de littérature de l’imaginaire, les deux sujets de ce blog, présentent de très bons exemples de ce que l’on peut faire avec ces financements participatifs. Depuis 2 ans maintenant, nous avons soutenu un certain nombre de projets qui nous semblaient intéressants. Je vous propose de partager mon expérience.

¤Les projets littérature :

  • Jadis (Mnémos) : Un livre de la collection Ourobores de l’éditeur, c’est à dire de beaux livres décrivant des mondes de l’imaginaire. Ce financement Ulule a permis d’éditer un livre avec reliure, jaquette, super papier + divers bonus visibles sur la photographie ci-dessous. Un véritable objet de collection, que nous n’avons pas regretté. Délais respectés, pour un projet somme toute assez simple de mon point de vue. 45.529 € récoltés pendant la campagne.dsc_0592
  • Zothique et autres mondes (Mnémos) : Projet plus compliqué, puisque consistant à proposer une nouvelle traduction et des textes n’ayant jamais été traduits en français d’un ami de Lovecraft. Le financement a remporté un magnifique succès, 83.493 € , ce qui permet d’éditer 3 livres au lieu des 2 prévus initialement, de très beaux livres avec illustrations, signets, belles couverture, écrins, relectures… Bref l’objet de collection ultime. Personnellement, nous avons investit 85 € dans ce financement, pour l’achat de ce coffret unique en son genre + 4 livres liés à l’univers de Lovecraft. Financièrement c’est une opération donc plus que »rentable », mais où l’on a en plus l’impression d’avoir participé à quelque chose faisant avancer la culture du fantastique pour le public français. Les livres devraient être livrés en mars prochain.
  • Gotland (le Bélial) : autre livre lié à l’univers de Lovecraft (les projets que nous soutenons sentent définitivement beaucoup le poulpe 😉 ), il s’agissait là encore d’éditer un ouvrage co-réalisé par l’auteur Thomas Day et l’illustrateur Nicolas Fructus. 45.813 € récoltés, qui ont permis d’obtenir un superbe ouvrage que l’on devrait recevoir d’ici peu (dès demain normalement)
  • Gentlemen mécaniques (édition de l’instant) : l’objectif est ici de publier des anthologies liées à la littérature fantastique. Le financement participatif permet d’assurer la parution des deux premiers ouvrages de la série. 5.222 € ont été récoltés. Nous avons participé pour recevoir entre autre la deuxième anthologie, ayant pour thème la mythologie lovecraftienne (tiens tiens…). La première anthologie doit arriver dans les prochains jours.
  • Monographie HP Lovecraft (Actu SF) : 27.298 € récoltés pour éditer une monographie sur l’auteur fondateur de la littérature d’horreur. À nouveau le financement participatif a permis de financer un ouvrage très spécialisé, illustré et dans un livre de belle facture et comportant une partie de la correspondance de Lovecraft non encore traduite, qui n’aurait pas pu voir le jour sinon. Livraison prévue pour le début d’année prochaine.

¤Les projets jeux de rôle:

  • L’appel de Cthulhu 7ème édition (Sans détour) : Faible prise de risque ici pour une réédition de l’un des jeux de rôle les plus populaires en France. Le projet était financé en quelques minutes, et s’est au final plus apparenté à une précommande massive qu’à un projet de crowdfunding comme les autres. Au delà des livres de jeux de rôle, l’éditeur a produit et intégré à son édition des goodies divers, dont certains ne correspondaient pas aux promesses initiales. De nombreuses casseroles ont entaché la livraison de cette édition (critérium daubesque au lieu du criterium initialement promis, impressions foireuses de la couverture pour un certain nombre de collectors avec couverture alternative, aides de jeu imprimées recto verso donc inutilisables, fiche de personnage buggées…), finalement très honorable vu la quantité de matériel fournie. 402.985 € récoltés. 1 seule exclusivité pour les participants, un livre relié souple d’illustrations. Livré avec 2 mois de retard.

