La route de la conquête

9

11 septembre 2016 par aupaysdescavetrolls

Afficher l'image d'origineOn la surnomme la Faucheuse. Débarquée trente ans plus tôt dans le sud, la généralissime Stannir Korvosa assimile méthodiquement nations et tribus au sein de l’Empire d’Asreth, par la force si nécessaire. Rien ne semble résister à l’avancée de cette stratège froide et détachée, épaulée par des machines de guerre magiques.
Parvenue à l’ultime étape de sa route, elle est confrontée à un nouveau continent – un océan de verdure où vivent des nomades qui ne comprennent pas les notions de frontières ou de souveraineté. Elle doit pourtant affirmer l’autorité impériale car, dans le sous-sol de la steppe, se trouvent des ressources indispensables pour Asreth. Mais après une vie de conquête, Korvosa pourrait bien rencontrer la plus grande magie qui soit… et affronter un adversaire inédit : le pacifisme.

Auteur: Lionel Davoust                          Editions Critic            348 pages          Genre: Fantasy

Mon avis:

J’avais beaucoup aimé Port d’âmes de Lionel Davoust ainsi que les nouvelles que j’ai pu lire de lui dans différentes anthologies. J’ai ainsi eu envie de lire d’autres écrits de cet auteur et je me suis procuré La route de la conquête aux Imaginales. Je suis très contente de ce choix, en effet j’ai vraiment adoré découvrir ces histoires se déroulant dans le monde d’Evanégyre. Ce livre est composé de 6 nouvelles:

  • La route de la conquête
  • Au-delà des murs
  • La fin de l’histoire
  • Bataille pour un souvenir
  • le Guerrier au bord de la glace
  • Quelques grammes d’oubli sur la neige

Seul Le guerrier au bord de la glace et La route de la conquête sont inédites. Les autres nouvelles ont été publiées dans des anthologies diverses. On pourrait le reprocher mais réunir ces nouvelles sous un même volume leur donne une cohérence et montre l’évolution de l’univers imaginé par l’auteur.

La route de la conquête est plus un court roman qu’une nouvelle. Stannir Korvosa est un personnage déjà présent dans La volonté du dragon que je n’ai pas encore lu (mais ce qui ne saurait tarder vu le bien que je pense des écrits de Lionel Davoust). Elle est ici généralissime de l’armée et est chargée des conquêtes pour l’empire d’Asreth. Cet empire dont le symbole est l’aigle et le peuple s’appelle les Asriens, veut imposer sa vision au monde pour l’empêcher de sombrer. Il veut conquérir le monde en essayant de conserver les cultures des peuples colonisés mais n’hésite pas à se servir de la force si nécessaire. Ce peuple manie la technologie et la magie et possède une armée très puissante avec des soldats dans de grandes armures comme l’illustre la très belle couverture du livre. La magie est possible grâce à l’utilisation de la dranaclaste, une roche. La généralissime dans cette nouvelle doit conquérir un continent où vivent des nomades pacifiques qui n’ont pas les mêmes notions de vie en société que l’empire. La technologie s’oppose ainsi à une vie basée sur le lien à la nature et l’entraide. Cette opposition est au cœur du récit et apporte son lot de questionnements au personnage principal et au lecteur. Le récit ne souffre d’aucun temps mort et se lit très bien d’un trait. On est pris dans cette histoire comme dans une toile d’araignée et on ne veut pas quitter cet univers fascinant qui se déploie sous nos yeux. J’ai beaucoup apprécié que les femmes dans cet univers ne soit pas reléguées à un rang de faire valoir comme c’est souvent malheureusement le cas. Le personnage de la généralissime, en conflit avec son aide de camp (une femme également), est un très bon exemple. Stannir Korvosa est un personnage très intéressant, hors du commun, et bien construit, elle justifie à elle seule l’intérêt de cette nouvelle! L’écriture de Lionel Davoust est très agréable et c’est vraiment très bien écrit. Cette nouvelle est vraiment très réussie et permet de mieux cerner le fonctionnement de l’armée de l’empire d’Asreth.

Au-delà des murs était parue dans l’anthologie des Imaginales 2011 Victimes et Bourreaux. Son personnage principal est Laenus Corvath, un ancien soldat ayant participé à la bataille des Brisants, affrontement terrible entre l’empire et les  guerriers-mémoire du Hiéral. Ce soldat est victime d’une amnésie sélective et se trouve dans un institut spécialisé chargé de l’aider à réapprendre à vivre une vie normale. Cette nouvelle est pour moi une des deux meilleures de ce recueil. Elle est superbement écrite avec un climat angoissant et une constante hésitation dans ce qui est décrit. J’ai vraiment adoré cette nouvelle que je trouve superbe autant par son ambiance que par son écriture.

La fin de l’histoire est parue dans Mythologica en 2013 pour la première fois. L’auteur prend cette fois le point de vue d’un conservateur, Soval Veithar, qui accompagne les armées de conquête de l’empire. Son but est de recueillir la culture des peuples concquis pour les préserver une fois que ceux-ci auront accepté – de gré ou de force – leur assimilation dans l’Empire. L’histoire se passe en Isandra où le peuple n’a pas la même vision de la vie. Le choc des cultures est à nouveau important dans cette histoire qui permet de voir l’empire à travers un autre regard que celui d’un militaire. Certaines scènes sont très intenses et montre l’horreur des combats. C’est à nouveau une très belle nouvelle.

Bataille pour un souvenir a été nouvelle finaliste du Grand prix de l’Imaginaire en 2010 et du prix Imaginales 2009. Elle est parue dans l’anthologie Identités en 2009. Cette fois, l’auteur s’intéresse aux ennemis de l’empire à nouveau dans la bataille du plateau des Brisants. Le narrateur est Thelín un guerrier-mémoire. Ces guerriers sont redoutables, ils se battent avec une épée et sacrifient leurs souvenirs pour combattre. Cette nouvelle est la plus courte du recueil mais aussi la plus intense. Elle est très prenante et parfaitement écrite. La fin est à la fois terrible et très belle. Elle fait partie des deux que j’ai préféré avec Au-delà des murs. Ces deux nouvelles sont vraiment fabuleuses et elles resteront dans ma mémoire pour longtemps.

Le Guerrier au bord de la glace se situe dans le futur par rapport aux nouvelles précédentes. La technologie a progressé et cette fois les armures ont des ailes, sont hautes comme des immeubles, rendent le guerrier quasi invincible et sont liés par la pensée au guerrier qui la manie. La nouvelle est un peu longue au début avec un combat qui se prolonge un peu trop à mon avis. On y croise avec plaisir des dragons. La seconde partie est plus intéressante et gagne en intensité.

Quelques grammes d’oubli sur la neige vient conclure avec brio ce recueil. Elle date de 2010 et est parue dans l’anthologie des Imaginales Magiciennes et sorciers. L’époque y est indéterminée et la technologie semble avoir disparu. La magie et la religion existent cependant elles sont plutôt ennemies. Un roi requiert les services d’une sorcière pour sauver son royaume, grâce à ses pouvoirs de visions dans le temps. L’histoire est à la fois belle et poignante et on s’attache vite à ses personnages.

Ce livre est vraiment d’un très bon niveau. Une nouvelle est pour moi un peu en dessous des autres mais n’enlève rien au plaisir que j’ai eu à le lire. L’écriture de Lionel Davoust est magnifique. L’univers est fascinant et en constante évolution. Ce recueil permet de mieux cerner cet univers fabuleux qu’est Evanégyre. Il est très immersif et on a du mal à le quitter une fois le livre fini.

Note:9/10

Célindanaé

Autres avis: Dionysos, blog-O-livreLorhkanCédric Jeanneret, gillossen(Elbakin)Vil faquin, Xapur,

 

Publicités

9 réflexions sur “La route de la conquête

  1. Xapur dit :

    C’est un très bon recueil, je trouve également. Lionel Davoust est grand (par le talent tout au moins^^).

    J'aime

  2. […] critiques : Ambroise Alifère (Ter Aelis), BlackWolf (Blog O Livre), Célindanaé (Au Pays des Cave Trolls), Efelle (Les Lectures d’Efelle), Endea (Clair Obscur), Gillossen (Elbakin), Hervé (Temps de […]

    J'aime

  3. Dionysos dit :

    Très bon recueil (notamment sur le thème de la mémoire, et qui reste dans celle du lecteur en l’occurrence) !

    Aimé par 1 personne

  4. Je retente ma chance pour dire que ce recueil est excellent !

    Aimé par 1 personne

  5. Et cette fois ça fonctionne 😉

    Aimé par 1 personne

  6. […] lire aussi les avis de : Au Pays des Cave Trolls – Blackwolf – Bibliocosme – Efelle  – Vil Faquin […]

    J'aime

  7. […] un court roman et des nouvelles, il parait en 2014. Vous pouvez d’ailleurs lire mon avis ici. Il a obtenu le Prix Exégète en 2015. Port d’Âmes parait en 2015 et se situe dans le même […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Contact

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

Mon profil sur Babelio.com
Les Bergers électriques

Le monde de l'Imaginaire

lesfantasydamanda.wordpress.com/

Un brin de fantasy pour illuminer vos nuits...

Amélire en rouge

À la découverte des littératures de l'imaginaire

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Lorhkan et les mauvais genres

Science-fiction, fantastique, fantasy

Albédo

Univers Imaginaires

Les Kroniques de Kalendir

Nouvelles de fantasy (et parfois de S-F !)

Le culte d'Apophis

Voyage au coeur des espaces infinis de la SF, de la Fantasy et du Fantastique

La Bibliothèque d'Aelinel

A la croisée de l'Histoire et de l'Imaginaire

Les Lectures de Xapur

Chroniques littéraires de science-fiction et fantasy

La Faquinade

Le site critique d'un Vil Faquin : littératures de l'imaginaire, ciné, jeu et culture geek.

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres (critique, chronique et analyse)

%d blogueurs aiment cette page :