    dsc_0594

    Aperçu du matériel contenu dans la boite de la 7ème édition prestige

  • L’appel de Cthulhu campagne les 5 supplices (Sans détour) : Juste avant de livrer la 7ème édition, l’éditeur a lancé un financement participatif pour une campagne énorme. Pour avoir droit aux paliers bonus, il fallait forcément passer par la commande de la version prestige, à 159 €  et venant avec une sacoche en cuir top classe. De nombreuses personnes ont râlé, mais finalement la campagne a bénéficié de la super animation par plusieurs backers (contributeurs)  pour finir à 196.861€, un montant juste considérable pour une campagne de jeu de rôle. La livraison s’est faite dans les temps, mais un véritable calvaire a commencé dès le début des envois, avec le constat que la sacoche n’était pas tout à fait en cuir (en fait en cuir PU, sorte de merde brillante imitation cuir)… Après des débats passionnés, les contributeurs ont compris qu’ils avaient payé 90€ pour un machin de marché valant 15€. 2000 contributeurs lésés, seulement 42 (dont votre serviteur) l’ont renvoyé contre remboursement intégral. Le plus triste dans tout cela, c’est que la campagne était réellement très bien foutue (j’ai eu le temps de lire les 2 premiers livres, très alléchants!). Quand un éditeur veut faire autre chose que ce qu’il sait faire, et ne veut pas admettre ses erreurs. Ma seule (pour le moment) expérience foireuse de financement participatif.
  • Mener des parties de jeux de rôle (Lapin Marteau) : Pari tellement osé de vouloir éditer un ouvrage guide pour les maîtres de jeu faisant jouer des jeux de rôle. La campagne s’est très bien passée, pour atteindre 55.362 €, ce qui a même validé l’édition projetée de 3 ouvrages. Le premier a été livré en juin dernier, très bon ouvrage. Les deux suivants doivent venir… avec du retard ! Mais patience est mère de vertue, encore plus dans un projet participatif…
  • Le Grand Bestiaire de Naheulbeuk (Le Grimoire éditeur) : Pas vraiment un financement participatif, mais plus une précommande lancée 1 an avant la sortie réelle du livre. Le principe était de proposer en plus de l’ouvrage quelques bonus (tirage des règles, impression de l’écran de jeu), en fonction du nombre de précommande. Les premiers acheteurs avaient même droit à des dés / CD. Livré début octobre de cette année, le livre est superbe, mais les envois ont été très chaotiques, déclenchant le mécontentement d’une partie des clients. Là encore comme pour les 7 supplices le silence de l’éditeur a failli ternir la fin du projet.Excellente satisfaction pour ma part.dsc_0591
  • Couleuvre et gestapo (auto-édition) : Un jeu de rôle atypique, en fait une sorte de livre dont vous êtes le héros dans l’Allemagne nazie en pleine seconde guerre mondiale. 16444$ récoltés. Le livre n’est pas attendu avant milieu d’année 2017.

¤Les projets jeux:

  • Sbires (Jocus) : Un jeu de carte conçu et fabriqué en France. il s’agit d’un jeu de placement et de cartes original et surtout avec un style graphique unique. 72.319€ récoltés, pour un jeu reçu quasiment dans les temps, du très bon boulot. 4 parties faites depuis réception, à chaque fois très amusant / varié.
    img_20161113_115535
  • Henchmania Sbires (Jocus): l’extension du jeu financée sur le portail anglophone kickstarter, suite au succès de la campagne française. Cela a permis à l’éditeur de diffuser son jeu outre Atlantique, sans passer par une logistique que l’éditeur n’aurait pas pu se permettre vu sa taille. 94.343 € récoltés, qui doivent donc s’ajouter au montant de la souscription initiale de Sbires. Livraison promise pour mars 2017.
  • The 7th Continent (Serious poulp) : Projet de jeu colossal d’un petit éditeur français au concept unique : il s’agit de s’affranchir d’une malédiction en s’échappant d’un continent mystérieux. Les mécanismes sont très originaux, et le matériel très classe. 1.224.220 € récoltés, montant incroyable, pour ce jeu qui a pris du retard lié à un travail d’édition / traduction / test énorme. Mention spéciale à la communication impeccable de l’éditeur, qui renseigne de manière très précise et pro de l’avancement du projet.the_7th_continent
  • Karnage … Hell Yearghh (Devil pig games) : Un jeu de baston marrant et décalé entre des armées de plusieurs factions combattant pour prendre une colline, dont l’altitude augmente petit à petit à mesure que les cadavres s’entassent dessus. Débile, rapide, mais très malin. 168.717€ récolté avec des tonnes de bonus pour les souscripteurs. Livraison début janvier 2017 normalement.f8d2999af8c9a8ebdbde5de2a47c08e4_original
  • Vikings gone wild (Lucky duck games) : Un jeu de deckbuilding, synthèse d’après ce que j’ai compris des mécanismes de Star realms et de Dominion. L’univers exotique bénéficie de l’engouement pour la série viking, mais le jeu semble très bien foutu. 236949 $  récoltés pour un jeu qui devrait sortir début 2017.fb_img_1463574253090-700x325
  • Deep madness (Diemension game ) : Mon premier projet de jeu figurine, typique du jeu « kiloplastique » : au delà du jeu qui semble intéressant avec son background Lovecraft moderne, l’intérêt se situe pour beaucoup dans une énorme prolifération de figurines plastiques (163 pour la boite de base) de toute beauté. 1.438.293$ récoltés pour ce jeu que j’espère recevoir avant fin 2017 (on y croit tous…).

    deep-madness-monsters

    Quelques uns des copains du jeu Deep Madness… magnifiques si l’ose dire !

Quel(s) point(s) commun(s) à ces différents projets en guide de conclusion ? A chaque fois on s’investit dans un projet qui nous tient à coeur, que l’on souhaite voir un jour dans notre bibliothèque / ludothèque. A chaque fois il s’agit d’un investissement au sens comptable du terme, puisque l’on ne reçoit pas l’objet avant un long moment, ce qui au passage peut faire que l’attrait pour un projet retombe. C’est pourquoi de nombreux éditeurs informent +/- fréquemment les souscripteurs de l’avancement du projet, leur donnant à chaque fois d’être au centre du projet.

Si vous tombez sur un projet qui vous intéresse et que vous avez les fonds, n’hésitez pas, ce sont à chaque fois des aventures intéressantes. Seul petit problème pour finir : il est difficile de savoir quels projets peuvent vous intéresser sans fréquenter les forums et certains groupes facebook qui vont relayer l’information pour vous.

Lhotseshar

Publicités

13 réflexions sur “Financement participatif

  1. Elhyandra dit :

    Coucou
    J’aime beaucoup ce genre de procédé, on a en commun Jadis et les Gentlemen mécaniques, les jeux de sociétés ben j’ai personne pour jouer avec moi sniff 😊

    Aimé par 1 personne

  2. Xapur dit :

    Tu ne serais pas un peu fan de Lovecraft ? 😉

    Aimé par 1 personne

    • C’est sûr qu’entre les livres exclusivement sur Lovecraft, les livres fondés sur son imaginaire, les jeux de rôles (je pratique l’appel depuis 25 ans…), ou les jeux dont tous vont avoir à un moment ou à un autre à Cthulhu ou à un de ses amis, ça sent toujours le gros tentacule qui tache…
      Et puis je suis pas seul, Célindanaé est dans le même cas que moi 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Dionysos dit :

    Cool. Cthulhu est dans la place ! 😉

    Perso, j’ai débuté avec le financement de la trilogie Noob et on a depuis plusieurs financement en commun à ce que je vois. Par contre, je trouve que ce genre de choses se multiplie et pas forcément dans le bon sens, car je trouve un peu dommage quand des personnes, des maisons d’éditions ou de production très installées utilisent ce principe qui est surtout fait pour ceux qui n’ont pas accès à un financement autre. Il ne faudrait pas que cela soit un moyen pour les producteurs habituels de se dédouaner du risque inhérent à ce genre de productions.

    Aimé par 1 personne

    • Tout à fait d’accord, le financement participatif doit avant tout être une passerelle pour un nouvel éditeur, ou petite structure, pour lancer son produit, alors qu’il n’a que peu de financement (comment ça presque toutes les maisons d’édition ?).
      Une grosse structure qui fait cela, ça lui assure les ventes, avec quasiment aucun intermédiaire (le livreur), donc tout bénef, et ça s’apparente plus à des précommande qu’à un projet risqué.
      Je me suis réellement rendu compte de cela lors des 2èmes et 3èmes financement de la maison d’édition Sans-détour (respectivement les 5 supplices et les contrées du rêve pour l’appel de Cthulhu), qui visaient à maximiser les profits en offrant de moins en moins aux souscripteurs, qui devaient avancer l’argent 6 mois à 1 an à l’avance. Dommage car ils y ont laissé des plumes.

      Aimé par 1 personne

      • Dionysos dit :

        Arfff, et j’ai déjà croisé des cas similaires dans le financement de certains films : le financement participatif n’était qu’une étape préliminaire pour motiver des banquiers/producteurs à allonger la (grosse) somme restante, sauf que eux leurs contreparties ne sont pas aussi petites que pour nous…

        Aimé par 1 personne

      • Le financement participatif dans le cinéma je ne connais pas du tout (j’ai juste connu le cas Veronica Mars), et je pense que cela mobilise des sommes sans communes mesures avec celles de l’édition papier ou du jeu (même si Cthulhu V7 peut lever 400.000 € ou un jeu comme 7th continent ou deep madness aller au delà des 1.200.000 $).

        J'aime

  4. J’avais découvert justement le financement participatif grâce à Jadis. Maintenant, j’essaye d’aller régulièrement sur Ulule pour suivre un peu les nouveautés.

    Aimé par 1 personne

    • On a aussi un peu de mal à se tenir au courant niveau livres, même si en fréquentant de temps en temps les facebook des éditeurs + contacts lors des salons on n’a rien raté qui nous intéressait depuis 1 ans. Et en jeux il y a une section dédiée sur le forum de tric trac, donc là c’est très complet. Pour les jeux de rôles on est au courant des gros projets sur Casus belli…

      Aimé par 1 personne

  5. plumesdelune dit :

    On a découvert le financement participatif y’a quelques années et maintenant on aime bien soutenir les projets qui nous parlent ! Cet article nous rappelle de bons souvenirs (et parfois un peu de regrets, y’a des projets qu’on aurait bien aimé soutenir … ^^’)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
lesfantasydamanda.wordpress.com/

Blog de critiques littéraires en fantasy

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

un blog sf + fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :